Retour de Roissy.   61 comments

.

Que penser.. un rassemblement rare d’événements..  vécus par le même acteur.. respectant les règles d’unités de lieu..  de temps.. une concentration de circonstances..

.

Les faits que  je vais raconter sont  rigoureusement exacts.. même s’ils semblent sortis d’un film  pour une publicité.

C’était un soir de début d’été.. il faisait beau.. le parfum des  vacances.. même au boulot.. alors, pour éviter les convois de vacanciers qui gagnent le sud, rejoignant les banlieusards.. grossissant le flot des autoroutes A3 et A86.. j’avais décidé de musarder avec retour par l’A104.. cette voie qui serpente en Seine et Marne permet, venant du nord, de gagner le sud  en évitant de s’agglutiner dans les autoroutes parisiennes..

Bref, je quittai Roissy par le Nord.. par Mitry Mory..  c’est  agréable.. la zone aéroportuaire dégage la vue.. des champs.. des lapins.. des émouchets.. une pépinière avec ses rangées d’arbres bien alignés..

.

.

Bien sûr, pour ne pas oublier où on est,  un gros bazar toutes les 30 secondes arrive en hurlant au dessus.. balises.. arbres de noël, mais j’aime ça…

.

.

Je roulais tranquillement sur ma petite route.. appréciant la route pour moi tout seul.. quand soudain surgissant de ma droite d’un petit chemin qui me parut sans priorité, masqué par la haie de cyprès, un véhicule blindé de la gendarmerie me coupe la route.. bien sûr, face à un tel engin, la sagesse est de s’arrêter au plus vite..  un coup au cœur.. j’écrase la pédale..

Pas passé loin de mon  capot.. je suis resté à me demander si oui ou non il était prioritaire.. j’ai repris ma route en songeant que si nous nous étions heurtés..  j’aurais gagné ma journée..  emplâtrer une voiture de gendarmes.. t’es mal.. même si c’est elle qui te refait la calandre.. et en plus un truc tout  blindé.. ma pauvre voiture aurait pu y passer..

Le chouette paysage qui borde la N2 me fait vite oublier l’incident, et je me bretellise sur l’A104.. impec.. pas trop de monde.. des camions bulgares.. quelques vacanciers.. valises sur le toit.. remorque à l’arrière..

Heure tranquille.. retour tranquille.. je me cale sur la file de droite.. et  roule ma poule.. Un petit 100.. va bene..

.

.

Soudain.. peu avant l’aire de Villevaudé..  là-bas devant.. une voiture qui tractait un bateau se met à   tanguer.. zigzaguer..  réflexe.. je lève le pied.. quand soudain la remorque se met en travers.. y a du mou..  ça part en choucroute..

Les voitures devant freinent.. nuages de fumées blanches des pneus.. le premier donne un coup de volant à gauche.. l’autre derrière à droite.. la  remorque lorgne le bas côté.. j’ai le cœur qui tape.. cogne.. écrasé le frein.. les mains sur le volant, les  muscles  tendus.. l’électronique de la voiture réagit bien.. tous les  noms barbares.. ABS.. ASR.. ESP..  et je ne sais quoi.. je passe sur la file de gauche.. j’ai la jambe qui tremble un peu..

Je confesse que ça s’est passé tellement vite.. que  la première voiture  et moi.. avons dépassé le gars et son bateau arrêtés sur le bas côté.. j’ai vu dans le rétroviseur que la voiture de droite s’était arrêtée elle aussi.

Le premier de cordée et moi avons continué.. mon corps se relâchait.. le pouls reprenait son rythme.. la respiration qui s’était bloquée.. tout s’est remis en marche.. en fait j’ai eu la trouille.. je me suis vu dans le paquet… j’ai continué ma route..  en pensant que c’est con.. suffit de peu de chose.. distance.. pneu  mal gonflé ou ne sais quoi.. bon.. la voiture n’a pas bougé, elle est restée bien sur la file.. pour un peu je lui aurais dit  « Merci Titine ».

.

.

Sur la dernière petite route avant de retrouver de l’urbain.. des champs de chaque côté.. l’un d’eux.. survolé par un hélico qui vaporisait du produit..  pollution.. pollueur pensais-je.. il faisait ses aller et retour avec soin.. coupant sa douche en arrivant sur la route.. du moins l’estimais-je…

J’ai essayé de moduler ma vitesse pour passer alors qu’il était à l’autre bout.. mais faut croire que l’émotion avait  bouleversé mes neurones..  je suis arrivé à sa hauteur alors qu’il entamait son  retour.. bien sûr il avait dû couper sa miction.. mais comme disait Voltaire.. il en reste  toujours un peu pour le haut de chausse..

Je suis passé à sa hauteur et j’ai pris une douche d’un produit épais.. jaune.. collant.. qui a refait une bonne partie du métallisé vernis gris « sidobre » de la voiture… les essuie-glaces ont  étalé cette gadoue..  j’ai retenu ma respiration.. j’ai coupé la ventilation, la clim et tout le bazar.. j’ai fait les grandes eaux de Versailles sur le pare-brise en me demandant si c’était  toxique et si je n’aurais pas dû m’arrêter.. des fois que ça ruine ma peinture..

Mais va faire un constat avec un hélico..  faut être Superman..

.

.

Pour l’anecdote.. vu les circonstances.. mentionnerai-je la  petite harde de sangliers qui a coupé ma route peu avant d’arriver dans des zones civilisées?

Arrivé à la maison.. j’ai passé la voiture au jet..  rentré..  j’ai pris une Heineken dans le frigo.. je me suis posé dans le canapé..

Et j’ai soliloqué :

« quelle compagnie d’assurance me croirait si j’annonçais : j’ai heurté un véhicule blindé.. puis un bateau.. un hélicoptère est venu me bombarder par une attaque chimique.. et j’ai été agressé par des sangliers.. »

là.. c’est direct la rue Cabanis.. (ndlr : hopital St Anne) et le  gilet blanc qui soutient les bras..

.

.

Que penser.. est-ce que ce jour là j’ai eu un ange gardien.. c’est vrai que St Marc je ne lui demande pas grand-chose.. même rien.. vu le peu qu’il a  écrit.. c’est pas un prolixe.. pas  volubile de l’évangile.. du condensé.. faut pas le déranger pour des nèfles.. et puis bon.. faut avoir la foi..

On va dire que c’était un jour particulier.. comme les  astronomes quant ils parlent de conjonction…

J’ai  bossé  plus de 40 ans.. 40 ans à se taper les autoroutes (au fur et a mesure de leur construction).. la pluie..la neige..le verglas.. le retour en 05h00 en 99.. pas un carton.. j’ai évité les matelas.. les  morceaux de troncs d’arbres.. les brouettes..les cinglés.. etc etc.. ouais.. j’ai eu de la chance.. du bol.. la baraka..

Mais ce jour là.. m’empêcherez pas de penser qu’on a voulu me  tester..

Ou alors.. c’était pour la camera  cachée.

.

Marc

Publicités

Publié le 16 décembre 2017 par Leodamgan dans Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Retour de marché   50 comments

.

Nous revenons  du marché..

..

il pleut.. une pluie froide..  pénétrante… glacée.. le vent fort  rend la marche encore plus  douloureuse..

malgré un équipement  breton  l’eau fouette le visage.. s’étale sur les lunettes… les mains sont glacées..  il fait sombre.. le jour tarde à se lever..

il reste au chaud, lui..

.

.

La circulation est merdique.. un monde fou de grands banlieusards..

coupe à travers  notre petite ville pour rejoindre l’autoroute qui les mènera enfin vers le périph’ immobile..

La rue des écoles apporte son lot d’embouteillages..

outre les mamans qui déposent la chair de leur chair juste devant la porte en stationnant au milieu de la   rue..

ben oui.. sont atrophiés des  jambes, les lardons..  nous on y allait à pied.. mais là..

.

.

ils ont juste les  pouces  qui s’allongent démesurément à force de tweeter.. va être  sexy l’homo-iphonus…  petite tête.. petites  jambes et pouces de 20 cm..

des tarsiens..

..

Un   nergumène  (s’il est né comme ça)  apporte avec satisfaction son concours au  bordel automobile.. il aide à traverser..

en fait son intérêt est contraire à la fluidité du flux.. dès qu’au loin se profile un potentiel piéton..

il jette son corps  casquetté et fluogileté  en travers de la route.. tel le corps d’obèse face au taureau (il a mal fini le gonze)..

.

.

Il y a donc  la terrible conjonction.. la buée..  la pluie.. les essuie-glace qui  jettent l’éponge.. les feux des voitures.. des voitures partout..

l’un veut tourner.. l’autre pas..

les piétons qui se faufilent.. les assermentés qui vivent leur heure de  gloire du matin… les bras en croix  devant les  véhicules.. les Jésus du macadam..

il y a un très beau mot dans la langue française qui résume bien : c’est le bordel.. le boxon..

.

Mais bon.. sommes rentrés sans encombres..

j’ai laissé un parapluie devant la porte au cas où un étrenneux en retard viendrait à sonner..

mais c’est, en principe, fait..  les éboueurs..  les pompiers…  une vaine tentative de faux agents mais vrais fraudeurs..

qui se prétendaient  « les encombrants »..

grâce à mon vidéo-interphone ils furent éconduits sans coup férir ni discussion stérile..

.

.

.

Hier le facteur a réussi à nous coincer entre deux séjours bretons..   toujours les calendriers avec les petits chats.. ras le bol des greffiers..

pourraient mettre Charlize Theron.. ou Miss décembre.. ou le  ministre des PTT.. au moins, on connaitrait sa tronche..

oui, je sais.. il  y a  sexy lurette que les PTT n’existent plus.. mais  désolé.. je nostalgise.. même le mollet du facteur a changé.. le vélo est électrique..

.

Eh oui.. bon, « ah-ign don » ( sic) comme disait ma grand-mère.. faut s’y mettre.. je vais aller  regarder la télé..  😉

.

Punaise quelle vie..

.

Marc

 

Publié le 13 décembre 2017 par Leodamgan dans Divertissement, Ecriture, Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , ,

Les avions et moi.   51 comments

.

Nous  sommes partis d’Orly à l’heure..

le ciel était bien couvert..

le décollage nous a  fait rapidement traverser cette couche de nuages..

.

.

Et nous nous sommes  retrouvés au dessus de cette mer  cotonneuse.. une étendue de mousse. .  il y avait encore quelques  longs nuages  au dessus de nous.. le soleil  était déjà bien bas sur l’horizon et s’échinait à nous fournir toute sa palette de rouge orangé..  version cartes de Noël d’avant.. celles avec la maison qui  fume et  les petites paillettes dorées qui se décollent..

.

.

Mo, comme d’usage, bouquinait près de moi.. l’hôtesse circulait dans l’allée centrale.. bref.. de l’habituel..

Mon regard errait sur ces couches molletonnées.. aux dessins réguliers..  lignes .. petits dômes.. crevasses d’une régularité   humaine.. m’imaginant survolant le pôle ou quelque zone arctique..

Etre là haut.. dans une machine volante.. volant vers le soleil..

.

.

Mon premier contact avec un avion fut terrifiant.. un avion  à réaction  comme on disait alors.. passa  sans prévenir au dessus de la maison.. un rugissement.. j’eus tellement peur que je me suis réfugié sous la table de cuisine..  mon père qui était dans la cour.. lâcha :  « Ahh il a dû passer le mur du son »..

Une image  me traversa l’esprit.. un avion qui fonce dans une meule de foin.. étrange..

Pour moi  les avions c’étaient ces machines que l’on voyait  loin, loin la haut dans le ciel.. et qui le traversait lentement d’un bout à l’autre de l’horizon.. en faisant  « waon waon waon »..

.

.

Mon père me racontait que pendant la guerre..  le ciel en était rempli.. que l’on  pouvait reconnaitre au bruit du moteur si c’était un ami ou un ennemi..

Et que les  raids américains en couvraient le ciel..  le premier passait l’horizon d’un côté.. qu’il en surgissait encore de l’autre coté..

L’été.. allongé dans herbe..il y en avait toujours un dans le ciel.. « waon waon waon »..

Et puis le temps a passé.. gamin, dans mon lit sous les toits le soir.. étant près d’Orly.. je savais distinguer un Vickers Viscount et son sifflement caractéristique d’un gros Constellation.. ou les  avions de la Postale..

.

.

Puis vint le temps du réacteur.. le Comète.. puis la Caravelle..

La première fois que je vis cet avion..  je m’en souviens bien.. Il faisait des essais sur Orly..  sidérant.. un avion avec les moteurs  à l’arrière…

Ma vie s’est poursuivie.. accompagnée  d’histoires d’avions..  bandes dessinées..  Spirou et l’oncle Paul.. Buck Danny.. les romans.. St Exupery.. Chennault.. les tigres  volants..

Le service militaire.. laver les Mirages III..  poser les parachutes  de queue.. charger les Transall…

Puis un beau jour de juillet  68.. la vie active dans une compagnie aérienne Française…

.

.

Tout s’était accéléré.. le Super G  disparut au profit des 707.. que l’on baptisait.. « Château de Chambord.. Ville de  Blois.. »

Le 747 .. Jumbo.. énorme.. hors normes  à l’instar de l’A380.. qui devrait être appelé « Mammouthjet ».. le 747 bouscula tout..

Il fallu revoir les hangars..les aménagements.. le travail en piste..

.

.

Il y a quelques jours c’était l’anniversaire du premier vol Concorde..

Ahhh  Concorde.. un avion superbe..  hélas associé à un terrible drame..

Tous les jours à 11h15.. il donnait le signal du départ à la cantine..

.

.

Pour aller  à Maurice.. on survole la nuit des villes dont les noms s’égrènent dans les romans de Monfreid..  ou  plus près hélas.. dans l’actualité..

« Khartoum.. Addis Abeba.. Mogadiscio.. Dar es salam.. »

On survole  le désert et des énormes taches de lumière nous  montrent ces villes.. je m’imaginais des endroits minuscules.. mais ce sont des taches énormes.. des villes pleines de lumières.. des rues.. des artères..   Et puis le sombre.. le rien..  et parfois.. une lumière.. ou deux.. un bout de route éclairé..

J’éprouve  cette même sensation que dans les trains de nuit de mon enfance.. derrière ces lumières.. ce sont des vies.. des gens  qui sont là.. ensembles..  et nous.. nous passons..

.

.

En survolant la corne de l’Afrique.. et ses zones désertiques..  rien.. le  ciel monstrueusement étoilé.. en bas c’est le désert.. le sable .. les cailloux.. les rochers.. Et puis pour nous rappeler nos origines..  ça et là.. une lumière.. comme il y a  100 000 ans le feu..  des gens sont là.. vivent.. partagent.. échangent..

.

.

Là haut les étoiles..  le feu clignotant  rouge  ( ndlr : ou vert) du bout de  l’aile.. parfois les phares de l’avion..  les réacteurs.. les moteurs qui tournent..  on pense à Mermoz.. l’aéropostale.. quand ils survolaient le désert vers Cap Juby avant de se lancer pour la  grande traversée… Ce ne sont pas quelques lettres qui poussaient ces hommes d’exception à risquer leur  vie.. les  pirates du désert.. le pot au noir.. les montagnes énormes des Andes.. la neige.. la panne de moteur..  Qu’est-ce qui les poussait.. à faire ce qu’aucune bête n’aurait fait…

Le gout de voler.. surement.. l’exploit.. probablement. .  mais sans aucun doute ce qui pousse chacun d’entre nous  à faire  ce que nous devons faire.. à le faire bien.. au mieux..  le faire coute que  coute..

.

.

Bien sur eux payaient de leur vie.. comme d’autres aujourd’hui dans leur  métier…

Dehors il fait  moins 55 ou moins 60 degrés..   l’avion a séjourné des heures sur la piste  surchauffée.. et l’ensemble supporte ces  variations de température.. dans  le cockpit du  Concorde on voyait nettement l’allongement de la  cabine..  ( le fuselage s’allongeait de  20 cm).

Depuis Pilatre de Rozier, Ader.. combien   sont morts.. pour que je puisse rêvasser sur mon siège de cet ATR qui nous emmène vers Lorient..

Combien d’exploits.. humains.. techniques.. combien de sacrifices.. Combien de progrès  ne verrai-je pas.. on parle d’avions fusées..

.

.

Tiens.. on arrive à Lann Bihoué..

on va retrouver notre Twingo..

« waon waon waon »…

.

Marc

.

Publié le 26 novembre 2017 par Leodamgan dans Non classé, Prose à Marc, Voyages

Tag(s) associé(s) : , ,

Nos couleurs de novembre 2017…   49 comments

.

au jardin, bien sûr…

.

.

Près des bouleaux où nous allons installer la mangeoire à oiseaux.

.

.

Vus de plus près : une viorne et l’érable « Orange dream ».

.

.

La rocaille devant où on ne voit plus les cailloux.

.

.

Le sedum spectabile et les baies du cotoneaster salicifolia.

.

.

Le berbéris et le feuillage de l’hortensia « Annabelle » en train de de faner.

.

.

J’avais pourtant ramassé les feuilles hier!

.

.

l’érable « Garnet » et la graminée hakonechloa.

.     .

En toile de fond, au-delà de notre clôture,

les voisins participent aussi à la coloration du paysage,

ça nous va et ne nous demande pas de travail…

.

Publié le 19 novembre 2017 par Leodamgan dans Aménagement et entretien au jardin d'ornement, Non classé

Tag(s) associé(s) : , , ,

Les semis spontanés   47 comments

.

Qu’il est doux de ne rien faire

quand tout pousse autour de vous.

.

J’ai pensé à certaines plantes

pour des gens qui, débutant un jardin,

se trouvent avec une grande surface à planter,

mais peu de plantes.

.

En attendant de voir pousser ses plantes nouvellement acquises

(généralement petites et peu nombreuses),

on peut meubler à bon compte et sans trop se fatiguer.

.

1amarantes-pourpres

.

Un paquet de graines de ces amarantes pourpres constitue un achat à vie.

.

Elles sont annuelles et sont jolies de juin à novembre.

On les arrache à la  première gelée.

.

Celles qui se ressèment d’elles-mêmes en automne  sont plus grandes et plus robustes

que celles que je sème au printemps après avoir récupéré les graines en automne.

Alors, pourquoi se fatiguer?

Evidemment, on a la surprise de l’endroit qu’elles vont choisir pour germer.

Mais  si vous êtes déterministes et tenez à composer votre décor selon un plan bien précis,

vous pouvez récupérer les graines en automne, les semer en terrine au printemps

puis les mettre en place en mai/juin.

.

2violettes-cornues2b

.

Les violettes cornues ont des opinions bien arrêtées sur ce qui leur convient :

le gravier des allées, de préférence.

Elles s’y sèment abondamment.

Elles ne dédaignent cependant pas la bonne terre de potager.

.

Elles fleurissent au printemps et en début d’été.

En période de canicule, leur feuillage se desséchant, on peut les arracher.

De nouvelles plantes germent et  redémarrent dès l’automne jusqu’aux gelées.

.

On peut en acheter en plants ou en graines.

.

3giroflees3b

.

Les giroflées ravenelles les plus communes se ressèment d’elles mêmes

si on évite d’ôter les fleurs fânées, bien sûr

(ce qui est valable pour toutes les plantes que je cite ici),

mais j’avoue que ces giroflées aux teintes variées

ont été semées par mes soins, puis repiquées, puis mises en place.

Elles sont donc probablement hors-sujet dans cet article,

mais je les aime tant

que j’en fais tous les ans.

.

On peut acheter ou récupérer les graines.

.

4coquelourdes

.

Les coquelourdes, elles, sont de belles envahisseuses très spontanées,

aussi bien pour la variété blanche que rose.

.

Elles vivent plusieurs années tout en se semant d’elles mêmes.

.

Elles affectionnent les sols sableux et le soleil, parait-il,

mais je les vois fleurir aussi à mi-ombre et en sol argileux.

Elles fleurissent de mai à août.

.

Leur entretien consiste à couper les tiges fanées en fin d’été.

Il reste une rosette de feuilles basses qui passe l’hiver sans problème.

.

5myosotis

.

Les myosotis sont d’autres envahisseurs sympathiques.

A partir du paquet de graines initial, on obtient un champ!

.

Ils fleurissent en avril/mai

.

Je les arrache après la floraison.

Ils se sont déjà ressemés suffisamment de toute façon.

En février ou mars, s’il ne gèle pas, je regroupe parfois des plants

de façon à obtenir un tapis plus homogène.

.

Ils mettent bien en valeur les tulipes

et sont capables de fleurir dans des conditions ingrates

comme dans le sol sec devant la cabane de jardin orientée au nord.

.

6impatiens-balfouri

.

Les impatiens Balfouri sont des annuelles dont les fleurs ne sont pas spectaculaires

mais qui sont capables de fleurir en sol sec à l’ombre du pied d’une haie.

Elles n’apprécient pas le soleil, en fait.

.

Elles fleurissent de juin à août.

.

Je ne m’en occupe que pour leur faire des barrières de tuteurage en bambous,

ceci afin qu’elles ne se couchent pas dans l’allée.

Je ne les arrache même plus après la première gelée,

elles se dessèchent si vite…

.

Je ne sais pas où on peut s’en procurer.

Elles sont apparues spontanément chez moi

depuis le jardin d’un voisin sans doute.

Si vous en voyez chez quelqu’un, essayez de récupérer les graines…

.

7valeriane

.

Les valérianes, elles sont amoureuses du soleil

et se sèment en sol sec dans trois grains de poussière.

.

Elles fleurissent de mai à septembre.

.

Il suffit d’en acheter un ou deux plants

pour que l’espèce se propage durablement chez soi.

.

8fenouil-bronze

.

Le fenouil bronze est décoratif par son feuillage.

.

Il est trop envahissant pour être placé au potager,

mieux vaut le réserver en décoration de massif

où il est concurrencé par les autres plantes.

.

9bleuets

.

Ces centaurées vivaces sont dans mon jardin depuis toujours.

Je ne sais pas d’où elles viennent.

Je sais qu’on peut en acheter des graines.

.

Elles fleurissent au printemps et en été.

.

Elles se propagent sans être trop envahissantes.

.

10echinpos-ritro-blue

.

Si on aime les plantes d’aspect sauvage,

on peut adopter l’échinops ‘Ritro blue’

qui s’empressera de se propager dans le jardin

(j’avais acheté un seul plant).

.

Il fleurit de juin à août.

On peut en faire de jolis bouquets secs.

.

En fin de floraison, ils commencent à sécher.

A ce moment, je coupe toute la plante à ras de terre,

feuillage compris.

Cela ne les empêche nullement de resurgir vigoureusement l’année suivante.

.

11molene1

.

Dans le genre plus sauvage encore, il y a la molène (ou « bouillon blanc »).

On en voit sur les talus au bord des routes en saison de juin à août.

Je ne sais pas d’où viennent les miennes exactement

mais je les garde.

.

On peut en acheter des variétés beaucoup plus jolies

mais qui ne se reproduisent guère.

Donc, si vous voyez de ces plantes en train de faire des graines,

servez-vous et lancez les à la volée dans un coin du jardin!

.

12nigelles-de-damas

.

Les nigelles de Damas font aussi partie de ces plantes annuelles éternellement présentes au jardin.

.

Elles fleurissent en mai/juin et accompagnent les autres plantes de leur silhouette légère.

.

Le seul entretien est l’arrachage de la plante séchée en automne ou en fin d’été..

Si on veut davantage de plantes l’an prochain,

on écrase les capsules de fruits secs pour éparpiller tout de suite les graines sur le sol.

Inutile de récupérer les graines pour les semer au printemps.

.

13pieds-dalouette

.

Les pieds d’alouette se traitent comme les nigelles.

.

Il fleurissent de juin à août.

.

14stipas1

.

Les stipas tenuifolias sont des graminées vivaces au feuillage très léger

et toujours agité par le vent.

Ils mettent en valeur les fleurs et restent jolis en hiver.

.

Ils se propagent spontanément dans un sol un peu sablonneux.

.

Il n’y a pas d’entretien à proprement parler.

On ne coupe pas le feuillage sec en hiver

mais on le « peigne » en tirant un peu dessus.

le feuillage resté vert résiste à cette traction.

.

On peut déménager sans difficulté des plantes issues de semis

qu’on trouve mal placées.

.

15cotoneaster-salicifolia

.

Il y a des arbustes aussi qui se sèment tout seuls,

les cotoneasters, par exemple.

.

évidemment, il faut patienter pour avoir des sujets bien développés…

Sur la photo de droite prise en automne, le cotoneaster porte ses fruits rouges

à côté d’un berberis pourpre.

.

Rosier Rubra

.

On ne pense pas aux semis de rosiers

mais certains, comme ce rosier « Rubra » donnent naissance à des plantules,

d’autant plus que je laisse les fruits décoratifs sur l’arbuste.

J’ai récupéré une de ces plantules dans un pot pour qu’elle grandisse

en attendant la plantation en pleine terre.

.

La floraison de ce rosier est plutôt discrète

mais son feuillage pourpre, presque persistant,

constitue un bon fond de massif

pour les hortensias blancs.

.

asplenium1

.

Les fougères aussi peuvent se propager comme bon leur semble

tels ces aspleniums

qui privilégient les talus rocailleux côté ombre.

.

Et enfin,

mais je ne vous mets pas la photo,

car vous connaissez :

le laurier-sauce se sème  partout.

J’en trouve des plants dans tout le jardin,

et ils sont difficiles à arracher.

.

C’est un vrai fléau!

.

Article déjà publié en 2011 mais toujours d’actualité.

 

.

« Carte vitale V4 » : carte bidon mais vraie arnaque.   33 comments

.

Nous avons reçu cela par mail au nom de Marc:

.

.

Comme nous l’avons fait immédiatement,

interrogez internet pour en savoir plus sur cette escroquerie en ligne.

.

 

 

Publié le 1 novembre 2017 par Leodamgan dans Non classé

Tag(s) associé(s) : , , , ,

26 octobre 2017 à Kerhillio   54 comments

.

C’est dans le Morbihan.

.

.

Ouahhh…

.

.

Elle est bonne?

.

.

Evidemment, avec une combinaison…

.

.

Rebelote.

.

.

Cent fois sur le métier…

.

.

Bronzette?

.

C’est l’heure de la pêche aux moules et autres coquillages.

.

Alors, ou il y a un micro-climat dans le Morbihan

ou c’est vraiment le réchauffement climatique.

.

Publié le 27 octobre 2017 par Leodamgan dans Bretagne, Etel, Plage

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :