Archives du tag ‘Travaux

Que faire en notre jardin en septembre 2020?   80 comments

.

Excellente question que je me remercie de m’être posée.

.

.

RECOLTER les tomates, les poivrons et les piments doux. Seuls les piments ont bien donné, le reste est une catastrophe avec cette terre dite  « maraichère » qu’on m’a livrée l’automne dernier. Je n’ai eu  que deux minuscules aubergines par exemple. Quand je regarde les photos des récoltes 2019, j’en ai mal au cœur.

COUPER à raz de terre les vieilles branches des mûriers sans épines qui ont fructifié et palisser les nouvelles de l’année sur les fils de fer.

ENSACHER les grappes de raisin. Il y en a beaucoup moins que l’an dernier mais justement je ne tiens pas à les laisser aux guêpes, frelons et étourneaux.

NETTOYER les pompes des bassins avant l’automne.

ARROSER les plants d’artichauts. Ils ont beaucoup donné (et vive la Bretagne et les bretons!) car ils font des rejets à la base des vieilles tiges coupées. Ces rejets doivent être œilletonnés au printemps suivant. Arroser aussi les plants de tomates (sans se faire trop d’illusions, les tomates vertes ne rougiront plus guère). Sans oublier les érables qui ont souffert de la sécheresse.

DESHERBER et ratisser comme d’habitude. Les feuilles jaunissent et vont bientôt commencer à tomber. Ramasser les fruits pourris tombés par terre et les mettre aux déchets verts (pas au compost).

FAIRE DES CONFITURES de figues avant que les oiseaux ne les dévorent toutes.

.

 

Publié 6 septembre 2020 par Leodamgan dans Agenda, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

Retournement de compost   114 comments

.

Il n’y a pas que le retournement

il faut aussi vider l’emplacement du vieux compost qui est mûr.

Je vous montre tout ça.

.

.

A ce stade, j’ai presque fini de récupérer le vieux compost mûr (plus que deux brouettes!).

Évidemment, des arbustes de la haie sont venues s’en gaver sournoisement mais j’y ai mis bon ordre (au sécateur).

Voilà, l’emplacement est vidé.

J’ai transporté les seaux de compost dans la brouette (c’est qu’ils pèsent…).

..

J’ai étalé le compost au potager à droite et à gauche de l’allée.

j’en ai mis aussi au pied des groseilliers et cassissiers.

En passant, comme j’ai vu des pieds de framboisiers qui vagabondaient, je les ai récupérés pour les confiner avec les pieds-mères.

.

.

Bon maintenant, il faut s’occuper du compost en cours (à gauche). Je l’ai transféré dans l’emplacement libéré par le vieux compost mûr (à droite).

Au cours de ce transfert, le compost est retourné donc, sur le dessus, on a du terreau à moitié composté. Il sera fini au printemps prochain.

Dans l’emplacement maintenant libéré par l’ancien compost en cours, vous apercevez peut-être le rouge-gorge qui m’a aidé tout au long de mon travail?

.

J’espère que mes explications étaient claires?

Sinon n’hésitez pas à me poser des questions.   😉

.

Demain je change d’occupation : je vais fabriquer des masques.

.

Publié 12 avril 2020 par Leodamgan dans Entretien au potager, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

Travaux à Pont Lorois et mauvais temps.   55 comments

.

Depuis Pont Lorois

.

.

le pont qui relie les rives de la Ria d’Etel à hauteur de Plouhinec,

.

.

on avait une très belle vue…

.

.

avant les travaux.

.

.

Quant à la vue, je ne dirai rien.

.

Avec le temps que nous avons eu pendant notre séjour de juin nous étions plutôt contents de quitter la Bretagne.

De plus, il faisait beau avant notre arrivée et maintenant il fait beau depuis notre départ.

Pourquoi tant de haine?

.

Publié 17 juin 2018 par Leodamgan dans Bretagne, Etel, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

Travaux divers et d’été.   47 comments

.

Les mois de juillet et aout sont géniaux pour bricoler tranquillement

le quartier est calme, quasiment pas de voisins ou alors ce sont des calmes comme nous.

.

Pour entrer dans le vif du sujet:

nous avions commandé des dalles en opus incertum mais avons eu les yeux plus gros que la surface à couvrir.

Alors, que faire en plus des travaux prévus? Il y a un peu des deux dans les photos qui suivent.

.

.

A droite de l’entrée de garage, un muret en brique s’est fissuré sous les humeurs d’un sol argileux gonflé l’hiver et desséché en été..

Après réfection avec des briques neuves, sera-t-il calmé un moment?

..

A gauche de l’entrée de garage (par raison de symétrie?), même problème et même solution.

..

A un angle d’allées, le pauvre muret criait misère aussi.

On en a profité pour caser en douce quelques dalles d’opus incertum devant.

..

Alors là, je ne balance pas, j’évoque : à un endroit très passant (où nous mettons notre poubelle verte)

nous avions une vue imprenable sur les poubelles jaune et rouge du voisin.

Visuellement, c’était médiocrement esthétique.

Après la pose de planches en brise-vue (et de dalles  en opus incertum pour le plaisir),

ça va tout de suite mieux.

..

Quelques poses de dalles en opus incertum:

sous la boite aux lettres, devant notre pudique petit réduit à poubelles fait maison,

devant l’entrée de garage, devant l’entrée de la serre (les joints restent à faire).

.

Il nous reste encore quelques dalles.

On envisage de couvrir l’entrée de la cabane de jardin

mais après, on n’a plus d’idées…

..

Maçonnerie mise à part, nous avons fait aussi quelques solides tuteurs.

Pour les framboisiers et pour la vigne (qu’on suspendait à la corde à linge auparavant).

.

J’ai oublié de mentionner quelques autres menus travaux que nous fîmes.

On pourrait penser que nous n’aurons plus rien à faire l’été prochain

mais sans rien vous dévoiler précisément, la liste est encore longue

(et s’il pleut, nous pourrons toujours repeindre le sous-sol).

 

 

 

.

Pont sur un torrent de pierres. Etape 2 : les pierres et les plantations.   40 comments

.

On continue, il n’y a pas de raison de s’arrêter en si bon chemin.

.

.

voilà le résultat.

.

.

D’abord nous avons creusé le lit du torrent, normal.

..

Ensuite, avec la terre extraite du lit, nous avons remanié les volumes de terre.

Un bon moyen de retenir la terre : une lame d’aluminium flexible.

Pour circuler sans se « gadouer » les pieds : des plaques d’opus incertum.

Les rosiers sous la pergola devenant un peu accrocheurs, plutôt que de tendre une ficelle pour réfréner leurs ardeurs,

nous avons cloué sur deux poteaux de la pergola un chevron et une planche à la même hauteur que ceux de la clôture

et peints de la même couleur bien sûr.

En haut à gauche, les plantes à larges feuilles sont de la consoude, un bon engrais naturel.

.

.

Cette consoude (la plante à fleurs bleues) prend ses aises à l’époque de la floraison, en avril,

mais  reprend des proportions raisonnables une fois les tiges florales fanées coupées.

..

Pour les pierres du torrent, nous avons récupéré celles d’un coin que nous voulions démonter, proche du bassin.

Il a fallu, non seulement récupérer les pierres mais les trier par taille (merci Françoise!).

On sèmera de la pelouse à cet endroit là.

Il y avait là deux petits conifères : un juniperus taillé en nuage qui rejoindra  un coin japonisant

et un thuya qui ira meubler les rives de notre torrent de pierres.

..

Dans la nature, en montagne, les pierres s’entassent naturellement un peu partout surtout dans les torrents

mais chez nous, avec notre terrain argileux, les cailloux seraient vite enfouis dans la boue à l’occasion des pluies.

Alors nous avons triché.

Nous avons mis un film protecteur au fond du lit du torrent

et consolidé les parois avec des demi-rondins.

..

On a d’abord placé les petits gravillons, puis les pierres de taille moyenne et enfin les grosses.

Et même du bois pétrifié qu’on avait depuis longtemps (on ne se refuse rien).

A chaque extrémité de ce « bras » de torrent on a fait une sorte d’auvent sous la passerelle  comme si l’eau s’enfuyait par là.

..

Il était temps de meubler les rives.

Il se trouvait que j’avais un tas d’iris à diviser, alors j’en ai replanté  un peu partout.

..

On a intégré le petit thuya récupéré lors du démontage de la zone de galets (voir plus haut).

Il a bénéficié d’un reste de gravillons pour être dans le ton.

..

J’ai planté aussi une véronique (venue d’ailleurs) : c’est le petit arbuste rond qui ressemble à un conifère. Vous le voyez?

..

Pour couvrir les pentes, un peu de sédum récupéré convient bien. Il va s’étoffer.

..

Comme plante de « rive », le bergenia s’impose.  Il s’agit là de boutures plutôt que de rejets.

Donc les plantes garderont un aspect avachi quelque temps

mais elles redeviendront pimpantes pour le printemps prochain (avec des fleurs, j’espère!).

..

J’ai propagé de l’helxine entre les pas  de pierre.

Certains trouvent cette plante excessivement envahissante, le fait est est qu’il y a de ça…

Il n’y a pas plus facile à propager.

On en arrache quelques poignées (en quantité QSP), on en plaque sur le sol arrosé jusqu’à être boueux et on tasse.

C’est inratable. A arroser par temps de canicule mais autrement aucun soin n’est nécessaire.

..

C’est fini pour les plantations.

Mais on est en train de passer à autre chose en  ce moment…

.

%d blogueurs aiment cette page :