Archives du tag ‘réparation

Travaux sur le bain d’oiseaux   67 comments

.

On s’est aperçu qu’il devait y avoir une fuite

.

.

dans le circuit fermé entre la fontaine et le bain d’oiseaux.

Une pompe dans le bain d’oiseaux fait monter l’eau dans la fontaine, puis l’eau redescend se jeter dans le bain d’oiseaux.

La fuite se situe dans la descente vers le bain d’oiseaux.

..

On a démonté les tuyau de la descente. Avec tous ces raccords et ces coudes, impossible de voir exactement ce qui fuit.

Nous avons acheté un long tuyau souple pour remplacer avantageusement tout ça. Dommage qu’il ait une couleur voyante. Va falloir camoufler.

On en a profité pour doubler le plastique de protection du bassin (EPDM). On le remplit d’eau pour qu’il prenne sa forme avant de couper l’excédent.

On commence à remonter le cache en planches.

..

Après le remontage de toutes les planches on s’aperçoit qu’un gros bourrelet de bâche de protection est très visible sur le bord. Pas très joli…

Comme il nous restait des planches du même bois exotique (bankiraï) , Marc a monté un cache.

Il est rendu solidaire de l’encadrement existant avec des plaques de métal perforé qu’on a peint en marron pour finir…

.

Un petit travail non prévu au départ  comme souvent dans les pavillons…

.

Réparation d’un appentis partiellement broyé par un noyer penchant.   13 comments

 .

Il était beau ce noyer
 .
 
 
 Mais il penchait tant
 .
 
qu’il broyait l’appentis
.
que nous avions construit de nos propres mains
contre notre petite maison d’amis.
.
Pourquoi penchait-il ainsi?
Il était attiré par la lumière? 
Quoi qu’il en soit,
après avoir tenté un simple élagage pour l’alléger
et constaté qu’il continuait à pencher de pire en pire,
nous avons dû nous résoudre à le faire abattre
car il menaçait la petite maison elle-même.
.
 
Nous avons eu un meilleur aperçu des dégâts:
chevrons et aggloméré (hydrofuge!…) de couverture
partiellement pourris,
.
 
 
après avoir enlevé des tuiles.
 .
 
 
Nous avons sorti la scie circulaire.
Ni Marc ni moi n’apprécions cet engin,
.
mais il était difficile de faire autrement
pour éliminer l’aggloméré pourri et arriver à la partie saine,
car nous ne tenions pas à  refaire tout le pan de toiture.
.
 
 
Nous avions en réserve de l’aggloméré hydrofuge dans le garage,
ce qui tombait très bien.
 .
   
 Nous nous sommes d’abord occupés des chevrons :
amputer les extrémités gangrenées
 .
 
 pour les remplacer par des prothèses.
 .
 
  
 Ensuite, nous avons coupé l’aggloméré hydrofuge pour faire la couverture.
 
.
Naturellement, nous avons goudronné ce qui risquait de prendre l’humidité.
.
Nous avons vissé les tasseaux destinés à recevoir les tuiles.
 .
 
Faute d’échafaudage,
nous avons utilisé la plupart du temps
une lourde table  de la serre
avec en appoint un grand escabeau quand nécessaire.
 .
 
 
Et enfin, en phase finale,
 .
les tuiles sont posées,
  ouf! 
 .

Publié 17 mai 2010 par Leodamgan dans Travaux de bricolage

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :