Archives du tag ‘rugby

Les chants de l’ovalie   90 comments

.

Hormis  l’entretien..  gros travail.. dans le jardin.. Mo n’a pas eu de déclic pour son récit dominical..

.

Dans ces cas là elle fait appel à moi…

Me voilà donc  en quête d’un sujet.. « Damned » soliloqué-je.. (oui, je soliloque en anglais) .. l’actualité m’offre soudain de quoi rédiger un petit billet..

Les Anglais veulent cesser de chanter « Swing low, sweet chariot » durant les match de rugby car ce chant aurait été créé par un esclave..

.

.

Moi  ça m’arrange car les entendre avait tendance à m’exaspérer sévèrement.. la perfide Albion..

Amateur de l’ovale,  je suis sensible aux chants ou à certains hymnes avant les matches de rugby.

Depuis  bien longtemps.. du temps de Couderc et d’Albaladejo..  entendre la Marseillaise après un « God save the Queen.. » 

dans un Twickenham  surchauffé..  en espérant ratatiner l’Anglois..

Ce sport est le seul qui me fait crier seul devant la télé..  Mo me morigène ..  «  Marc.. enfin.. !!’ ».

Mais elle aussi me demande de l’appeler avant « Flower of Scotland » ou le haka des néozélandais..

.

.

C’est vrai comment rester insensible devant ce « Flower of Scotland.. » .

Il faut  l’écouter.. ce chant qui fait référence à la lutte contre les armées

du roi Edward Ier (fils d’Henri III)  et de son  suivant Edward II par les héros écossais.. William Wallace et Robert Bruce.

La  musique celtique est ainsi faite.. elle sait faire danser.. mais elle sait prendre  l’âme  et le cœur..  faire monter  l’émotion..

.

.

L’ « Ireland call »  lui aussi est récent.. il est interprété après l’hymne national Irlandais  et se réfère à l’union des deux Irlandes

et au fait que des joueurs de ces  deux pays sont unis sur le stade..

Les paroles sont là.. « épaule contre  épaule.. nous répondrons  à l’appel de  l’Irlande.. ».. reprises a capella par le public et les joueurs au trèfle..

Les matches  Irlande-France dans l’ancien stade de Lansdowneroad.. où l’agrandissement des tribunes fut construit au dessus de la voie ferrée…

Quelles images.. quelle équipe..

Et puis  nous avons avec l’Irlande ce point commun..   « L’essentiel est de battre les anglais »  comme me disait mon camarade Fergus..

.

.

Que dire de la cérémonie du haka..  pratiqué par les Néo-Zélandais..

Pour impressionner leur adversaire..  un rituel qui nous vient du temps d’avant.. immense.. unique..

Le haka est pratiqué par les équipes de Nouvelle Zélande,  Fidji, Samoa ..

Il sont différents..  les néozélandais nous offrent le ka maté  (« c’est la mort .. c’est la vie.. voici l’homme poilu.. »)    

le kapa o pango  (« Kapa o Pango, aue hi !…nous sommes les all blacks » ) plus violent .. il  se termine sur un simulacre d’égorgement.

Nous avons débuté avec le roi d’Angleterre.. également duc d’Aquitaine..

.

.

Revenons en Aquitaine.. au pays Basque.. juste pour apprécier la Peña Baiona.. les bleus  et blancs..

avec cet accent qui me rappelle  la Mamie..  qui me faisait des gâteaux basques pour me faire plaisir.. Une pensée personnelle pour le Papu..

Au départ  un air autrichien  que chantait Udo Jürgens.. et, par magie,  il est devenu  l’hymne de  l’aviron Bayonnais..

sagt warum (« dis pourquoi ») dirait   le chanteur..

Qu’il est beau ce chant… le stade Jean Daugé..  bleu et blanc..

.

 

.

Remontons encore..  notre chère Bretagne, son hymne commun avec celui de Galles..

la terre de mes ancêtres.. le peuple dragon et poireaux nous a laissé prendre son hymne..  

  Cardiff..  les chants Gallois.. l’hymne.. au fond de moi..  ma nouvelle terre d’adoption.. le bro goz ma zadou..

Ni, Breizhiz a galon, karomp hon gwir Vro!
Brudet eo an Arvor dre ar bed tro-dro.

.

Je me dois de clore ce billet par celui que je chantais enfant..  fier..  à la distribution des prix..

dans l’odeur des branches coupées.. des  guirlandes en crépon…

Avant  de monter sur l’estrade.. comment je les entendais dans nos campagnes.. comment je le clamais,  ce « mugir »..

En changer ses paroles.. en ralentir le rythme..  misère…

.

.

   Pour l’émotion.. une des  plus belles Marseillaise.. 

celle chantée à l’unisson à Wembley (oui je sais c’est du foot).. par  tous les spectateurs  et joueurs.. Anglais et Français..

.

novembre 2015…  un bel instant de  fraternité..

Marc

Publié 21 juin 2020 par Leodamgan dans Non classé, rugby

Tag(s) associé(s) : ,

Nostalgie d’ovalie   45 comments

Fait du vent.. fort.. on attend 130 km/h cette après-midi.. la rivière d’Etel est bien haute..

et Mo me lance des yeux de biche en me demandant si des fois,

je n’aurais pas une idée de Blog..

.
Va savoir…

.
Alors, l’actualité aidant, je ne parle pas de l’odyssée.. d’Ulysse and Co.. je parle du match de samedi.. que les journalistes toujours avides d’anglicismes, ont baptisé « le crunch ».. moi, ça m’horripile ces mots anglais partout.. crunch, punchline, pitch.. encore écrit comme ça.. crunc’h.. ça ferait plus Breton que Grand-breton!

.

chabalChabal

.
Pour moi France-Angleterre.. c’est l’histoire.. comme avait lâché Alphonse Alimi le boxeur. Il avait vengé Jeanne d’Arc.. c’est Trafalgar, Fachoda.. Mers el Kebir.. sur la pelouse bien sûr.. en fait je les aime bien les Rosbifs.. surtout quand ils perdent..

.

lomuLomou

.
Tout ça à cause du rugby.. prononcer à la française : ruby.. si on peut rouler le « r » c’est encore mieux.. j’ai découvert ce sport quand j’avais une quinzaine d’années.. et malgré les espoirs de mon père, je n’aimais pas trop le foot..

.

dessin7.

il avait beau m’emmener au Parc des Princes.. l’ancien.. celui avec la piste cyclable où crissaient les crampons.. me faire vociférer aux exploits du Racing Club de Paris je suis tombé dans l’ovalie.. avec plusieurs camarades de classe, on s’était inscrit et le jeudi (je crois bien que c’était le jeudi après-midi à cette époque), on allait au stade Pershing ou au stade Bonvoisin à Vincennes.. tâter du cuir..

.

dessin6.
Je n’ai jamais été fluet, et je me suis retrouvé numéro 3.. c’est-à-dire l’un des trois qui poussent devant à la mêlée.. à droite.. sort peu enviable.. car à notre niveau de jeu.. l’activité se résumait à pousser comme des bœufs.. soufflants et transpirants, l’oreille et la joue sur celle du mec d’en face.. La sueur.. les cheveux collés..le souffle..le bras au dessus du plus petit au milieu appelé le talonneur.. avec le bras du mec derrière qui t’attrape le short par devant comme il peut.. l’objectif était de faire passer le ballon derrière.. bien sûr les échanges de coups de satons étaient monnaie courante.. et je m’étais bricolé des espèces de protège-tibias pour mettre sous mes chaussettes.. donc on poussait.. soufflait.. le plus souvent ça se terminait en magma humain.. ceux au maillot propre derrière s’étaient déjà amusés à faire quelques courses et passes.. que se relevant à peine.. il fallait jouer une touche.. ou pire.. refaire une mêlée..

.melee

.
Notre jeu n’avait rien de ce que l’on voit à la télé.. c’était brouillon, mal organisé.. mais il y avait cette chose unique de ce sport unique.. une unité, une seule envie. . un seul but.. gagner ensemble.. une solidarité, une fraternité.. comment pourrais-je transcrire cette sensation.. cette force qui vous pousse.. cette puissance que l’on ressent .. ces grognements.. cette odeur de sueur et d’haleines mêlées.. la douleur à l’épaule.. à l’oreille .. ces cris.. durant ces minutes le monde se résume à la pénombre de l’arc de cette cathédrale humaine..

.

rugby1.
si ça s’effondre .. on se retrouve face contre terre.. le nez dans la boue.. désarticulé.. l’hiver quand les corps fument.. la mêlée se transforme en un organisme vivant.. qui se déplace.. d’avant en arrière.. bouge.. vit.. meugle… nimbé de brume.. une communion.. bien sûr c’est un sport dur.. qui fait mal.. quand se termine le match..

.

c-rivesRives, dit : « casque d’or ».

le retour aux vestiaires.. joyeux de la victoire ou tristes .. les corps sont meurtris.. couverts de boue.. on récupère un peu.. assis sur le banc.. l’entraineur essaye de dire les mots qui vont bien.. et puis la douche.. chaude.. très chaude.. qui nous sort de la gangue de terre et de boue.. les petits picotements commencent.. les petits saignements des griffes .. estafilades.. coups de crampons.. la boue avait étouffé le saignement.. mais là il se libère. .. ça picote, ça cuit.. l’épaule fait mal.. le genou..

.

chaussures.
A l’époque, les crampons étaient constitués de petits disques de cuir cloués sur la chaussure.. bien sûr, à l’usage, le petit clou était plus apparent …
J’ai joué deux ans.. et puis après le bac, l’école à Clichy.. ce fut moins facile.. alors je me suis tourné vers autre chose.. j’ai pratiqué l’aïkido.. j’ai bien aimé..

.

dessin-2

.
Mais jamais je n’ai ressenti ce que j’ai vécu durant ces deux années.. inscrites au plus profond de moi.. peut-être je paye aujourd’hui avec les genoux qui sont douloureux.. et l’épaule qui m’a abandonné.. quand je regarde un match à la télé.. tous ces moments remontent.. les odeurs.. les cris.. les coups..

.
L’autre fois.. la jeune fille d’une amie qui était allée voir un match à Twickenham.. me faisait part de son étonnement d’avoir entendu le bruit.. le choc des corps.. ben oui.. à la télévision on ne le perçoit pas.. mais ça fait du bruit.. masse contre masse.. corps contre corps.. pas de protection.. masse de muscles contre masse de muscles..

.
Ce samedi soir c’est France-Angleterre..

.
Je penserai à ma jeunesse.. à ces moments intenses.. je penserai au match France-Angleterre de 1970.. quand l’essai valait 3 points.. je l’avais suivi ce dimanche après-midi depuis le foyer des soldats.. où je faisais mes 16 mois.. les Français avaient étrillé les Anglais 35 à 13.. Historiques, les Dauga, Trillo, Bourgarel (un ailier aux jambes de feu***)..

.
Depuis le temps a passé.. les règles ont un peu évolué.. l’essai vaut 5 points.. le professionnalisme est arrivé.. la publicité sur les maillots.. et les affaires de dopage.. eh oui.. mais l’esprit reste.. Je pourrais écrire des heures sur ce sport..

.
Pour la conclusion.. je suis partagé entre deux pensées :
Celle de Saint-Exupéry : « Le but du sport est d’unir les hommes »
ou celle de Walter Spanghero.. (merci à lui) :
« Eh bé.. si j’avais pas eu le nez.. je prenais son coup de poing en pleine figure »

.

logo-ffr.
Allez France !!!!

.

Marc

.
*** Bourgarel était d’origine antillaise. Lors de la tournée de l’équipe de France en 1971, l’Afrique du sud où sévissait l’apartheid s’opposa à sa venue. Le Président Ferrasse, appartenant aux « gros pardessus » comme on dit, fut très clair : ce serait l’équipe de France avec Bourgarel ou rien. Durant les matches, le malheureux Bourgarel fut l’objet d’agressions terribles. Mais ses camarades : Dourthe, Skrela , Spanghero .. lui manifestèrent ce que ce jeu nous donne : de la solidarité. Il y eut une gigantesque bagarre générale, puis le jeu reprit et le second « test match » se termina par un match nul. Sur un drop de Cantoni..

Publié 4 février 2017 par Leodamgan dans Divertissement, Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , ,

Le 31 du mois d’août   37 comments

Nous sommes le 31 août…

Le 31 août, des murailles de St Malo à celles de Concarneau, du Cap Fréhel à Penmac’h,
partout, nous sommes le 31 du mois d’août, nous n’y pouvons rien,  c’est ainsi.

La coupe du monde de rugby débutera le 18 septembre. Marc m’a fait découvrir ce sport.

Pourvu que le XV de France batte les Anglais, c’est le principal…

Je confesse que je vibre au haka, ou en entendant « Flower of Scotland » ou « Ireland call « .
Le 31 du mois d’aout, nous aussi, buvons un coup  ou même deux

.

champagne

.

en nous souhaitant que ça dure encore un bon moment…

.
A votre santé…yech’mat….

.

.

.

Frégate anglaise.

Le trente et un du mois d’août
Nous vîmes venir sous l’vent a nous (bis)

Une frégate d’Angleterre
Qui fendait la mer et les eaux,
C’était pour attaquer Bordeaux
.
Le capitaine, en un instant,
Fait appeler son lieutenant (bis)
Lieutenant, te sens-tu capable,
Dis-moi, te sens-tu z’assez fort
Pour prendre l’Anglais à son bord ?
.
Le lieutenant fier z’et hardi
Lui répond : Capitaine,oui (bis)
Faites branl’bas à l’équipage
Je vas z’hisser not’pavillon
Qui rest’ra haut, nous le jurons..
.
.Le maître donne un coup d’sifflet
Pour faire monter les deux bordées (bis)
Tout est paré pour l’abordage
Hardis gabiers, fiers matelots
Braves canonniers, mousses, petiots.
.laustralie-sinvite-binic-pour-en-evoquer-le-passe-corsaire

.

Vire lof pour lof en un instant

nous l’attaquons par son avant (bis)

A coup de haches d’abordage
De pique, de sabre, de mousquetons,
nous l’avons mis à la raison
.

Que dira-t-on de lui tantôt,
En Angleterre et à Bordeaux, (bis)

Qu’a laissé prendre son équipage
Par un corsaire de six canons
Lui qu’en avait trente et si bons ?
.

surcouf_4

.

Buvons un coup, buvons-en deux
A la santé des amoureux, (bis)

A la santé du Roi de France
Et merde pour le Roi d’Angleterre,
Qui nous a déclaré la guerre !

.

Publié 31 août 2015 par Leodamgan dans Divertissement, Non classé

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :