Archives de la catégorie ‘Non classé

Qu’allons nous faire au jardin en octobre?   35 comments

.

C’est un des mois où il peut y avoir le plus de boulot.

.

.

PLANTER des arbustes à petits fruits et les tulipes (déjà fait)

RESSEMER les zones dénudées des pelouses (déjà fait)

DEPLACER le compost en cours pour en démarrer un nouveau après utilisation du vieux qui est terminé.

TAILLER les branches mortes et les fleurs fanées ainsi que les longues tiges des mûriers sans épines qui ont produit cet été (fait aujourd’hui).

ARQUER les branches des grands rosiers après taille légère des fleurs fanées ( la vraie taille sera en mars)

CURER les gouttières qui sont sous les grands poiriers de curés

RAMASSER les poires tombées des grands poiriers et les mettre au compost

RECOLTER betteraves rouges, carottes, haricots frais à écosser et ce qui reste de noix.

RENTRER les plantes les plus frileuses (cactus…) dans la maison et les semi-rustiques dans la serre

DETERRER les pelargoniums et les euryops pour les rentrer en serre

ARRACHER les dahlias en fin de mois

RANGER les planches qui ne sont plus nécessaires au potager

TONDRE et désherber (encore et toujours…)

.

Sans oublier que nous avons des obligations occidentales comme d’habitude.

.

Un de nos deux poiriers de curé (10 à 12 m)

.

 

 

Publicités

Publié 8 octobre 2017 par Leodamgan dans Agenda, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

Les fleurettes de notre jardin en septembre 2017   37 comments

En cette (belle) arrière-saison, suivant l’expression consacrée,

nous avons eu entre le 1er et le 30 septembre

(mais pas en permanence):

.

amarante pourpre, anémone du Japon,

aster ordinaire, bégonia rose,

,

.

bégonia rouge, bourrache (plante pleine de vertus),

campanule des murailles, campanule portenschlagiana (oui je sais, à mes souhaits!),

..

crocosmia Lucifer, cyclamen,

dahlia nain rouge et jaune, dahlia cactus  nain rouge,

..

érigeron karvinskianus (rien à voir avec une pâquerette), euryops,

gaura, hélianthus,

..

hortensia Annabelle, impatiens Balfouri,

knautia macedonica, muflier,

.

.

œillet d’Inde, œnothère biennis (originaire dOléron il y a bien 10 ans…),

oranger du Mexique, pélargonium rose,

..

pélargonium rouge, plumbago larpentae (terriblement envahissant!),

rosier 14 juillet (on rêve?), rosier Bonica 82 (35 ans d’âge, cet arbuste, donc),

..

rosier Danse du feu, rosier Fleurette,

rosier Iceberg, rosier New face,

..

rosier Pierre de Ronsard, rosier Smarty,

rosier The fairy, rosier White fleurette,

..

rudbeckia Goldsturm, sedum spectabile,

sedum Vésuve, verveine de Buenos Aires.

.

J’en avais deux ou trois autres

mais elles ne voulaient rien savoir pour se laisser photographier!

.

Publié 30 septembre 2017 par Leodamgan dans Fleurs du mois au jardin, Non classé

Tag(s) associé(s) : , , ,

Fête maritime à Etel les 16 et 17 septembre 2017   51 comments

C’est passé, je sais…

Mais quand même:

.

Toutes les vedettes des SNSM (Société nationale de sauvetage en mer )

étaient là, bien décorées.

.

.

ainsi que de beaux voiliers :

...

.

.

De plus,

.

.

nous avons eu droit à un défilé de vieilles voitures de pompiers

venues de diverses communes de la région

(bien entretenues ma foi).

.

Et dimanche soir, le dernier bateau a mis les voiles.

.

Il y avait plus de détails ici  : http://www.letelegramme.fr/morbihan/etel/patrimoine-deux-thoniers-des-anniversaires-15-09-2017-11664607.php

 

Publié 19 septembre 2017 par Leodamgan dans Divertissement, Etel, Non classé

Tag(s) associé(s) : , , ,

Travaux divers et d’été.   45 comments

.

Les mois de juillet et aout sont géniaux pour bricoler tranquillement

le quartier est calme, quasiment pas de voisins ou alors ce sont des calmes comme nous.

.

Pour entrer dans le vif du sujet:

nous avions commandé des dalles en opus incertum mais avons eu les yeux plus gros que la surface à couvrir.

Alors, que faire en plus des travaux prévus? Il y a un peu des deux dans les photos qui suivent.

.

.

A droite de l’entrée de garage, un muret en brique s’est fissuré sous les humeurs d’un sol argileux gonflé l’hiver et desséché en été..

Après réfection avec des briques neuves, sera-t-il calmé un moment?

..

A gauche de l’entrée de garage (par raison de symétrie?), même problème et même solution.

..

A un angle d’allées, le pauvre muret criait misère aussi.

On en a profité pour caser en douce quelques dalles d’opus incertum devant.

..

Alors là, je ne balance pas, j’évoque : à un endroit très passant (où nous mettons notre poubelle verte)

nous avions une vue imprenable sur les poubelles jaune et rouge du voisin.

Visuellement, c’était médiocrement esthétique.

Après la pose de planches en brise-vue (et de dalles  en opus incertum pour le plaisir),

ça va tout de suite mieux.

..

Quelques poses de dalles en opus incertum:

sous la boite aux lettres, devant notre pudique petit réduit à poubelles fait maison,

devant l’entrée de garage, devant l’entrée de la serre (les joints restent à faire).

.

Il nous reste encore quelques dalles.

On envisage de couvrir l’entrée de la cabane de jardin

mais après, on n’a plus d’idées…

..

Maçonnerie mise à part, nous avons fait aussi quelques solides tuteurs.

Pour les framboisiers et pour la vigne (qu’on suspendait à la corde à linge auparavant).

.

J’ai oublié de mentionner quelques autres menus travaux que nous fîmes.

On pourrait penser que nous n’aurons plus rien à faire l’été prochain

mais sans rien vous dévoiler précisément, la liste est encore longue

(et s’il pleut, nous pourrons toujours repeindre le sous-sol).

 

 

 

.

Tarte aux pommes et à la cannelle involontaire et confit de canard raté.   49 comments

.

Je voulais faire une tarte avec les pommes du jardin.

.

.

Pour suivre une recette, j’avais demandé à Marc de mettre « crème pâtissière » sur sa liste de courses de la semaine. Mais j’avais oublié de lui faire noter aussi du lait. donc je me suis trouvée prise au dépourvu le dimanche matin venu.

Qu’à cela ne tienne, ce dimanche matin je change mes batteries et ma recette : la crème pâtissière est remplacée par de la compote de pommes (que j’avais faite la veille). Mais pour éviter que la pâte brisée soit détrempée par la compote, j’ai étalé dessus des speculoos concassés et l’ai mise à précuire 10 minutes au four.

Ensuite, j’ai étalé la compote sur le fond couvert de speculoos et garni classiquement avec des lamelles de pommes. Sur ce:  30 minutes de cuisson à 200°.

Résultat pas trop mal ma foi… Il semblerait que j’ai enfin trouvé un truc qui fonctionne vraiment pour éviter les fonds de tarte mouillés. J’ai obtenu une pâte très fine qui avait la consistance des gâteaux secs.  Les speculoos avaient fondu dans la compote.

Marc ne raffole pas de la cannelle (des speculoos) mais a trouvé que ça allait bien avec les pommes. La prochaine fois, j’utiliserai des gâteaux secs  au citron par exemple.

********************************

Un raté plus difficile à avaler (au sens propre) en ce beau dimanche : notre essai de confit de magret de canard. Je préfère ne pas mettre la photo.

La veille, nous avions repéré une recette à faire au four : le magret, plongé dans de la graisse d’oie, est cuit deux heures à 160°. Simple, apparemment? C’est parti!

Résultat : le magret à réduit de moitié en volume et est devenu dur comme du béton.

Nous l’avons jeté, ne tenant pas à nous casser une dent.

Autrefois quand nous habitions Paris, nous avions fait, entre autres, du confit avec des résultats satisfaisants. La recette était différente. C’était en cocotte à feu doux pour des cuisses de canard. Quelle est la différence fondamentale?

.

Amis experts en cuisine : SOS!

.

Publié 20 août 2017 par Leodamgan dans Aliments et boissons, Non classé, Recettes

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Pont sur un torrent de pierres. Etape 2 : les pierres et les plantations.   40 comments

.

On continue, il n’y a pas de raison de s’arrêter en si bon chemin.

.

.

voilà le résultat.

.

.

D’abord nous avons creusé le lit du torrent, normal.

..

Ensuite, avec la terre extraite du lit, nous avons remanié les volumes de terre.

Un bon moyen de retenir la terre : une lame d’aluminium flexible.

Pour circuler sans se « gadouer » les pieds : des plaques d’opus incertum.

Les rosiers sous la pergola devenant un peu accrocheurs, plutôt que de tendre une ficelle pour réfréner leurs ardeurs,

nous avons cloué sur deux poteaux de la pergola un chevron et une planche à la même hauteur que ceux de la clôture

et peints de la même couleur bien sûr.

En haut à gauche, les plantes à larges feuilles sont de la consoude, un bon engrais naturel.

.

.

Cette consoude (la plante à fleurs bleues) prend ses aises à l’époque de la floraison, en avril,

mais  reprend des proportions raisonnables une fois les tiges florales fanées coupées.

..

Pour les pierres du torrent, nous avons récupéré celles d’un coin que nous voulions démonter, proche du bassin.

Il a fallu, non seulement récupérer les pierres mais les trier par taille (merci Françoise!).

On sèmera de la pelouse à cet endroit là.

Il y avait là deux petits conifères : un juniperus taillé en nuage qui rejoindra  un coin japonisant

et un thuya qui ira meubler les rives de notre torrent de pierres.

..

Dans la nature, en montagne, les pierres s’entassent naturellement un peu partout surtout dans les torrents

mais chez nous, avec notre terrain argileux, les cailloux seraient vite enfouis dans la boue à l’occasion des pluies.

