Archives du tag ‘talus

Remodeler un talus à l’aide de bordures de bois exotiques et de rochers.   29 comments

.

C’est fait!

.

1 avant.

Talus avant les travaux : 

assez peu en relief par rapport à l’allée  et à l’espace en herbe

(je n’ose appeler ça une pelouse).

. 2 ,1ère préparation

.

Pour maintenir les bordures de bois,

nous avons utilisé deux lambourdes en matériau composite imputrescible qui nous restaient de travaux précédents.

Convenablement découpées, ces lambourdes fournissent des piquets très solides.

.

Les bordures ayant tendance à se gondoler dans tous les sens (surtout dans les parties en ligne droite),

des profilés d’aluminium sont vissés afin de les contraindre à une certaine rectitude.

.

Les bordures sont fixées dans les piquets par des tire-fonds

(mais il est à noter que le bankiraï est un bois très dur qui rechigne à se laisser perforer).

.

3 1ère présentation.

Une première présentation fait apparaitre que la bordure eu premier plan est beaucoup  trop haute.

Sa hauteur devrait être diminuée de moitié pour obtenir un effet de terrasse étagée.

.

4 2ème préparation

.

Ceci nous a amenés à carrément diviser cette bordure avec une scie sauteuse dans le sens de la longueur.

L’inconvénient est qu’il a fallu clouer un deuxième  fil de fer pour maintenir droites les lames de bois.

Pour une bordure de si peu de hauteur, point n’était besoin de gros piquets, des tubes d’aluminium ont suffi.

Cependant, le maintien des lattes de bois a été renforcé par des lames plates d’aluminium.

.

5 2ème présentation

.

Ah voilà, au premier abord, c’est déjà plus agréable à l’oeil.

Mais les extrémités des bordures s’interrompent d’une manière abrupte.

C’est ici que des rochers seront utiles.

. 6 récupération de rochers

.

On a récupéré  de gros rochers à un des endroits prévus pour mettre des bordures de bois.

Ce qui ne s’est pas fait sans mal depuis le temps qu’ils étaient là. Certains étaient même solidarisés par du béton.

Un des rochers particulièrement gros abritait une fougère dans un de ses creux.

.

Il était si gros qu’on a improvisé (enfin, Marc) un système  pour pouvoir le porter à deux.

Le rocher et sa fougère s’intègrent bien à l’extrémité de la bordure, d’autant plus que deux autres fougères étaient déjà là..

.

 7 3ème préparation

.

Nous en sommes aux finitions.

Une des extrémités de la bordure est découpée « en escalier » pour ne pas s’achever brusquement dans le vide.

Nous faisons  par ci par là des mini-rocailles avec les rochers récupérés.

.

8 points de vue

.

Nous faisons le tour des travaux afin de les examiner sous tous les angles

au cas où des corrections seraient nécessaires.

Bien sur, ce n’est pas fini : c’est dénudé et ça appelle les plantations.

.

 9 Plantations

.

J’ai planté, ou replanté ce que j’avais enlevé avant les travaux :

du thym, des crocosmias, des érigerons, des sedums bas, des sedums spectabiles, des marguerites,

des héléniums, des knautias, des rudbeckias, des lysimaques ponctuées, des dahlias nains, des grands dahlias, des euryops.

.

J’ai installé en pleine terre les géraniums afin qu’ils n’aient pas trop soif quand nous partons dans l’ouest.

.

Certaines plantes restent d’avant les travaux :

hémérocalles, bruyères, céraiste, monnaie du pape, narcisses, roses de Noël, jacinthes des bois, oenothères, silènes.

.

(Les taches blanches sont les pétales du poirier qui est en train de nous enneiger le jardin).

 .

10 fleurs.

J’espère donc voir fleurir en été certaines choses

.

11 fleurs.

comme celles-ci, entre autres.

.

Sinon, il n’y a pas de justice!

.

Tirer les leçons de l’année précédente pour essayer d’avoir un talus toujours fleuri.   41 comments

.

En tout cas en ce janvier 2014,

c’est tout à fait dénudé.

.

hiver-2013-2014.

Or, c’est la vue que nous avons depuis la porte-fenêtre de la salle à manger.

Par temps de grand vent et de pluie, c’est parfaitement déprimant.

Ce que j’aimerais, c’est avoir un décor fleuri toute l’année.

J’ai sélectionné une photo de ce talus pour chaque mois de l’année 2013.

Je veux profiter de l’expérience du passé pour améliorer l’avenir.

La démarche peut se concevoir, non?

.

01-bruyc3a8res1.

En janvier 2013,

à part les bruyères, la végétation du talus n’a annoncé aucune couleur.

.

02-roses-de-noc3abl2.

En février, 

les roses de Noël et les perce-neige se sont manifestés

(on avait failli attendre…)..

.

03-tulipes-turkestanica1.

En mars,

pour concurrencer les roses de Noël qui s’éternisaient,

ces tulipes « Turkestanica » ont tenté d’attirer l’attention, mais pas très longtemps.

.

04-monnaie-du-pape-5.

En avril

ça trainait, ça trainait…  On avait des narcisses, des jacinthes des bois et la monnaie de pape démarrait

(on ne pense pas assez à cette dernière plante, mais elle meuble bien le printemps).

.

05-monnaie-du-pape1.

En mai,

la monnaie du pape et les jacinthes étaient en pleine forme.

A l’automne précédent cette année là,  je n’avais pas planté de giroflées et peu de tulipes, dommage…

.

06-cc3a9raiste1.

En juin,

la céraiste s’en est donné à coeur joie. Il fait dire qu’avec le printemps froid, elle était très en retard.

Sa période habituelle de floraison est en avril/mai.

.

07-oenothc3a8res1b.

En juillet,

les « Oenothères biennis » donnaient leur touche de jaune

Ce sont des plantes qui se ressèment toutes seules

(les graines d’origine ont été récupérées sur une plage à Noirmoutier en 2003

et depuis, j’en ai toujours).

.

08-oenothc3a8res1.

En août,

les oenothères étaient encore là  (braves petites!).

.

09-bouleaux-1.

Et en septembre,

les oenothères persistaient toujours  (louées soient les oenothères).

.

10-bouleaux1.

En octobre,

il reste en fleurs les oeillets d’Inde en pot, les amarantes pourpres

et on voit apparaitre les étoiles jaunes des bidens (à droite).

.

11-biden.

En novembre,

les bidens fleurissent davantage

mais ces plantes sont beaucoup trop envahissantes. Elles étouffent les autres.

J’ai passé beaucoup de temps à extirper leurs racines le mois suivant. Je n’en veux plus sur ce talus.

.

euryops.

En décembre,

il ne restait rien à part les euryops

que j’ai déterrés et rentrés en serre par précaution car il sont semi-rustiques.

.

Alors en conclusion:

.

Il faut imaginer un décor agréable à regarder en plein hiver

mais je ne tiens pas trop aux classiques primevères et pensées.

On commence à avoir quelques idées

mais c’est à creuser…

.

.

Publié 26 janvier 2014 par Leodamgan dans Aménagement et entretien au jardin d'ornement, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

Mes associations florales en fonction des situations   43 comments

.

Selon l’exposition et la nature du terrain,

j’ai fini, par essais et erreurs

à trouver les plantes qui survivaient chez moi.

.

1corete

.

En situation mi-ombragée (car il y a de grands arbres à proximité)

et en sol argileux sec en été, détrempé en hiver,

ce sont les pompons jaunes du corète du Japon et les pousses pourpres du cotinus.

(photo d’avril).

.

2fleurs roses

.

A mi-ombre et en sol argileux,

des rosiers « The Fairy » envahis par les nigelles de Damas et les coquelourdes.

(Photo de juin).

.

3hydrangea-petiolaris3

.

Carrément à l’ombre avec un sol plutôt asséché par des bambous assez proches,

des hydrangeas petiolaris, divers hostas, des fougères et le géranium geranium macrorrhizum « ‘ingwersen’s variety' ».

(Photo de mai).

.

4fleurs-terrain-sec

En sol sec, sableux et au soleil.

Des coquelourdes, des graminées,des gauras,

des hélichrysums, un phormium, des achillées et un sénécio.

(photos de juillet).

.

5fleurs-talus

.

Sur un talus argileux ayant le soleil la moitié de la journée.

Des héléniums, des rudbeckias,

auxquels s’ajoutent des knautias (boules mauves) , des oeillets d’Inde et des amarantes à feuillage rouge.

(photos d’août).

.

6fleurs-rocailles

.

Dans une rocaille au sol plutôt argileux amendé de terreau par endroits et en plein soleil.

des yuccas, des miscanthus, des rosiers à fleurs simples, des santolines, des anthémis,

de la valériane, des silènes enflés, des geraniums « Johnson’s Blue ».

(photos de juillet).

.

7plantes-aquatiques-2

.

Enfin, rien n’empêche de cultiver des plantes de terrain humide en bacs non troués.

On trouve là des thalias dealbata (grandes plantes de 2,5 m actuellement); des papyrus, des heuchères « caramel)

un acer palmatum pourpre, un bambou nain, une saggitaire,

un acorus « ogon », un orontium.

A côté des bacs, en terre, il y a une euphorbe Wulfenii.

(Photo de juillet).

.

.

Simple, non?

.

Publié 16 août 2012 par Leodamgan dans Concentré de culture jardinière

Tag(s) associé(s) : , , , , , , ,

Mon talus glaiseux fleuri en 2011.   26 comments


.

Donc, en ce mois de juin 2011,

voici où j’en suis : il n’y a plus un cm2 disponible sur ce talus,

.

C’est un talus créé pour casser la pente du jardin avec un dénivelé.

Il est essentiellement constitué de glaise rejetée lors de la construction de la maison.

La glaise se mélange difficilement avec de la bonne terre, elle est difficile à amender.

.

Pourtant à force d’y ajouter du terreau, du compost…

le talus a fini par accueillir des plantes sélectionnées au fil des années

par la méthode dite « des essais et erreurs »

(beaucoup d’erreurs parmi énormément d’essais).

.

Les couleurs du talus sont le rouge et le jaune.

Même pas peur des couleurs, moi.

Mais je compte sur les feuillages gris, verts, pourpres, ainsi que sur les fleurs blanches

 pour amortir le choc visuel.

.

 A droite et au premier plan de la photo, c’est un mélange de fleurs jaunes :

corolles arrondies du millepertuis arbustif,

.

  2euryops.

 ‘marguerites jaunes’ des euryops

.

3oenothere-biennis2.

et hautes hampes des oenothères biennis, qui fleurissent tous les 2 ans chez moi.

.

J’ai récupéré les graines d ‘oenothère en septembre 2003

sur une plage de Noirmoutier.

En effet, c’est une plante sauvage qui pousse volontiers en terrain sec, sableux même,

et pourtant elle semble avoir adopté mon talus

car je l’ai encore en 2011.

.

4bleuets.

Les centaurées sont des intruses,

n’étant ni jaunes ni rouges ni blanches,

mais elles s’installent spontanément

et je n’ai pas le coeur

de les déloger.

.

5galets2.

Après la floraison de la céraiste

.

6giroflees1.

et des giroflées,

.

7dahlias6

fleuriront  des dahlias nains,

.

8fuschias2.

des fuschias mis en pleine terre,

.

Dahlia rouge2.

 un grand dahlia rouge

.

Lysimaques1.

et des lysimaques jaunes.

Il y aura aussi diverses fleurs annuelles

rudbeckias, oeillets d’Inde…

en été

(si tout se passe comme les années précédentes).

.

9asplenium1

A flanc de talus, on trouve de place en place des fougères  (aspleniums)

qui se sont reproduites spontanément.

.

Fougeres1

L’autre extrémité du talus est consolidée par des pierres, un peu comme un muret.

Des fougères sont installées dans l’herbe au pied du talus.

.
10erigerons.

Ici prospèrent les  ‘pâquerettes’ blanches de l’érigeron karvinskianus

qui fait de son mieux pour étouffer les autres plantes,

.

11anthemis2.

   les anthémis « Sauce hollandaise »

.
12hemerocalles4.

et les hémérocalles.

.

Et si c’était tout…

.

13tulipes-turkestanica2.

mais même le sous-sol est occupé,

.

14tulipes-oranges-7.

truffé de bulbes…

.

J’ai pourtant des plants de fleurs à installer encore:

oeillets d’Inde et rudbeckias.

.

Je sens que ce n’est pas gagné!

.

Publié 13 juin 2011 par Leodamgan dans Aménagement et entretien au jardin d'ornement

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :