Le trésor de ma maman   134 comments

.

Ma mère possédait un trésor…

.

un trésor qui se transmettait de filles en filles..  d’épouse en épouse.. de mère en mère..

.

.

Une  machine à coudre Singer..

Si j’en juge par les caractéristiques et les photos trouvées sur Internet elle devait dater des années 1910.. Ce qui pourrait coller avec mon arrière grand mère qui  servait chez les bourgeois, comme on disait, et qui faisait des travaux de couture.. En tout cas c’était le trésor.. son trésor. Elle en brossait régulièrement les pieds tourmentés en fonte noire.. astiquait le coffre  en bois qui protégeait l’instrument  et se lamentait d’avoir perdu la poignée du tiroir.

.

.

A cette époque, la seule soie dans laquelle on pouvait se  soulager était celle des patrons du « Petit Echo de la Mode ».. et encore.. Mon grand père qui devait souffrir d’une délicatesse qui  n’était  sans doute pas sans fondement, exigeait qu’on lui apportât ces précieux morceaux de soie car son royal derche ne supportait pas le papier journal..  donc  je n’ai jamais pu expérimenter ce plaisir indicible de la réussite. (je ne connaissais pas la Rolex et la limite d’âge associée).

Ce petit journal fournissait à ma mère  l’occasion de montrer  son talent :  « Premier prix d’éducation ménagère du canton me lâchait elle  à chaque fois  en riant.. ».  Et donc elle faisait ses créations à partir des patrons  de soie que ce journal proposait à chaque parution. De toute façon, avant son crépuscule, je n’ai jamais vu ma mère assise à ne rien faire..   jamais.. la pauvre.. au mieux elle tricotait.

.

.

Sur la grande table en  bois recouverte d’une toile cirée de la cuisine.. on sortait  « la boite à couture »  avec les  aiguilles,  la craie plate,  et cette énorme paire de ciseaux  que je pouvais juste effleurer des yeux  et qui faisait chanter la table et le tissu quand ma  mère.. appliquée, sérieuse..  sa mèche sur le front  suivait le tracé crayeux.. « crout crout »  .. ça résonnait sur la table.. « crout crout »..

.

.

Ensuite venait le bâti.. c’est presque la pièce.. mais pas encore.. c’est cousu à gros points.. lâches.. fragiles.. Mais ça permet de se rendre compte..

Quand la pièce  était jugée digne de passer à la phase suivante, on sortait la machine.. ma mère cherchait  dans la boite le fil qui correspondait au tissu..  elle me  levait un regard  interrogateur en posant le bobineau sur le tissu.. voir ? j’acquiesçais..

.

Navette

.

Ensuite j’avais droit à préparer la navette.. mettre le  petit support  entre les deux pointes..  passer le fil de la bobine  dans l’œilleton et ensuite pédaler, un pied en haut à  gauche  sur le plateau.. l’autre en bas.. Et  pédaler, pédaler.. le petit bras circule dans un sens et dans l’autre guidant le fil de façon régulière.. pas trop le  remplir.. mais suffisamment.. puis  placer ce  petit cylindre dans la navette.. un truc bizarre qui me faisait penser à un suppositoire en métal.. pourvu de fentes ..

.

.

Y passer le fil.. mettre le tout dans le réceptacle sous l’aiguille.. Placer la bobine  sur son  support.. faire cheminer le fil dans les différents  trous.. bras.. puis.. après l’avoir humecté du bout des lèvres, le passer dans le chas de l’aiguille.. Pas facile.. petit le trou.. gros le fil.. Tirer un peu.. en haut..  en bas sur celui de la navette..

Tout cela réalisé..ma mère s’installait tel un pilote d’avion.. vérifier le tissu.. poser à plat sur les petits crans d’avancement..  abaisser le pied de biche..  caler les pieds sur le plateau…  on pose  doucement la main sur le volant au bout de la machine..

.

.

Un petit coup d’élan..   la courroie en cuir se tend…et « rrrraaaaa  tacttttt »  c’est parti..  il faut  surveiller.. guider.. le tissu avance.. vite.. la bobine danse sur son axe…  « rrraaaa »  on avance..  on pourrait en faire des mètres..  il faut  que ce soit régulier.. bien suivre le bâti..  les morceaux cousus.. on tire un peu.. « rrrrrrrrrrrrr » et on coupe les deux fils.. « Ahhh non.. avec des petits ciseaux.. pas les gros… »

Elle nous en a fait des choses avec sa machine notre Maman..

Quand mon père nous a quitté à son tour, et que j’ai dû  faire   les démarches.. pour calculer les taxes et autres prélèvements, le notaire nous a évalué un forfait mobilier  énorme..   je ne me souviens plus mais mes pauvres parents n’ont jamais eu en mobilier la somme indiquée.. loin de là.

.

.

Le buffet Henri II de ma grand mère ou une chambre à coucher de chez Levitan  (des meubles garantis pour longtemps)  bref, à son grand désarroi au notaire, j’ai demandé un expert pour estimation.. faut payer bien sûr.. mais au moins..

Ayant dédaigné le buffet Henri II ..  qui ne vaut rien… je pensais l’entendre s’exclamer devant la machine à coudre.. « 5 ou 10  euros » l’a-t-il estimée..  eh oui.. le trésor de ma mère.. ne valait rien.. hormis  l’affectif.. ce qu’il représentait .. le vecu.. rien, nada.. que dalle.. roupies de sansonnet.

Ma sœur qui vit de l’autre coté de l’Atlantique m’a demandé de  lui expédier la machine.. là, par contre.. c’est pas donné..

J’ai démonté avec soin la machine.. j’ai tout bien mis dans un  carton spécial (les US ne veulent pas de caisses en bois.. ils nous ont filé le feu bactérien dans un sens.. alors pas de réciprocité ) .. Et j’ai expédié.   Le trésor de notre Maman est donc là-bas.. en Caroline du sud..

Avec elle, les souvenirs, les images, Mo m’a demandé de  faire un petit texte, alors je pioche dans mes souvenirs.

C’est étrange, mais plus on vieillit plus les souvenirs anciens  reviennent à la surface, des  choses simples.. vécues par beaucoup.. rien d’extraordinaire. Les objets s’y mettent..  ils veulent leur part .. Si cette machine pouvait parler.. depuis qu’elle a quitté l’usine.. elle a dû en entendre des choses.. en subir.. Des belles et des moins belles..

Moi, c’est ma Maman, penchée sur la  machine.. la petite mèche s’échappant de la  petite pointe de cheveux qui descendait sur son front ..   se relevant  toute fière de  sa  couture  qu’elle tendait à bout de  bras.. pour savourer..

Allez bon..  reviens  mon  gars..   pas mollir.. va regarder le rugby..

..

Marc

PS : contrairement à ce que pensent les Américains, ce n’est pas Singer qui a inventé la machine à coudre, mais un Français nommé Thimonnier en 1830

 

Publié 19 janvier 2021 par Leodamgan dans Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , ,

134 réponses à “Le trésor de ma maman

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Très bel article plein de nostalgie.
    Bonne soirée.
    Christian

    J'aime

  2. Moi aussi, j’ai pédalé sur une singer. Mais celle-ci était dans un beau meuble et la canette était ronde. Je connais tout de même les canette fuseau, moins pratiques et plus anciennes. mimi

    J'aime

  3. On avait la même à la maison, qui a habillé 3 générations, je reconnais aussi les modèles et puis la fascinante craie plate qu’on aurait bien chipée…

    J'aime

  4. Quel moment de bonheur lorsque ma grand’mère m’invitait à m’asseoir sur ses genoux pendant que ses genoux cadençaient un mouvement de va et vient sur la pédale .

    J'aime

  5. Bonsoir Marc et Mo… Maman avait la même, apprentie couturière chez une dame, j’ai encore cette photo… Elle cousait de tout, presque, achetait le tissu et le fil, n’a jamais voulu d’une électrique, malgré l’insistance de papa… C’est ma belle-soeur qui a insisté pour l’avoir à son décès, elle en fait une table avec une pierre bleue… !! Moi et la couture c’est deux, pas hérité de cette passion… mais je revois tjs l’endroit où cette machine à coudre était dans la cuisine… merci, douce soirée, jill

    J'aime

    • Bonjour Jill,
      C’était de cette époque, la couture à la maison… Pour certains travaux plus compliqués, ma mère faisait appel à une couturière au début mais par la suite, elle faisait de tout aussi.
      Moi non plus je ne suis pas très branchée couture, je fais essentiellement les bas de pantalons…
      Bises et bonne journée à toi,
      Mo

      J'aime

  6. J’ai connu le même genre de machine à pédalier mais pas à navette quand j’étais gamine.
    L’évocation du « Petit écho de la mode » m’a poussée à fredonner cette chanson qui me touche et que j’aime beaucoup. Je la partage volontiers avec vous.

    J'aime

  7. Une belle histoire remplie de jolis souvenirs. J ‘ espère que cette machine continue à faire son travail de temps en temps.Bises à tous les deux.

    J'aime

  8. J’ai la même avec tous ses accessoires d’origine dont je ne me sers pas mais que je garde précieusement.
    Surtout que j’en ai plein dont certains vraiment originaux.
    N’ayant plus de place pour la garder, j’ai voulu la donner pour faire plaisir à quelqu’un qui en aurait soin et saurait l’apprécier à sa juste valeur.
    J’ai vu plusieurs personnes mais j’ai compris qu’ils la voulaient uniquement pour la revendre et en « tirer » un maximum, alors j’ai préféré la garder, elle est trop pleine de souvenirs pour ne pas servir à se faire du fric !
    Surtout qu’en plus, il aurait même fallu que je leur emmène, et puis quoi, en plus ?
    Je te souhaite un bon mercredi !
    Gros bisoux, cher marc ainsi qu’à ma tit’ mo chérie et toujours fidèle ♥

    J'aime

    • Bonjour chère Dom,
      Je ne sais pas si on peut en tirer grand chose sur le plan pécuniaire. En tout cas, celle de la mère de Marc ne valait rien d’après l’estimation qui a été faite.
      Mais peut-être que la tienne était plus belle?
      quoi qu’il en soit, tu as bien fait de la garder en souvenir, surtout si elle était en bon état.
      Bonne journée à toi et gros bisous,
      Mo

      J'aime

  9. ma mère aussi avait une Singer …elle y passait des heures et elle chantait
    des chansons de chez nous !!! que de souvenirs !!!
    amitié
    tilk

    J'aime

  10. Ma mère en avait une aussi , dans un meuble. Celle de ta maman est très jolie. A l’époque c’était un outil de très grande valeur, en plus de la valeur sentimentale

    J'aime

  11. j’ai lu avec un grand sourire de bout en bout, c’est tout à fait le portrait de ma grand-mère Adrienne dont j’ai tenu, moi aussi, à recueillir la machine à coudre Singer, celle à cause de laquelle ma grand-mère avait refusé de partir en exode en mai 1940: quoi? laisser ma singer aux Allemands! jamais!
    (alors qu’elle est de fabrication allemande LOL)
    Ma mère aussi croyait que ça valait de l’argent, heureusement pour moi, ça ne valait rien: j’ai pu la garder 🙂

    J'aime

    • Bonjour Adrienne,
      Quels souvenirs tu as… Une Singer patriote! 😉
      Pour ce qui est de la valeur vénale de ces vieilles machines, je ne sais pas vraiment. Elles ne sont peut-être pas assez rares car beaucoup de gens les ont gardées en souvenir pour des raisons sentimentales?
      Bonne journée à toi,
      Mo

      J'aime

  12. Souvenirs, souvenirs…
    L’une des soeurs de mon père avait aussi une Singer. Elle trônait devant la fenêtre de la salle à manger…

    J'aime

  13. Maman avait la même et s’en est bien servie, utilisant aussi des patrons de soie, mais j’ignore ce qu’elle est devenue !
    Mon épouse en avait acheté une électrique, s’ est fait quelques ensembles, jusqu’à ce qu’elle tombe en panne.
    Depuis, avec la route de la soie, c’ est moins cher d’ acheter tout fait !
    J’ avais aussi un buffet Henri deux, que j’ai pu revendre à un patron d’une usine qui fabriquait de l’ aggloméré et qui aimait les torsades de ce style !
    Aujourd’hui, c’ est du massif, style fermier
    Passe une bonne semaine,
    Bisous

    J'aime

    • Bonjour Pierre,
      C’est vrai que maintenant, c’est moins cher d’acheter toutes faites certaines fringues fabriquées en Asie que d’acheter le tissu pour coudre soi-même.
      Ce n’était pas le cas autrefois même quand on faisait faire certaines choses par une couturière…
      Tu as réussi à revendre un buffet style Henri II? Bravo! 😉
      Bonne journée à toi,
      bises,
      Mo

      J'aime

  14. ouiii des souvenirs qui remontent. Mais pas maman : mémé pour moi. Et lorsque j’étais toute petite, parce que mémé avait un gros défaut : elle était moderne. Elle était toujours la première à bazarder ce qu’elle appelait « des vieilleries » pour prendre le nec plus ultra de l’époque. Quand mémé est partie, j’ai récupéré une singer, oui, mais pré-programmable avec plus de 20 programmes de broderie et autres possibilités………. trop compliquée pour moi qui ne cousais que des housses et des étuis. J’avais rêvé d’une mémé confitures et vieilles dentelles, mais j’avais eu une mémé pyrex et formica ! Merci pour ce joli souvenir Marc, Mo a raison de te pousser à nous raconter tout ça. Bises à vous deux – Hélène

    J'aime

    • Bonjour Hélène à la Mémé moderne…
      Ma mère était du même genre, elle aimait les nouveautés. Elle avait vite viré sa vieille Singer pour le dernier cri électrique… Mais elle a toujours aimé coudre et retoucher les vêtements achetés.
      Personnellement je n’ai qu’une machine électrique archi-basique achetée il y a près de 40 ans… Je ne retouche pratiquement que les bas de pantalons avec… Je ne suis pas branchée couture. 😉
      Bonne journée à toi et bises,
      Mo

      Aimé par 1 personne

      • la même chose ici. J’avais revendu la machine compliquée…… encore pire, je me sers de thermocollant pour les ourlets 😀 par contre n’ai toujours mon « jouet » singer des années 55 : une petite machine mécanique qui fonctionne au point de chaînette, un vrai collector. Bisous Mo bonne journée

        J'aime

  15. Bonjour Mo et Marc !

    Nous avions la même à la maison !
    Je voulais toujours m’amuser à pédaler ! 😉😊😃
    Très bons souvenirs !

    Bonne journée !

    Pierre

    http://rotpier.eklablog.com/

    J'aime

  16. Merci Marc pour cet écrit rempli de tendresse pour une maman aux doigts de fée …

    J'aime

  17. Wahou elle me rappelle celle de ma grand-mère. Singer je connaissais vu que ma grand-mère habitait au coin de la rue où se trouvait LA boutique singer du quartier. Merci pour ce remember the past.

    J'aime

    • Ah oui, je ne pensais plus aux boutiques Singer…. J’ai vu qu’elles existaient toujours.
      Elles ont sûrement une vieille machine en vitrine pour la décoration? 😉

      J'aime

      • A l’époque oui désormais je ne sais plus la boutique singer de mon enfance (au coin de la rue gambetta et rue meurein à Lille) en était en effet pourvue, de nos jours je l’ignore. Belle plongée dans ces souvenirs. Merci.

        J'aime

  18. Voilà de quoi réveiller les miens de souvenirs avec le « crout crout » des ciseaux sur la table… C’est revenu à mes oreilles comme si c’était hier !

    J'aime

  19. Il paraîtrait que l’on pourrait affûter une paire de ciseaux avec du papier aluminium. Ca tombe bien, j’ai retrouvé une ancienne paire de ciseaux qui ne coupent plus rien dans une ancienne boîte à couture. Il suffirait de plier le papier d’aluminium 3 ou 4 fois sur lui-même puis de découper le papier d’aluminium en bandes avec la totalité de la longueur des lames du ciseau.
    Je me souviens de virées en centre ville avec ma grand-mère pour nous rendre dans un magasin de vente de tissus. J’en garde le souvenir d’une salle immense avec de multiples rouleaux de tissus juste à la hauteur de mes yeux (je ne devais pas être très âgée !) et de gros ciseaux attachés à des chaînes. Ma grand-mère choisissait ses tissus pour les amener à une couturière qui lui cousait ses robes.
    Quant à ma mère, la couture pour les copines lui permettait d’améliorer ses fins de mois difficiles dans sa vingtaine. Et étonnamment elle garde d’excellents souvenirs de cette période lorsqu’il restait pour elle et son amie (en colocation à Paris dans une chambre avec un lavabo uniquement) un seul artichaut pour se nourrir pendant trois jours avant la paye ! Les sorties et autres plaisirs devaient compenser si j’ai bien compris. Sortir ou manger, il faut choisir ! 😉

    J'aime

    • Je ne connaissais pas ce truc pour affuter les ciseaux. Tu en parle au conditionnel, tu ne dis pas si tu as essayé.
      Ma mère avait parfois recours aussi aux services d’une couturière au début mais par la suite elle a pris des cours de coupe.
      Dis donc, ta mère et sa copine devaient avoir une taille de guêpe! 😉

      J'aime

  20. Bonjour
    Un bel article au parfum d’autrefois.
    Mon époux viens de récupérer une telle singer
    Et bien sur ne marchait plus bien que complètement
    Et jolie dans son meuble écrin..il y a passer presque un mois démontée graisser, et bien sur appris à s en servir
    C est pas facile mais monsieur est un manuel
    Et moi je regarde cela ébahie car je ne sait pas m en servir..
    Ces choses la si ancienne on une ,
    ame, alors c est sympa de les faire revivre
    Bonne journée pour vous les jardiniers

    Kenavo

    J'aime

    • Bonjour Monica,
      C’est extraordinaire ce qu’à fait ton mari : non seulement nettoyer et réparer cette machine mais s’en servir!
      Bravo à lui!
      Cela doit être fatigant de pédaler comme ça. Personnellement , je n’ai jamais essayé…
      Bonne journée à toi et à ton époux,
      kenavo,
      Mo

      J'aime

  21. J’ai les mêmes souvenirs avec ma mère et sa machine Singer mais la sienne n’est pas partie au USA, ma soeur l’a toujours.
    Elle ne sert plus mais elle est toujours là.
    C’est bizarre je trouvais aussi que la navette ressemblait à un suppositoire.
    Bonne journée.