Alors nous avons triché.

Nous avons mis un film protecteur au fond du lit du torrent

et consolidé les parois avec des demi-rondins.

..

On a d’abord placé les petits gravillons, puis les pierres de taille moyenne et enfin les grosses.

Et même du bois pétrifié qu’on avait depuis longtemps (on ne se refuse rien).

A chaque extrémité de ce « bras » de torrent on a fait une sorte d’auvent sous la passerelle  comme si l’eau s’enfuyait par là.

..

Il était temps de meubler les rives.

Il se trouvait que j’avais un tas d’iris à diviser, alors j’en ai replanté  un peu partout.

..

On a intégré le petit thuya récupéré lors du démontage de la zone de galets (voir plus haut).

Il a bénéficié d’un reste de gravillons pour être dans le ton.

..

J’ai planté aussi une véronique (venue d’ailleurs) : c’est le petit arbuste rond qui ressemble à un conifère. Vous le voyez?

..

Pour couvrir les pentes, un peu de sédum récupéré convient bien. Il va s’étoffer.

..

Comme plante de « rive », le bergenia s’impose.  Il s’agit là de boutures plutôt que de rejets.

Donc les plantes garderont un aspect avachi quelque temps

mais elles redeviendront pimpantes pour le printemps prochain (avec des fleurs, j’espère!).

..

J’ai propagé de l’helxine entre les pas  de pierre.

Certains trouvent cette plante excessivement envahissante, le fait est est qu’il y a de ça…

Il n’y a pas plus facile à propager.

On en arrache quelques poignées (en quantité QSP), on en plaque sur le sol arrosé jusqu’à être boueux et on tasse.

C’est inratable. A arroser par temps de canicule mais autrement aucun soin n’est nécessaire.

..

C’est fini pour les plantations.

Mais on est en train de passer à autre chose en  ce moment…

.

Pont sur un torrent de pierres. Etape 1 : la charpente   51 comments

.

A construire soi-même, évidemment…

.

.

Voici le résultat à ce stade.

..

Auparavant, en avril, c’était assez fleuri.

. .

Mais le reste de l’année, c’était misérable après la floraison.

..

Marc a fait un plan technique détaillé de ce qu’il comptait réaliser

ainsi qu’une évaluation du coût des matériaux nécessaires.

..

La mise en œuvre a commencé le 4 juillet.

Afin de supporter un plancher, nous avons disposé des lambourdes sur des parpaings.

Le gros problème était la mise à niveau dans un plan horizontal:

creusement sous les parpaings, ajout de cales entre les les parpaings et les lambourdes jusqu’à obtenir une parfaite horizontalité.

..

Ensuite, ce fut la couverture par des planches.

Le dessous des planches a été bitumé pour être protégé et disposé afin de sécher.

..

Ensuite, nous avons planté les quatre poteaux du pont.

Là encore, le niveau à bulle est indispensable : pour assurer la verticalité des poteaux et pour que les sommets des poteaux  se trouvent dans un même plan horizontal.

Les supports métalliques des poteaux font environ 80 cm. Pour arriver à enfoncer complètement leur pointe, il a fallu bien arroser le sol.

la base des poteaux est bitumée avant d’être insérée dans les supports métalliques.

..

Les planches sont vissées dans les lambourdes.

Il a fallu des vis particulières passées à la graisse pour le pont.

..

On visse des lambourdes  aux poteaux du pont.  Il faut la grosse perceuse. L’assemblage se fera avec une tige filetée.

On prépare les traverses qui supporteront le plancher du pont : amincissement des extrémités et ponçage.

..

Le bois assemblé jusque là est imbibé d’un saturateur teinté (en deux couches) pour le protéger.

Le pont étant assez haut par rapport à la passerelle de bois à droite, il y a une marche intermédiaire.

..

Toutes les découpes de chevrons destinées aux assemblages ont été numérotées comme sur le plan.

On a fabriqué un motif décoratif pour les rambardes du pont, puis on l’a passé au saturateur.

..

On s’occupe ensuite d’une clôture qui entourera l’ensemble déjà réalisé.

Elle sera constituée de poteaux verticaux et pour les rambardes : de chevrons et de planches.

L’extrémité des chevrons est découpée afin de s’adapter aux poteaux (elle sera bitumée ensuite).

..

Les poteaux sont bitumés.

On commence par fixer les chevrons aux poteaux.

Le niveau à bulle est toujours obligatoire bien sûr.

.

.

Les chevrons sont passés à la peinture rouge.

Ensuite on ajoute les planches au dessous.

..

Les planches sont passées au bitume.

.

.

Ensuite, ce sont des finitions:

boules de bois au dessus des poteaux du pont, chapeaux d’aluminium au dessus des autres poteaux.

les supports métalliques sont entourés d’un petit solin de béton.

Du joint protège l’intervalle entre les supports métalliques et les poteaux.

..

Quelques vues d’ensemble après l’étape 1.

(à suivre).

.

%d blogueurs aiment cette page :