Archives de la catégorie ‘Non classé

Marc nous a cuisiné un chou farci.   74 comments

.

.

En fait  j’aime bien quand il cuisine  mon bonhomme.

D’abord il aime ça.  Il y met tant d’attention et de petits détails et ensuite il me dit qu’il y met un ingrédient introuvable ailleurs: sa tendresse.

Faut dire que sa recette s’étale sur deux jours. il commence par blanchir le chou, c’est le plus facile.
Puis ensuite, et là il  en bave un peu. En fait il se brûle: il ouvre le chou feuille par feuille pour arriver au cœur. Çà fait comme une grosse fleur avec un gros pistil pommé. Il enlève le cœur du chou et l’émince dans sa farce:  un mélange de chair à saucisse, châtaignes en petits morceaux, morilles, auquel il ajoute quelques morceaux de truffes.
Il creuse l’emplacement du trognon de chou et commence  à remplir d’un paquet de son mélange, il referme.
Il dispose une couche de farce tout autour qu’il recouvre de  feuilles et ainsi de suite. En fait il referme le chou  mais entre chaque couche de feuilles il a intercalé de la farce pour obtenir un chou  en strates, quoi.

Ensuite il m’appelle pour que je l’aide à ficeler. Faut dire qu’il n’est pas doué, il n’a pas le geste sur du boucher qui saucissonne son rosbif. Mais bon, moi je  sers juste à poser l’index sur la ficelle:
-« appuie là, merci ».
Il sort SA cocotte en fonte, achetée il y a  bien des années chez Dehillerin, aux halles, du temps où c’étaient les halles.
Il met à rissoler dans de la graisse d’oie des morceaux de lard fumé, de l’oignon et  des carottes coupées en  rondelles, une pincée de sucre (« toujours dans les carottes » dit-il doctement).

Quand c’est rissolé à sa convenance, il déglace avec un coup de cognac ou d’armagnac,  pose son chou ficelé sur ce matelas parfumé, rajoute son reste de châtaignes et de morilles,  mouille à  mi-hauteur avec un mélange bouillon, vin blanc sec et c’est  parti.!

Ça va mitonner  deux ou trois heures à petits bouillons, « faut que ça réduise »   lance-t-il et il couvre.
Je le vois régulièrement jeter un œil, retourner le chou. Au bout de deux bonnes heures, il arrête.

Et le lendemain, avant l’heure du repas, il remet en route un peu plus fort : faut réduire, réduire… C’est son credo.
Je  dois confesser qu’au moment de servir, il y a des parfums qui s’échappent, des fragrances à damner un ermite.
Oui.. je ne devrais pas le dire mais il cuisine bien mon bonhomme…

.

.Et en plus,  il se tape toutes les vaisselles.

Publicités

Publié 14 octobre 2018 par Leodamgan dans Aliments et boissons, Divertissement, Non classé, Recettes

Tag(s) associé(s) :

Que faire en notre jardin en octobre 2018   63 comments

.

NETTOYER les allées, des feuilles mortes, et des figues, poires de curé, pommes tombées pendant notre absence en Bretagne, on n’en finit pas…

BOUTURER en place les aubriettes

METTRE en bac dans du terreau les dahlias précoces qui ont arrêté de fleurir en attendant que le feuillage se fane

PLANTER les oignons de tulipes à la place des dahlias retirés

DEPLACER les croscomias qui sont trop à l’ombre et certains cassissiers aussi

TAILLER les tiges de framboisiers qui ont donné ainsi que les groseilliers et cassissiers

RENTRER en serre en fin de mois les plantes sensibles au froid

REINSTALLER l’abri à agaves dans la rocaille (rude boulot..)

RECOLTER les noix, betteraves rouges, raisin, carottes.

DESHERBER eh oui, malgré la sècheresse…

.

.

 

Publié 9 octobre 2018 par Leodamgan dans Agenda, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

Nos fleurettes en septembre 2018   77 comments

.

en début septembre et fin septembre

car entre les deux nous étions bretons.

.

Amarante pourpre, anémone du Japon,

aster, bégonia,

..

buddleia, campanule persicifolia blanche,

campanule persicifolia bleue, chèvrefeuille,

.

.

cyclamen, dahlia nain pourpre,

dahlia nain rouge et jaune, dahlia rouge,

.

.

fuchsia,  gaura,

hortensia Annabelle, hortensia macrophylla,

.