    J'aime

  22. bonjour Mo , ah oui elle est magnifique et ma mère avait la même en système manuel avec les pieds ! et elle la nettoyait aussi +++ ,
    dommage je ne sais pas qui l’a prise ? c’est un bel article souvenirs … pour toi et pour moi !!! gros bisous belle semaine a +

    J'aime

  23. Magnifique machine. Née à Saint etienne, ville réputée pour sa soirie et ses mines, j’y suis particulièrement sensible. Un véritable trésor en effet.

    J'aime

    • Ah, Saint Etienne, sa quincaillerie, dont ses fameux couteaux… ses anciennes industries…

      J'aime

      • Oui toute une histoire.

        J'aime

      • Cela ne semble pas lui avoir porté chance à ce monsieur Thimonnier… (il y a d’ailleurs une rue Thimonnier à St-Etienne)

        extrait d’un article de France Bleue :
        C’est donc ici, à Saint-Etienne, au lieu-dit les forges, que s’est installé Barthélémy Thimonnier, lequel a mis au point en 1830 la toute première machine à coudre de l’Histoire. Il était bien loin de savoir quel succès aurait cette machine et quelle chute serait la sienne, au soir de sa vie

        1829. Il fait nuit au lieu-dit les Forges, à Saint-Etienne. Là où s’est installé Barthélémy Thimonnier il y a 5 ans. Il a du mal à y croire. Il semble que son métier à coudre fonctionne. Il faut dire qu’il y a passé un temps fou et qu’il y a mis tout son savoir de tailleur, un métier qu’il exerce depuis des années, d’abord à Amplepuis, puis à Panissières. Originaire du Rhône, il est allé s’installer à Saint-Etienne l’industrieuse. Rangeant le tissu qu’il a réussi à coudre de manière automatique pour la première fois. Il a déjà en tête une immense manufacture dans laquelle ces énormes métiers à coudre feront, à la place des tailleurs, le dur métier de coudre ces uniformes que l’Etat n’arrête pas de commander, tant les révolutions s’enchaînent alternant combats et changement complet des tenues militaires, selon qu’on soit la France impériale, royale, peut-être même un jour républicaine allez savoir. Ce que ne sait pas encore Barthélémy Thimonnier quand il quitte la pièce tout joyeux de réussir, c’est la suite.

        Après avoir rencontré des hommes d’affaires parisiens, Thimonnier montera à Paris déposer son brevet. Là, du côté de la rue de Sèvres, il créera sa première manufacture. Sauf que les ouvriers parisiens ne l’entendront pas de cette oreille, eux qui se verront menacés d’être remplacés par des machines et donc de perdre un emploi déjà fort rare. Pour 200 ouvriers tailleurs parisiens, l’invention de Thimonnier sera impardonnable et ils prendront d’assaut les établissements Thimonnier, détruisant les machines et ruinant l’inventeur. C’est à l’âge de 64 ans, malade, et revenu à son métier d’artisan tailleur pour avoir de quoi manger, que mourra celui qui a inventé la machine à coudre bien avant Howe et Singer, lesquels déposeront quelques années plus tard, le brevet qui servira de base aux machines à coudre d’aujourd’hui et les rendra immensément riches. Laissons sa joie de 1829 à monsieur Thimonnier. On n’a pas toujours besoin de savoir ce que l’avenir nous réserve. La morale de cette histoire : il est parfois mieux de ne pas savoir et qu’il faut toujours savourer l’instant.

        J'aime

  24. ma mère en avait une aussi, merci du souvenir! gros bisous Mo. cathy

    J'aime

  25. J’ai passé des heures à jouer avec la roue.

    J'aime

  26. Salut,
    Ca c’est de la machine.
    Ce sont les soldes partout.
    Mais ca ne se presse pas même dans les grands magasins .
    L’argent manque et ca se sent.
    Il fait doux pour la saison.
    Bonne journée

    J'aime

  27. ça tombe bien :en Caroline du sud il y a sûrement pas mal de bonnes mères de familles ,femmes au foyer ,bonnes à tout faire 😂

    J'aime

  28. c’est fou comme le monde à changé !!!
    amitié
    tilk

    J'aime

  29. Voilà des souvenirs magnifiques. Je partage les même que toi et j’ai la chance d’avoir pu garder la Singer de ma mère qui appartenant à ma grand-mère. Elle est magnifique et j’ai gardé les accessoires et promis à ma petite-fille de lui faire une démonstration un jour où je la garde pour des vacances. Mais sur le modèle que je possède, sans doute plus récent que la tienne, ma canette est ronde. J’ai été habillée grâce à cette machine, toute mon enfance, et mon adolescence, et j’ai appris à coudre dessus, alors tes mots me touchent plus que ce que tu crois, car moi-aussi quand je vois la machine je vois ma mère…et les patrons hélas ont tous disparu mais ils étaient bien utiles avant d’avoir ceux de Burda !! Ensuite, avec mon premier salaire, je me suis achetée une machine à coudre électrique que j’ai toujours…et dont je me sers ! bises et merci pour cette page

    J'aime

    • Bonjour Manou,
      Nos mères et grand-mères étaient de générations où la couture était presque obligatoire, c’était dans la culture. De nos jours, il y a moins de femmes qui cousent des vêtements mais il reste l’usage des machines pour les retouches, sans doute…
      Tout de même, à une époque, j’avais fait quelques essais de couture de robes et chemisiers et c’était avec des patrons Burda, je m’en souviens…
      Bises à toi et bonne journée,
      Mo

      J'aime

  30. Bonjour mes très chers, Mo et Marc
    J’avais exactement la même (Singer) avec tous les accessoires, même de quoi réparer, en cas de panne, elle est restée à la cave durant 7 ans et quand nous sommes parties pour le sud, la machine avait pris l’humidité, tout se décollait, elle était fichue, une fortune pour la restaurer, alors, j’ai pris mon courage à deux mains et je l’ai laissée partir chez Emmaüs.
    Bonne journée mes amis et gros bisous
    Méline

    J'aime

  31. Bonjour Mo ! En voilà un article qu’il est intéressant ! Le rétro dans toute sa splendeur ! C’est vrai que nos mères, nos tantes, piquaient toutes à la machine, plus pour subvenir aux besoins de la famille que pour le plaisir. J’ai moi-même travaillé dans un petit atelier de couture dans l’Essonne, dans les années 74, 75, quand Maxime LeForestier chantait « c’est une maison bleue ♫ », j’y allais en mobylette. Aujourd’hui, je chîne les vieilles machines à coudre en brocantes et vide-greniers, on peut en trouver de très belles pour 15 euros, « ça débarrasse les gens », c’est lourd, mais c’est beau sur un buffet. Depuis trois ans, je collectionne « la mercerie à l’ancienne » que l’on peut trouver en brocante ou dans les Puces des Couturières. J’adore aussi bricoler des vieilles dentelles ou des assemblages avec ma machine, plus récente, et ma fille aînée s’y est mise aussi. Je crois que je lui ai donné le goût de l’ancien, du beau, de l’authentique, de la mercerie à l’ancienne. Pour son anniversaire, je lui ai offert une boîte à couture ancienne pleine de bobines et objets d’antan, elle en a pleuré. Sa fille, qui a quatre ans, commence à confectionner aussi des vêtements pour ses poupées. Comme quoi, ce loisir créatif se transmet encore et n’est pas prêt de s’arrêter, même chez certains hommes qui aiment la couture ou le tricot.
    Ton prochain article portera sur les femmes qui aiment la mécanique, comme Emma, qui bosse chez Bricoflex dans Scènes de Ménage. Hé hé hé hé !

    J'aime

  32. Salut

    Il fait un temps doux pour la saison.

    On reste quand même au chaud car la Tiotte n’a pas pu dormir à cause de la tempête cette nuit.

    Bonne journée

    J'aime

  33. ma mère à fait des tableaux abstraits avec mais elle ne marche plus !!!! elle les fait à la main désormais ….
    amitié
    tilk

    J'aime

  34. Bonjour Mo,
    Quelle belle description tu nous fais de cette machine à coudre dont se servait ta mère. Ces machine à pédaliers, j’ai connu cela à Charroux (Vienne) chez l’amie de ma tante, Mme F. qui était couturière à domicile. je raconte cela à ce lien ci-dessous.
    http://www.mirebalais.net/article-17178984.html
    Oui, n’oublions pas ces objets du passé, s’en souvenir c’est leur donner une âme en phase avec celles de nos aïeux que nous sortons de l’oubli.
    Amitiés des farfadets du Poitou.

    J'aime

  35. Oh oui cette machine à coudre si utile pour mettre des pièces aux bleus de travail il y a très longtemps, puis vint la machine plus sophistiquée allant très vite lorsque j’étais mécanicienne en confection à Lille dans les années 60//70, un bel article de souvenirs, bises Mo et Amitiés Marc

    J'aime

    • Bonjour marie,
      cette machine servait vraiment à tout… Ma mère s’en servait énormément… Plus tard elle a eu aussi des machines électriques et s’en servait aussi.
      Je vois que tu les connais très bien!
      Bises et bonne journée à toi,
      Mo

      J'aime

  36. Bonjour,

    Le temps est ensoleillé et on en profite pour faire des photos des oiseaux qui sont venus « au resto de Tiot ».

    Tiot a trouvé une potion pour combattre le virus.

    Bonne journée

    J'aime

  37. tu as le chic pour évoquer de tendres souvenirs qui font tilt chez les…. plus de 20 ans… si on avait su que ces précieux objets familiers étaient si solides et paradoxalement éphémères, nous les aurions gardés, pour la nostalgie et éventuellement pour remplacer au pied levé les machines en plastique à l’obsolescence programmée !

    J'aime

    • Bonjour Emma
      Eh oui, elles sont increvables ces vieilles machines, réparables en tout cas…
      Ma mère n’avait pas gardé sa vieille machine, elle aimait tout ce qui était moderne même la pub car elle avait connu la guerre et ses privations.
      Mo

      J'aime

  38. les patrons pourraient faire de beaux tableaux !!!!
    amitié
    tilk

    J'aime

  39. les températures jouent au yoyo autour des zéros °
    Passe une bonne fin de semaine
    Bises

    J'aime

  40. bonjour chers amis, ma mère possedait le meme trésor, la Singer à pedales qui devait dater de 1920, lors de son décés nous en avons fait cadeau à notre bru, fine couturière, hélas divorce, la machine a disparue, nous ne la reverrons jamais, c’est bien certain, j’apprecie votre geste, demonter la machine de maman pour l’envoyer en caroline du Sud !! c’est beau ! je savais que c’était Thimmonier l’inventeur, sur le catalogue de Manufrance, on trouvait de tres belles machines ! mais ça c’est fini ! portez vous bien, amitiés et bises

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour René,
      quel succès elles avaient ces machines Singer à l’époque… Remarque, elles existent toujours mais sont bien différentes! moins belles et moins durables (comme tout ce qui contient de l’électronique). Celle que j’ai (la seule que j’ai jamais eue) est électrique mais très basique, je l’ai depuis presque 40 ans.
      Nonne journée à toi et bises,
      Mo

      Aimé par 1 personne

  41. Bonjour,

    Tout se passe bien malgré la pluie.

    C’est le foutoir comme jamais chez nos dirigeants.

    Demain on ira faire un tour en attendant le rerereconfinement.

    Bon dimanche

    J'aime

  42. Bonjour mes très chers, Mo et Marc
    C’est avec une tempête et la pluie que j’ose m’aventurer chez toi, car le mistral y va bon train, c’est la galère mais il ne fait pas froid.
    Bonne soirée mes amis et gros bisous à vous deux
    Méline

    J'aime

  43. Marc m’épate régulièrement par la précision de ses souvenirs et la justesse savoureuse des détails avec lesquels il les fait revivre.
    C’est toujours un grand plaisir de le lire.

    J'aime

    • Ah , ça c’est gentil, mais je confesse que je dois faire chauffer ce qu’il me reste de neurones quand Mo me demande de trouver un souvenir…
      en plus, faut que ce soit général , je ne vais pas parler du boulot ( car là j’ai du stock), ni de la BA115….
      Merci à toi
      Marc ..

      J'aime

  44. Bonsoir Mo et Marc. Ces objets ont une valeur sentimentale qui n’a pas de prix. Les machines à coudre sont revenues à la mode avec le premier confinement, plus modernes bien sûr mais sans doute pas aussi endurantes, comme tout le reste. Le passage avec les patrons en papier de soie m’a rappelé un sketch de Coluche qui n’était pas non plus sans fondement… Bon week end à vous !

    J'aime

    • Bonjour Nico,
      C’est exactement ça pour les machines.
      Tout de même j’ai une électrique depuis près de 40 ans mais elle me sert très peu et elle est vraiment basique.
      Je me souviens du sketch de Coluche.
      Bon dimanche à toi
      Mo

      J'aime

  45. ma mère oublie pas mal de choses mais pas sa machine à coudre
    faut dire qu’elle a fait partie de sa vie
    amitié
    tilk

    J'aime

  46. Salut,

    Il fait froid alors il neige .

    On est bien au chaud à regarder la télé.

    J’espère que tout va bien de votre côté.

    Bonne fin de journée

    J'aime

  47. Ma tante en avait une et s’en servait souvent. Je trouvais le mécanisme très compliqué et je ne m’en suis jamais approché. Je trouvais que c’était un instrument dangereux et je pensais qu’on pouvait y laisser ses doigts. J’ai appris que depuis l’heure de l’informatique la machine tout toute seule (hors la soupe). Ce n’es plus de jeu ! Florentin

    J'aime

  48. Bonjour mes amis 
    Ceci est un copier coller…Hier j’ai eu un très gros problème de santé, du matin jusqu’à 3h cette nuit, j’ai évité l’hôpital de justesse… 
    Je remercie Dieu de me l’avoir évité. mais je vous rassure, je viendrai commenter votre post dès que possible dans la journée, si je vais mieux
    Bonne journée mes amis et gros bisous à tous 
    Méline

    J'aime

  49. Salut,

    Enfin on a un peu de soleil, la neige fond.

    On va sortir un peu jste avant 18h.

    Bonne semaine

    J'aime

  50. Bonjour mes très chers, Mo et Marc
    Le mistral est toujours là mais il a baissé d’intensité, je respire mieux.
    Bonne journée mes amis en espérant que vous allez bien tous les deux
    Gros bisous
    Méline

    J'aime

  51. Salut,

    On a un temps frais et un ciel gris.
    On est allé faire les courses , c’était plein chez Leclerc?

    A croire que les gens ont peur du reconfinement.

    J’espère que tout va bien par chez vous.

    Bonne journée

    J'aime

  52. Bonjour,

    le temps est humide avec du crachin alors on se met devant la télé mais pas pour regarder les infos.

    Bonne journée

    Aimé par 1 personne

  53. Je passe vous souhaiter une bonne soirée, j’adore les récits de Marc qui rappellent notre temps passé, bises Mo et amitiés Marc.

    J'aime

  54. Salut,

    Le temps est venteux et il pleut alors on se met au chaud.

    Bonne journée

    J'aime

  55. En réponse à ton com !: Suffit-il de prier le Bon Dieu pour obtenir ce que l’on veut ? Je n’en sais rien. Mais je crois qu’il vaut mieux – c’est plus sûr- ne compter que sur soi-même. Florentin

    J'aime

  56. tu fais une pause ?
    amitié
    tilk

    J'aime

  57. Salut

    On a un temps pourri avec pluie et froid.
    Autant rester à la maison car on est mieux au chaud.

    Je vous souhaite un bon week-end

    Des réalités qui font marrer aux infos du poissonnier.

    J'aime

  58. ou alors tu hiverne comme mon jardin …
    depuis que les voisins m’ont obligé à élaguer mon chaîne
    j’ai perdu l’envie ….

    J'aime

  59. Coucou, bon samedi, ici pluvieux, moche comme la situation, bises @plus

    J'aime

  60. il y a pas mal d’inondations dans ma région, il faut dire qu’il a beaucoup plu, et qu’il pleut encore !
    J’ espère que c’ est mieux chez toi, passe une bonne fin de semaine
    Bises

    J'aime

  61. Bonjour
    Ce sont de belles choses que de se les passer de générations en générations!
    Bisous

    J'aime

  62. Salut

    On n’est pas confiné mais comme il pleut je ne risque pas de sortir .

    J’espère que tout va bien alors bon dimanche.

    J'aime

  63. Bonjour et merci de ta visite. J’ai regardé avec beaucoup de plaisir les fleurs et l’une d’elles m’étonne : ta rose de Noël est rose. Bizarre : les miennes sont blanches. De quelle variété s’agit-il ? Est-ce dû à leur longévité ? A la terre où elles poussent ? Ou bien parce qu’elles ont déjà un certain âge ?

    J'aime

  64. J’ai hérité d’une Singer qui ressemble comme deux gouttes d’eau à la tienne. Il m’est arrivé de tenter de m’en servir, mais je n’avais aucun talent pour ce faire. J’ai donc abandonné très vite mes velléités et ai remisé la Singer au grenier.

    J'aime

  65. ah, nostalgie quand tu nous tiens… un véritable trésor d’un aut’ temps, Mo! ma grand-mère maternelle(RIP) en avait une et pendant des dizaines d’années, elle s’en est servie TRÈS souvent.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :