Archives du tag ‘couvre-sol

Mes plantes couvre-sol persistantes en hiver   49 comments

.

mais sans guère de fleurs,

.

1rocaille11

.

il ne faut pas trop en demander…

.

2couvre-sol1

 

bruyère,  origan doré

lamier, lierre panaché.

.

La bruyère, tout le monde la connait, il y a des variétés qui fleurissent en hiver ou dont le feuillage se colore en cette saison.

L’origan doré (mais pas tant que ça) est très aromatique et ne fleurit guère chez moi. Il préfère la mi-ombre et un sol pas trop sec malgré son parfum évocateur du Midi.

Le lamier est très couvrant et même trop envahissant en sol argileux. Il a des épis de fleurs jaunes en avril. Il supporte tout : ombre, soleil, piétinement… un vrai masochiste à placer en terrain difficile.

Le lierre panaché ne se présente plus. A mettre en désespoir de cause là où rien d’autre ne veut pousser.  Envahissant à surveiller.

.

3couvre-sol2

 

campanule des murailles, fougères persistantes,

arum d’Italie, plante inconnue de moi.

.

Le feuillage de la campanule n’est pas parmi les plus jolis, mais cela fait un peu de verdure en hiver en attendant les fleurs violettes au printemps.

Les fougères à feuillage persistant donnent un aspect plus net aux zones d’ombre que les non-persistantes qui brunissent et s’affaissent.

Les arums d’Italie, dont le feuillage n’est visible qu’en hiver et la première moitié du printemps, sont à introduire avec précaution dans un jardin. Personnellement, je ne les ai jamais introduits, je les ai trouvés en arrivant. Ils sont très difficiles à extirper des endroits où on n’en veut pas (il faut faire levier avec une gouge à asperges) et sont envahissants. j’en laisse tout de même par endroits car ils mettent bien en valeur les tulipes jaunes et les narcisses.

Enfin, depuis des années, j’ai cette plante au feuillage minuscule qui m’a été vendue comme serpolet rampant fleurissant rose. En fait, elle est totalement inodore et n’a jamais fleuri. Elle a l’air d’aimer l’ombre et l’humidité, je n’ai pas réussi à en propager en plein soleil. Quand il gèle fort, le dessus devient brun, mais la plante redémarre très vigoureusement au printemps. Je la laisse parce qu’elle va bien avec les pierres (elle recouvre même les pierres, se contentant de quelques grains de poussière apparemment…).

.

3couvre-sol3

 

bergenia, céraiste,

sedum sauvage, « mousse? » sauvage

.

Le bergenia est la seule plante tapissante que j’ai qui fleurisse en hiver. Elle marche bien au soleil où à l’ombre.

La céraiste aime les rocailles, les sols secs et le soleil. Elle donne un nuage de fleurs blanches en avril/mai.

J’ai récupéré du sedum sauvage dans la nature. Je me le suis permis car il y en avait énormément.  De plus, je compte le multiplier, alors je ne culpabilise pas. J’attends de voir comment il fleurira en été. C’est peut-être du sedum âcre ordinaire.

J’ai une autre plante récupérée que je connais pas du tout. Elle brunit quand il fait sec et reverdit en quelques heures quand on l’arrose.

.

4couvre-sol4

 

romarin rampant, thym laineux,

romarin rampant et thym laineux ensemble,  graminées.

.

Le romarin rampant mérite son nom. Il supporte plutôt bien les gelées.

Le thym laineux est très satisfaisant. Il est placé dans un très mauvais sol à base de glaise recouverte d’un peu de sable mais se développe allègrement. Il fait un tapis de minuscules fleurettes roses en été.

Parmi les graminées, j’ai beaucoup de stipas tenuifolias (étant donné qu’elles se ressèment partout) dont le feuillage sèche  en hiver mais est très aérien à la belle saison. J’ai aussi cette graminée à feuillage panaché vert et crème dont je ne sais pas le nom, l’ayant trouvée au jardin. Je pense que je devrais la diviser au printemps car elle supporte manifestement très bien le froid.

.

Voilà, j’en ai fait le tour

.

(c’est d’ailleurs tout ce que je peux faire au jardin en ce moment, je crois…).

.

Entretien de la céraiste   24 comments

 .
Ce n’est pas vilain, la céraiste
.
 
en mai,
.
quand ça envahit l’escalier.
.
Mais en juin, après la floraison,
 .
on commence à obtenir de longs chaumes jaunissants
avec un bouquet de feuilles vertes au bout,
et ça ne va pas s’arranger en été.
 .
Alors, je coupe les plantes à ras de terre
pour qu’elles repoussent bien drues.
 .
Cela sent un peu le moisi…
L’humidité excessive qui règne sous ces chaumes
entraine la pourriture d’une partie des tiges,
or la céraiste préfère les terrains secs, ou au moins bien drainés
(et mon terrain est argileux, hélas).
 .
Après la taille, une partie de la rocaille paraît bien dénudée,
 .
mais en un mois,
le tapis va se reformer, plus épais et plus court,
surtout à la faveur de quelques bonnes pluies.
 .
 
Eh bien voilà!
 J’ai à peine terminé de raser la céraiste
qu’une violente averse éclate.
.
Il suffisait de demander.
 .
%d blogueurs aiment cette page :