.

impatiens Balfouri, gueule-de-loup,

nénuphar, œnothère biennis,

.

.

phlox, plumbago larpentae,

rosier 14 juillet, rosier Fleurette,

.

.

rosier Icenerg, rosier jaune,

rosier Meilland, rosier New face,

.

.

Rosier Pierre de Ronsard (un peu fatigué), rosier Smarty,

Rosier White fleurette, rudbeckia,

..

sedum spectabile, sedum Vésuve,

solanum Ranconetti, verveine de Buenos-Aires

.

La grande majorité de ces fleurs était surtout présente début septembre,

bien entendu…

Publié 1 octobre 2018 par Leodamgan dans Fleurs du mois au jardin, Non classé

Tag(s) associé(s) : ,

Trocs et puces à Etel   64 comments

Webcam Etel de ce matin. Vue sur la barre d’Etel depuis la mairie.

.

Ça y est..  c’est bien la Bretagne…

.
Après une journée de pluie et vent fort hier.. ce matin..  une petite bruine  alliée à un brouillard  nous fête l’arrivée de l’automne..
Tout est humide.. poisseux.. le volant de la voiture colle aux  mains et la lutte contre la buée est de retour.. Mettre la ventilation.. façon sèche-cheveux.. à couvrir la radio..
Nous avons fait un tour au vide-grenier d’Etel.. mais  beaucoup d’exposants sont absents..  les quelques plateaux  à l’abri offrent  le plus souvent des vêtements.. et l’avancée de tôle qui sert d’abri offre une pente facile aux gouttes d’eau qui te dégringolent dans le dos ou le cou quand  tu te penches pour regarder mieux à travers tes lunettes humides..
La Bretagne qu’on aime.. celle des chemins  bordés de murets.. des  fougères rousses qui s’ombrent sous la pluie.. les ajoncs qui nous étincellent  leurs fleurs jaunes…
Le ciel se confond à l’horizon.. l’odeur d’iode..  le grondement de la barre.
Et les rares goélands qui possèdent la qualification anti-tempête tentent quelques figures dans cet air chargé de gouttelettes…

La Bretagne des rochers immuables.. que la vague vient  blanchir..

Gast..

Qu’elle est belle la Bretagne…

Marc

.

Webcam Etel . Vue de la barre d’Etel depuis la mairie  Ça s’éclaircit..

Pour suivre en direct avec nous le temps à Etel :

https://www.viewsurf.com/univers/surf/vue/13866-france-bretagne-etel-la-barre-detel-live

.

En fait, il y a du soleil en ce moment précis (1 heure de l’après midi).

En Bretagne, jamais de journée de pluie sans un rayon de soleil!

Mo

 

Publié 23 septembre 2018 par Leodamgan dans Bretagne, Etel, Non classé

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Protéger les grappes de raisin .   82 comments

.

A fin août, nos vignes:

 

muscat de Hambourg non encore coloré,

.

.

chasselas doré,

.

.

 et Ampelia Perdin

semblent bien sans défense.

Les guêpes, frelons et oiseaux doivent déjà saliver…

.

.

Donc, à fin septembre, une seule solution : l’ensachage.

Il faut une certaine patience, j’ai acheté 100 sacs et il en aurait fallu plus.

Ce sont des sacs en organza réutilisables avec un cordonnet coulissant bien pratique.

Évidemment, ils sont plus chers que les sacs en papier que je rachetais tous les ans .

Je verrai si ces nouveaux sacs sont plus efficaces.

.

Publié 6 septembre 2018 par Leodamgan dans Concentré de culture jardinière, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

Modernité   60 comments

.

La boulangerie où j’ai l’usage d’aller était fermée.. en travaux depuis fin juin..

. .

j’allai donc à la maison mère puisque ces deux boulangeries sont jumelées et on y trouve un pain qui est un pain.. des ficelles trop pâlichonnes à mon goût mais qui ne deviennent pas des bâtons de police le soir..

.

.
j’avais fait remarquer ce phénomène à un autre boulanger.. il m’avait rétorqué, outré, que les ficelles étaient faites pour être mangées dans les quelques heures.. pas à garder pour le soir.. eh oui.. un boulanger qui avait dû sécher les cours.. ou un gougnafier bon à crucifier sur son fournil…

.

.

Bref ce matin, la boulangerie usuelle était ouverte..  transformation significative..  espace plus grand.. présentoir des gâteaux en arc de cercle pour faciliter la file d’attente qui en général se prolonge de plusieurs  bons mètres dans la rue.. une boutique nouvelle.. une caissière nouvelle.. et l’autre qui me connait et que je complimente pour les travaux..  une caisse nouvelle.. et nous y voilà.

Je prends mes pains habituels.. des « petits Morin »  du nom du sous-affluent de la Seine qui coule en Seine et Marne..
(NDLR : en fait il y a le petit Morin et le grand Morin, Morin signifiant marais en briard).

.

Je complète avec deux gâteaux et m’apprête à lui tendre mon biffeton de 20 euros.. quand elle m’indique, au bas de la caisse, deux espaces en creux dont l’un muni d’une fente et m’enjoint d’y glisser mon billet… je m’exécute et la machine telle un ministre de Bercy m’aspire goulûment le billet.. pour le recracher aussitôt..
Eh oui, en bon vieux inadapté au modernisme je n’ai pas calé mon billet sur la partie droite de la goulotte.. servant ainsi de guide.. ce qui, avouons le, sans explication, n’est pas d’une évidence biblique..

.

(non, cela ne me ressemble pas).

.

Fort heureusement, en ces  jours d’aout et si tôt, il n’y avait personne derrière moi pour lever les yeux au ciel en pensant que, décidément, les personnes âgées sont un poids pour les actifs qui n’ont pas que ça à foutre , eh oui.. ces  actifs fringants  greffés  du smartphone.. pas patients.. t’inquiète mon gars.. ton tour viendra.. ! 

( peut être…).

.Je réitère  la manœuvre sous l’œil bienveillant de la caissière.. mon  billet disparait dans cette fente Darmanesque.. et un cliquetis m’annonce dans le creux d’à coté.. tel un bénitier en plastique avec un plan incliné (pas très bien orienté et donc perfectible) la monnaie qui dégringole comme dans les phantasmes de l’oncle Picsou..
Misère.. au lieu d’entendre le traditionnel..  30.. 80.. et 20 qui font 100.. voire,  comme  on disait  du temps d’avant, et 20 ça fera la rue Michel.. une machine.. le gros pognon entre.. le petit pognon sort..

J’en suis resté comme deux ronds de flan.. (c’est la cas de le dire puisque nous parlons monnaie).

.

.

En regagnant la voiture  après avoir trouvé que c’était  pas mal.. j’ai songé à tous ces doigts plus ou moins propres qui allaient caresser cette sébile à flouze..
Z’auraient pu faire balancer un coup de pouit-pouit (désinfectant).. histoire de désinfecter.. ça va devenir rapidement un  nid à microbes.. les scrofuleux.. eczémateux.. les ceusses qui ne se lavent pas les mains après avoir été  lisbroquer ou  couler un bronze..

Beuah.. tu prends  ton pain main droite.. tu changes de main pour récupérer ta braise.. et tu reprends ton pain.. le tartinant avec les cadeaux  bonux.. beuh..
Ça me fait suer de prendre la carte bancaire sans contact.. j’y suis hostile..  mais là..
Je ne vais quand même pas arrêter de manger du brignolet..

.
En tout cas..   quelle modernité!

.

Marc

.

gougniafier  : bon à rien, goujat

flouze : argent. Synonymes : pognon, artiche, braise, blé, radis, oseille, fric, ronds, etc…

lisbroquer : pisser

couler un bronze : faire la grosse commission. Synonyme : poser sa pêche.

brignolet : pain

 

 

 

Publié 20 août 2018 par Leodamgan dans Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , , ,

Résilience   33 comments

.

Voici à quoi ressemblait notre cornouiller sanguin au début :

.

.

Cette variété est surnommée « Winterflame » pour ses jeunes rameaux jaunes et rouges.

.

On est censé le recéper régulièrement pour provoquer la pousse de nouveaux rameaux à partir de la base.

J’ai commis l’erreur de le laisser grandir en petit arbre.

Résultat : les branches ne sont plus colorées et il fait de l’ombre aux plantes voisines.

.

Le 22 juillet de cette année nous avons taillé court le tronc comme je l’ai raconté dans mon blog.

https://leodamgan.wordpress.com/2018/07/22/on-naime-pas-couper-les-arbres-mais/

Certains commentateurs n’étaient pas très d’accord sur la coupe d’un arbre et je tiens à rassurer ces derniers :

.

.

Il n’est pas mort!

.

%d blogueurs aiment cette page :