Archives du tag ‘comptines

Comptines de notre enfance   83 comments

.

Quand  j’étais gosse.. gamin..   il arrivait des  instants où ma mère pouvait se  poser un peu..

Alors elle prenait son tricot.. je l’ai toujours vue tricoter..

Elle mettait ses pieds sur un petit banc..  et moi je m’asseyais sur ses pieds..  face à elle.. enlaçant ses  jambes.. ma tête  sur ses genoux

et je lui demandais de me chanter des chansons..

Elle me chantait des  chansons d’avant..  des chansons qui viennent de si loin.. du temps  jadis.. des chansons  que l’on ne doit plus guère chanter..

Je pense à la Carmagnole.. 1792.. c’est pas d’aujourd’hui..

Mais moi en client privilégié, j’avais ma liste à moi..  certaines me faisaient  monter les  larmes..  alors j’enfouissais un peu plus ma tête dans son tablier

C’est vrai quelle sont dures ces chansons..

.

 

.

Et les deux  qui me faisaient pleurer.. brave marin et la chanson  du capitaine..

Le pauvre gonze il revient de guerre..  et  il retrouve sa femme.. qui, le croyant mort, s’est remariée..

Il dit rien.. il vide son  godet et s’en va.. sans moufter

Quelle injustice pour un gamin..

.

 

.

La pauvre à la fontaine.. délaissée.. le cœur brisé..  jamais je ne t’oublierai….

.

 

.

il était un petit navire..  ben,  rien que ça.. on bouffe le mousse.. façon radeau de la méduse..

.

 

.

Jeannette  qui aime son Pierre et qui demande à être pendue.. ben, pof! voilà son  souhait  exaucé.. pas de pitié.. pendouillée elle aussi..

.

 

.

Mon père  m’a donné un mari.. si petit.. la taille d’une souris.. et le chat l’a bouffé

Déjà je m’interrogeais.. comment ça se peut.. un mari si petit.. bien sûr je ne pensais pas aux choses du mariage..

mais juste le rapport de taille..  et puis bon, bouffé..

.

 

.

Et l’autre   qui va être fusillé  mais surtout ne pas le dire à sa mère pour ne pas lui faire de peine..

.

Quelle  était le but de ces comptines..  préparer les gamins à la dureté de la vie.. à l’injustice.. ?

A savoir que la vie n’est pas  facile.. qu’elle est rude et qu’il faut se battre..

Je pense qu’aujourd’hui elles ne doivent plus être chantées.. faut du doux,  du moelleux, du correct…

Sûr qu’on va pas faire une comptine  qui parle du chômage, des fermetures  d’usines, des grèves..

C’est pourtant pas un long fleuve tranquille pour beaucoup..

Ces comptines ont bercé mon enfance.. elles sont là au fond de moi..

Elle m’étreignent toujours s’il m’arrive de les entendre  ..

C’est comme ça..

Allez, mettons  nos gros sabots… passons par la  Lorraine et n’allons plus aux bois,

de toute façon les maisons closes sont fermées depuis 1946..

Saluons le cantonnier sur la route de Louviers…

Ce n’est qu’un au-revoir…

Marc

Publié 23 août 2020 par Leodamgan dans Divertissement, Non classé

Tag(s) associé(s) : ,

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :