Archives du tag ‘potager

Ça a cagué…   102 comments

Ca   a cagué..

Dans le film « La  fille du puisatier ».. quand Raimu demande à Fernandel comment la mine pour creuser a fonctionné..

l’autre répond   « La mine.. elle a cagué »..

Ben nous c’est pareil.. au bout d’une fourche comme disait mon père  quand il voulait signifier un échec..

Au potager, la terre est argileuse, lourde, difficile à bêcher  ..

.

Tomates.

.

Chaque coup de fourche-bêche te ramène  des kg de mottes collantes qu’il faut enlever au couteau à mastic..  un truc qui ruine le dos..

Pourtant ce  n’est pas faute de la travailler et de  vouloir dynamiser le lombric (un copain).

Malgré cela, avec le temps et  grâce aux efforts de Mo, nous avons  eu l’an passé de belles récoltes de tomates, poivrons, piments  etc..

Forts de ce succès nous avons décidé en début d’année de faire un effort budgétaire très significatif et nous avons fait rentrer de la terre : 4 m3..

On a payé un rombier..  qui s’est chargé de commander, faire livrer et brouetter..

Sur le devis nous avions bien fait figurer la mention « terre  maraichère »..

 Terre censée être composée harmonieusement, en doses savamment  élaborées par des techniciens chevronnés,

comme le mec de la  réclame de chocolat qui lisse avec sa spatule..  un truc de labo spatial..

Bref le jour prévu..   le camion a déversé ses 4 m3 de terre  et  le gars a brouetté et étalé  une belle terre marron, fine et fluide..

Avec ça, pensions nous.. ça va être le jardin des Hespérides..

Après  ma pose de prothèse du genou, je me suis senti capable en  avril mai, au moment des semis et autres plantations,

de passer un coup de motobineuse, histoire d’aérer la terre et briser les mottes..

Las..  malgré la volonté farouche de ma motobineuse japonaise ..

Je n’ai rien brisé du tout.. juste brisé les dents sur le mur de l’atlantique.. et aussi brisé autre chose..

La belle terre fine, fluide était devenue un bunker..

Eh oui.. « Sie  kommen »..   les pauvres griffes de mon petit engin rebondissaient sur le sol, l’engin devenait fou.. il se cabrait.. à droite, à gauche..

A force de persévérance et de ténacité.. j’ai réussi à égratigner un peu mais rien d’efficace..

Quand le temps des plantations fut venu.. il a fallu creuser au piochon un trou pour chaque pied de tomates ou autres plantes du soleil..

.

Petits pois qui n’ont pas voulu lever , betteraves et  navets non plus….

Les semis  furent un désastre..

.

Toute la récolte de petits pois…

.

Fort grognon,  (je reconnais que je suis d’un naturel ombrageux), j’ai téléphoné à la société où je pensais que le gars avait acheté sa terre..

Poliment, j’ai exposé mon cas et la dame, très aimable, a déchiré le voile..

« Mon pauvre Monsieur »  m’a t’elle dit, compatissante..

« Ce n’est pas de la terre maraichère que vous avez eu, mais de la terre végétale, J’en suis certaine.. »..

Il va falloir bêcher profondément et rentrer un mélange que je pourrais vous faire… contre la modique somme de  496 euros HT..   etc, etc..

Elle a gentiment recherché dans ses fichiers la facture.. mais manifestement le gars n’avait pas acheté là..

Comme dit mon pote breton : «  Baisé comme un tacaud dans la vase !»

Je l’ai donc appelé le gonze.. je dois dire qu’il a été très contrarié.. et je ne doute pas de sa conscience professionnelle.. 

« vous êtes le deuxième m’a-t-il dit.. » (entre nous… je m’en bat les …)  

« Dès lundi j’irai voir où j’ai acheté la terre..  mais bon ne vous inquiétez pas, à l’automne je viendrai arranger ça .. »

Voilà.. en attendant .. les semis sont un fiasco..

.

Tomates, poivrons, aubergines, piments doux.  La terre met longtemps à absorber l’arrosage.

.

Quelques tomates vertes pour le moment, ce n’est pas brillant…

.

Mo  va  tous les jours  biner et arroser  autour des pieds  de tomates.  Quand je pense qu’on a fait venir du sud ouest.. des pieds de tomates  originaux…

d’Espelette des pieds de piments..  de Petaouchnoke des pieds de poivrons.. etc, etc..

Eh oui en plein confinement on a engraissé les colis Simon..

Bien sûr, il y a des choses plus dures, bien plus graves dans la vie..

mais depuis 40 ans que nous sommes là,  qu’on s’échine à vouloir un potager digne de ce nom..  

Oui, c’est quand même une déception, on y croyait ce coup  ci.. enfer et damnation.. Bah.. on verra l’an prochain..

En attendant.. avant d’aller quérir le miraculeux  mélange à 496 euros HT… On bine aux pieds des plants.. parait qu’un binage vaut deux arrosages..

Tiens ca me fait penser à cette chanson que mon père  ..

« Bavasaka ma sarpata a parda.. malamache malamache..

Buvusuku mu surputu u purdu mu lu muche… »

Terre végétale.. terre maraichère.. pfuuuuu

   

Cynara cardunculus   113 comments

L’artichaut ..

.

« Le légume des pauvres »  disait Coluche.. « il en reste plus dans l’assiette à la fin qu’au début.. ».

.

.

Moi , j’avais avec l’artichaut une relation étrange.. sado-maso  dirait sans doute Sigmund .. en fait, étant gamin, ce que j’aimais évidemment c’était le fond, bien chaud que l’on trempe dans une petite vinaigrette bien moussue..

Le problème est que pour en arriver là, et c’est là où Sigmund intervient, faut sévèrement se bruler les doigts..

En plus on a le supplice le plus lent.. plus on avance vers le Graal, plus ça devient chaud brulant…

Je ne parle pas de l’épilation, là c’est l’attaque du château et l’huile bouillante..

Je me promettais alors que, grand et riche, j’aurai un valet qui mangerait les feuilles en me laissant le fond tiède à souhait.. prêt à savourer.

Caramba.. encore raté..

.

.

Quand nous passions nos vacances dans le sud, prés de Toulon, j’avais découvert le petit violet que l’on mange cru.. un délice..

Particulièrement astringent pour les  gencives et le palais.. on est obligé d’adoucir avec un peu de rosé ***.. c’est à ma connaissance le seul remède efficace .

(***  ndlr : je rajoute : « avec modération »  c’est impératif..  😉  et avec la nouvelle loi.. faudrait pas que le blog de Mo soit interdit)

.

Lors d’un passage chez Truffaut (publicité gratuite).. alors que Mo était scotchée au stand des graines..

j’occupais mon temps à tourner dans les rayons et je fis l’acquisition d’un pied d’artichaut..

La réaction de la jardinière en chef ne fut pas des plus enthousiastes.. mais comme toujours..  elle me laissa  faire.

On a planté le pied dans un petit coin.. près d’un pommier où il a végété un bon moment.

Au hasard d’un remembrement Mo l’a transplanté et mis  dans un coin plus ensoleillé, mieux drainé..

.

.

Et là, misère.. il s’est mis à pousser tant et si bien qu’il a commencé à nous donner de superbes petits artichauts violets..

.

.

Forts de cette expérience, nous avons  investi dans deux autres pieds.. et en bons Bretons d’adoption on a pris des gros Camus de l’ouest.

.

.

Cette plante est magnifique..   cousine du chardon elle en a  la feuille dentelée..  énorme..  d’un vert un peu  glauque..

C’est une touffe décorative..

.

Artichaut oublié en juillet

.

qui donne ces boutons dodus qui se transforment en une fleur semblable à celle du XV Ecossais mais version XXXL..

.

A noter qu’il ne faut pas planter du persil à coté.. ces plantes se haïssent  et s’entretuent..

Nous avions eu l’expérience de ce phénomène avec un vieux poirier et un juniperus..

Eh oui.. il y a des Capulet et des Montaigu aussi dans la  nature..

Nous sommes en mai..  nos pieds ont commencé leurs cadeaux..

Un régal!

.

Ahh.. au fait.. juste avant de partir..  une question, c’est pas pour moi, c’est pour ma femme :

Les feuilles, faut les racler avec les incisives ou avec les dents du bas.. ?

.

Marc

.

Publié 17 mai 2020 par Leodamgan dans artichauts, Non classé, Récoltes, conservation et confitures

Tag(s) associé(s) : , ,

Mes récoltes au potager en octobre 2015   58 comments

.

birdsdessines_perso

.

Nous avons un petit pommier très nain, en cordon,

.

Pommes1.

dont j’ignore le nom

.

Pommes noix.

mais qui donne de grosses pommes rouges bien juteuses et sucrées.

Nous avons ramassé quelques noix aussi mais sans trop nous fatiguer

car nous n’en mangeons plus  guère.

.

Betteraves carottes

.

C’est une année à betteraves rouges et à carottes.

il en reste plein à ramasser,

donc crudités obligatoires au menu pendant un certain temps…

.

Haricots tomates.

Les haricots frais à écosser nous donneront deux ou trois repas (le potager est petit).

Quant aux tomates, j’ai ramassé toutes celles qui restaient sur les plants quelle que soit leur couleur,

rouges, jaunes, vertes…

Celles qui ne mûriront plus finiront en confiture de tomates vertes ou en conserves au vinaigre comme des cornichons.

.   Raisin.

J’ai fini de ramasser le chasselas doré

mais je laisse pour l’instant le muscat de Hambourg car je le trouve encore un peu acidulé.

J’ai même laissé presque toutes les grappes de muscat dans leurs sachets

à l’abri des merles, étourneaux, guêpes et frelons.

.

Je reconnais tout de même que si nous devions compter sur ce potager pour vivre,

nous n’irions pas bien loin…

.

Publié 25 octobre 2015 par Leodamgan dans Récoltes, Récoltes, conservation et confitures

Tag(s) associé(s) : , ,

Lamento de jardinière sur son potager en 2014.   45 comments

.

Trop d’eau?

.

Potager1

.

Juillet et août furent bien arrosés, presque quotidiennement

et cela ne semble pas avoir trop réussi à notre potager au sol argileux.

J’ai ressemé carottes, navets, etc… plusieurs fois

mais les plantules sont dévorées au fur et à mesure par des limaces et escargots fins gourmets.

Les salades ne sont pas, bien entendu, épargnées.

Alors, je jette l’éponge (gorgée d’eau).

.

Des amis, qui ont d’habitude des légumes en avance sur les nôtres,

ont eu les mêmes problèmes cette année,

non que cela me console mais je me sens un peu moins nulle.

.

La production de pommes est très moyenne.

.

Tomates (4)

.

Mais le plus désastreux, c’est l’état des plants de tomates.

Beaucoup de fruits ont avorté, il y a du mildiou (vingt dioux!).

Ils ont donné peu de tomates, encore vertes, de plus,

et dont certaines sont atteintes par le mildiou.

.

Vignes

.

La vigne semble avoir donné correctement au premier abord,

mais en y regardant de plus près, on voit des traces d’oïdium sur certaines feuilles

et des grains de raisin qui pourrissent.

Je vais remettre un coup de bouillie bordelaise en espérant que cela suffira.

.

 Haricots verts

.

Les haricots verts se sont comportés honorablement

contrairement aux haricots à écosser.

Je sais ce qui me reste à faire les années annoncées pluvieuses : davantage de haricots verts.

.

Quand je pense à ce que j’avais les années précédentes! Le potager,

« ça eût payé, mais ça ne paie plus ».*

.

Heureusement, il y a les mirabelles très généreuses, cette année…

.

 

Mirabelles

.

Et la tarte, ça ne s’arrose  pas avec de l’eau de pluie!

.

* Fernand Raynaud

 

Publié 17 août 2014 par Leodamgan dans Entretien au potager, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

Tuyaux microporeux et tuyaux perforés.   46 comments

.

Ce sont des tuyaux d’arrosage bien utiles surtout quand ils sont  pilotés par un programmateur,

quand on n’est pas là

ou qu’on n’a pas envie de subir la corvée d’arrosage quotidienne.

.

 Tomates en serre

.

.

Nos tomates issues de semis  se morfondaient dans la serre

en attendant la fin des orages

et l’installation des tuyaux au potager.

On constate qu’elles se penchent visiblement vers les vitres.

.

Tuyau micro-poreux

.

L’installation du tuyau microporeux est assez pénible.

Il revendique une certaine autonomie d’autant plus qu’il pèse assez lourd.

.

Pour contrarier ses velléités d’indépendance, il faut le fixer avec des crochets enfoncés dans le sol.

Il faut s’armer de patience et d’outils.

.

Le programmateur posé à l’arrivée de l’arrosage permet  de fixer les dates et durées d’arrosage.

.

 Tomates plantées1

.

Les tomates sont plantées le long du trajet du tuyau, bien entendu.

.  .

Tuyau perforé

.

Afin de bénéficier des services du même programmateur, nous avons raccordé un tuyau plat perforé

destiné à arroser des semis de légumes.

.

C’est du travail à l’installation,

mais ensuite on se sent tout de suite plus reposé!

.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :