Archives du tag ‘bistrot

Flipper   99 comments

.

J’ai dans le sous-sol  un téléphone mural à cadran,

..

que j’ai installé près de l’atelier quand nous avons emménagé, il y a 40 ans , histoire d’entendre quand je bricolais..

L’autre jour, un gamin fils d’une amie, est resté figé devant ce truc qui ne me  paraissait quand même pas extraordinaire..

et qui fonctionne toujours,  eh ben si..

En fait c’est à ça qu’on se rend compte que l’on vieillit,  notre  quotidien devient de l’antiquité..

Nous sommes  entourés de reliques qui n’offrent plus aucun intérêt.. sauf pour s’interloquer:  « Mais .. comment faisiez vous »…

ou s’apitoyer: « Ahhh quand même.. ». Un téléphone à cadran.. pour composer  Vaugirard 41 15.. ou Turbigo 18 22  eh oui..

Pourtant ces choses nous ont accompagnés..  ou furent  des éléments utiles de tous les jours.

.

.

Et j’ai repensé à un engin qui fut ma jeunesse, mon adolescence et mes débuts dans la vie active..

un truc que l’on trouvait dans tous  les bistrots..  un machin bouffeur de pièces.. qu’il fallait partager..

pas rester collé dessus comme une bernique sur son rocher..

un truc dont les bruits faisaient partie  intégrante du fond sonore du bistrot.. à tel point que son absence se faisait remarquer..

.

.

L’odeur du café le matin… ou des croques le midi.. la fumée des clopes.. les bruits de voix.. les conversations mélangées..

bribes de vie au ballon de Gamay.. ou au blanc limé.. ça s’esclaffe.. rigole.. éclate ..

Et en fond… ces crépitements.. claquements.. tintements.. parfois  suivis de hurlements ..

Dans les bons bistrots il y en avait plusieurs…

.

.

Cette machine faisait partie de notre vie.. comme Eddy Mitchell  et ses  chaussettes  noires ou Gene Vincent ou Bob Dylan..

rapprochait des  potes dans une compétition amicale.. « It’s more fun to compete »!

.

.

Une machine rutilante,  des lumières partout..  le cliquetis..  l’image  du fond..  des filles en maillot.. pulpeuses..

les champignons..  score… points.. bonus..

Il  fallait d’abord poser la clope sur le bord..  le bout incandescent vers l’extérieur, mettre la pièce.. 20 centimes.. 

la bille de  métal arrivait dans la goulotte..

la poignée avec le ressort.. là.. on remonte un peu le futal.. le même tic que Bogart dans ses films..

faut se concentrer..  les potes sont autour…

tirer sur la tige en écrasant le ressort est déterminant.. la bille va être projetée plus ou moins..  

il faut qu’elle arrive là-haut au bon endroit..

.

.

là où les petits bras mobiles des champignons vont pouvoir la catapulter .. vers les zones à maximum de  gains .. les zones  free bonus..

champignons à vachtement de points.. On tire doucement.. on dose.. lâchez tout.. la bille s’élance..

on écarte  les pieds pour prendre possession de la machine..

il y a du charnel.. les  majeurs de chaque cotés  sur les poussoirs.. le ventre à peine appuyé sur le rebord..

la bille termine son arrondi et commence sa descente..

et là commence le numéro.. la prestation.. Il faut accompagner la bille..  la guider vers les points gagnants.. 

on  se transforme en  homme bille.. puis en  bille..

Les points claquent au compteur là-haut en face.. on se déhanche.. tortille..  voire même on tente un léger coup sur la machine..

pas trop, juste de quoi modifier le destin.. on  appuie le giron..  un petit coup..  là..  on tape..

.

.

Attention  à l’instant où trop remué.. tout s’éteint..  alors la bille descend tout droit vers la bouche moloch.. tapant dans  les  champignons morts..

une bille sans vie.. dans un champ désolé.. la bête est inanimée.. molle…

Mais là elle vit.. les points  claquent..  arrivent les parties  gratuites..

.

.

Free bonus.. same player shoot again..  clac.. clac.. ça tombe.. ting ting..  les pieds raclent le sol où reste encore un peu de sciure du matin..

De temps en temps.. quand la bille est bien remontée.. une pause juste.. vite fait pour tirer une taffe..

Et on y retourne.. concentré.. les yeux rivés sur la bille argentée..

.

.

Gare au malveillant qui sous prétexte de plaisanterie fine donne discrètement  un coup de hanche..

Tilt… Clac tout s’éteint.. terminée la partie.. game over..

Là y a de quoi se la mettre au court bouillon.. c’est un truc à  balancer une mandale…

Alors on se calme..  promettant  une vengeance…

.

.

« Tiens Roger s’te plait ..  un Casa et un œuf dur..  merci.. ».

Hé, faut bien  se requinquer..

.

.

Ça c’est comme le moulin à café coincé entre les cuisses..  avec le tiroir du bon coté..

Ça a vécu..

.

.

Ces machines ont été remplacées par des trucs électroniques.. pas de bruits.. de clac.. de rien.. du succédané.. de l’ersatz.. j’ai arrêté..

Je ne sais même pas si il y en a encore dans les rades…

Ça fait un moment que je n’ai pas été me faire un ou deux Casa avec des potes..

Serait-ce encore de mon âge…

Surement pas.. d’abord on ne peut plus cloper dans les estancos..

.

Et puis ça fait 20 piges que je ne fume plus..  quant au Casa..

.

Marc

.

Publié 16 février 2020 par Leodamgan dans Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , , ,

Pont de Bercy   71 comments

.

Ben voyons, Mo est en panne d’inspiration pour son blog hebdo, alors elle lance un appel déchirant.. mais subtil..

« t’aurais pas une idée pour le blog… ?? »

.

Je vais  narrer une histoire véridique,  qui m’est arrivée à l’époque où nous habitions dans le XIIeme.. l’époque où la Bastoche n’avait pas encore eu à subir le génie créateur de Jack..  où la place Rambouillet ne se nommait pas encore place du colonel Bourgoin.. bref le temps où Paname était encore Paname.. mon pays..

Je bossais à l’époque dans un grand immeuble du boulevard Blanqui.. Métro Corvisart.. et le soir, j’avais pris l’habitude de rentrer à pinces.. histoire de me façonner les quadriceps.. vu qu’étant devenu accro au ski de fond.. je caressais  le fol espoir.. le doux rêve de participer un jour à la Vasaloppet..

D’accord..  un peu branquignol comme idée.. mais ça me trottait dans la tronche..

Pont de Bercy

Donc le soir je m’enfilais le boulevard Blanqui.. la place d’Italie.. le boulevard de la gare (pardon.. Vincent Auriol).. le pont de Bercy et le boulevard de Bercy jusqu’à Dugommier et là.. pile-poil rue de Charenton.. 5 bornes.. pas de quoi fouetter un greffier*.. mais bon.. tous les jours.

Le quartier était un peu beaucoup différent d’aujourd’hui et le boulevard de Bercy avait un côté un peu moins urbain. Quelques bistrots pointillaient le parcours.. mais ça restait quand même plus  sinistre.. surtout à la tombée de la nuit.

Square Morin

Un soir alors que j’étais en vue du square Morin et son kiosque à musique.. devant moi, un peu plus loin..

une silhouette allongée.. que les piétons évitaient soigneusement, se hâtant de retrouver un peu de  luminosité.. plus haut sur le boulevard.

Je me penche.. et à la question:

« ça va pas.. je peux vous aider ?? »

le tas recroquevillé  me répond:

 » j’ai mal..  j’ai été attaqué. »

Arrivant de la  gare de Lyon avec sa valoche il s’était un peu paumé dans les petites rues du coin et avait été victime de malfaisants qui, outre lui avoir  balancé des mandales*, lui avaient défoncé le buffet à coup de satons* et piqué sa valoche.

Avisant une cabine de  téléphone un peu plus loin, j’extirpe de mes fouilles* une poignée de piécettes et me dirige vers l’édicule pour héler la maison poulardin*.

Hélas, comme d’usage, la cabine avait été restructurée et le fil du biniou* pendait misérablement..

Guignant un bistrot en face,  bistrot je le confesse, où je ne serais pas entré de mon plein gré.. en temps usuel.

Je m’y dirige, supportant sur mes endosses*, le pauvre gars plié en deux..

Arrêt des conversations.. je dépose le malheureux sur une chaise.. et  me tournant vers le loufiat derrière son rade* j’essaye de narrer..

Mes mots se perdent dans un beuglement:

« Sortez moi ça d’ici  j’veux pas d’emmerdes.. »

vl’a cézigue qui prend les abeilles*.. et qui me demande de rejoindre le trottoir avec mon pacson….

Je suis d’un naturel enjoué et patient.. mais je confesse que  mes limites sont vite atteintes.. faut pas trop me les briser.

Devant ma détermination.. appuyé  par  un ou deux habitués.. il consent en maugréant à appeler la maison bourreman*..

« Mais vous restez là »

me balance-t-il toujours aussi gracieux…. L’urbanité de l’humain secourable.. mais à la mode  pithécanthrope…

Peu de temps après.. la sirène du tôlé noir et blanc déchire la bienveillante sérénité de ce havre de paix.. et une escouade de lardus* débarque dans le rade*..

celui qui semble être le chef.. (il avait une moustache..) écoute  le poil frémissant.. et s’enquiert auprès de la victime:

« vous pourriez les reconnaitre..? »

Soudain, s’avisant du côté un peu incomplet de son interrogatoire aux mots simples mais efficaces, se tourne vers moi et tonitrue:

« et vous.. ? qu’est-ce que vous foutiez là ? »

A cet instant, j’ai ressenti un frisson..

Je confesse que mes années soixante-huitardes m’avaient laissé une indicible méfiance face à la maréchaussée..

Je me suis senti mal parti. Ai pensé :   « ça y est je vais y avoir droit.. je suis dans le pétrin.. »

Une voix  venue du fond de la salle.. une voix forte avec cet accent riz-pain-sel* de chez moi.. que le regretté Julien Carette ne pourrait renier,

une voix lâcha.. forte et ferme.. gouaillante:

« ah ben elle est raide celle là. . y s’fait chier à porter s’cours et c’est lui qui va être emmerdé.. ».

Je n’ai pas vu cet anonyme.. mais  50 ans après, je le remercie..

Cette intervention pertinente, qui ma foi, résumait assez bien mon ressenti eut l’effet escompté.

Bougonnant dans ses bacchantes.. le chef se tourna vers la victime.. et l’entrainant dans le panier à salade..  suivi par sa volée de képis:

« Venez on va tourner dans le coin voir si on les retrouve.. ».

La paix revint dans l‘estanco*..  le brouhaha des conversations reprit avec quelques bribes peu affables pour les chaussettes à clous*..

J’en profitai pour m’esbigner*.. Par acquis de conscience, j’avais demandé au taulier si je devais quelque chose pour le coup de biglot. pensant qu’il n’en serait  rien..

« Ouais un franc . . ».

J’ai carmé* sans  bonnir* le moindre commentaire..

Et je suis  ressorti chez les humains.. J’ai repris ma route rue de Charenton..

.

Je ne me souviens pas si j’ai raconté ça à Mo..  En tout cas c’est chose faite..

Bah je ne lui en veux pas à l’argousin*..  il était sans doute fatigué de sa journée.. et puis bon..

Maintenant.. à mon âge.. avec le temps.. et ce qui se passe..

J’ai révisé.. faut bien admettre que bourdille* c’est pas de tout repos comme turbin..

Alors parfois.. mais quand même..

.

Marc

.

Petit lexique argot (de Mo) :

greffier : chat

mandales : claques

coups de satons : coups de pieds

la maison poulardin : la police

fouilles : poches

biniou : combiné téléphonique

endosses : épaules

rade : désigne le zinc de bistrot ou le bistrot lui-même.

prendre les abeilles : se mettre en colère

la maison bourreman : la police

lardus : flics

riz-pain-sel: épicier

estanco : estaminet

chaussettes à clous : flics (mais vous le saviez sûrement…)

s’esbigner : s’éclipser

carmer : payer

bonnir : dire

argousin, bourdille : flic

 

 

 

Publié 9 juin 2018 par Leodamgan dans Ecriture, Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , , ,

Souvenirs de Toulon   40 comments

.

Ce que j’aimais bien quand j’étais jeune..

c’était aller à Toulon.. faire un tour au marché et sur le port…

.

.

.
A l’époque.  on se garait dans l’avenue des  Tirailleurs Sénégalais ..

l’avenue qui  va au Mourillon.. et on partait à pied.. par le port pour rejoindre le cours Lafayette…

.
Le matin sur le port il fait frais.. ( prononcer fré).. une petit brume  annonciatrice de chaleur enveloppe St Mandrier..

masquant dans le gris le Dixmude qui à l’époque servait de caserne..

Derrière.. de l’autre côté ..les montagnes..

le Gros Cerveau..le Faron et le Coudon..On a vanté Cézanne et la St Victoire..

mais le Faron qui domine la plaine de la Crau.. La Garde.. ça c’est quelque chose.. c’est autre chose… c’est majestueux..

.
Le  matin sur le port.. les commerçants préparent la journée.. tranquillement.. avec délectation..

elle va être chaude té cette journée…

on balaie.. on fait les huit sur le sol avec la gamelle d’eau percée de trous..  il fait bon  le matin..

un petit vent  fait claqueter les drapeaux colorés des vedettes de la rade

(celles qui partent toujours dans  cinq minutes.. histoire de hâter le couillon..

alors qu’en fait c’est dans une heure..mais té..ils ne le savent pas..).

.
On se dirige vers le bas du Cours Lafayette.. souvent on y voit Herrero.. pardon .. Monsieur Herrero..

masse de muscles et  de bravoure.. personnage typique.. sa couronne de cheveux gris.. son bandeau rouge.. ses bottes. ..

et son accent.. sa tendresse.. son coeur.. gladiateur du stade Mayol..

avec son frère ..ils se sont partagés les gloires et les coups…

il est là.sur la petite placette..devant la poste…

.
Et le regard remonte vers le haut du cours.. survolant une marée humaine..

guidée par deux rangées de commerçants.. hurlants..vociférants..

chacun vantant sa tomate..son raisin..  ses prunes.. avec un air sous entendu..

parfois  s’interjectant avec le voisin.. comme le marchand de pizza

qui voit la poussière de terre du marchand de pommes de terre voisin nimber  et

saupoudrer ses précieuses galettes à chaque fois qu’il verse un sac de pétotes dans la caissette en bois.. 

et vaï.. ça donne du goût…

.
Et l’on s’intègre dans ce flot.. difficile de s’arrêter.. 

il faut suivre.. comme un poisson dans un banc..suivre le mouvement..

monter.. jusqu’au kiosque.. on l’on achète le Méridional…

pas très loin de la boutique de l’autre gladiateur.. Gruarin.. qui vend des chemises.

Et le flot t’emporte..jusqu’à la halle aux poissons.. cimetière sanguinolent des princes de mers.. thon..espadons..

dont les carcasses rondellisées font froid dans le dos.. le sang sur le sol.. l’odeur..

c’est tout le sud.. avec sa lumière.. sa clarté.. et la mort..

.
En fait..il faut aller à droite..vers la Rue Albert..

pour aller achete des moredus et des escavennes pour la pêche de demain..

bestioles au sort peu enviable.. destinées à se faire  empaler sur un hameçon de trois ou quatre..

dans l’hypothétique espoir d’accrocher le sar du siècle…

.
Et on redescend.. par les petites ruelles.. jusqu’au port.. où il est l’heure de prendre un petit casa..

On sent déjà qu’il va faire chaud.. imperceptiblement la temperature est montée..

le soleil commence son travail de dessication des gosiers..

il faut humecter.. le port est toujours un havre de fraicheur..mais les zones d’ombres se sont évaporées..

.

Alors on s’installe.. à la terrasse de chez Herrero.. l’autre.. celui qui a le bistrot.. et on attend la serveuse..

Celle qui a la robe vichy en corolle et le décolleté avantageux..

que quand elle se penche pour poser le verre ou la carafe d’eau fraiche..

Ah misère..on voit même le petit duvet blond qui nimbe les rondeurs bronzées d’une corolle dorée..

eh oui.. elle etait belle cette fille..

.

Oh..je ne suis pas devenu pochtron à cause d’elle…  mais c’est vrai que j’ai pris gout au casa..

Et quand il m’arrive aujourd’hui.. d’en prendre..un.. je pense à elle..

et oui..Nine tu étais belle dans ta robe vichy..

.
Eh oui.. je suis retourné à Toulon sur le port.. je n’ai pas vu Herrero..

je n’ai pas bu de casa..

je n’ai pas vu les seins ronds et bronzés de la serveuse..

ma jeunesse a   fondu.. comme un glaçon dans le verre..

.
Basta cusi…

.

.

Marc

.

.

Publié 23 août 2012 par Leodamgan dans Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :