Archives de la catégorie ‘Semis et plantations ornementaux

Ça a cagué…   102 comments

Ca   a cagué..

Dans le film « La  fille du puisatier ».. quand Raimu demande à Fernandel comment la mine pour creuser a fonctionné..

l’autre répond   « La mine.. elle a cagué »..

Ben nous c’est pareil.. au bout d’une fourche comme disait mon père  quand il voulait signifier un échec..

Au potager, la terre est argileuse, lourde, difficile à bêcher  ..

.

Tomates.

.

Chaque coup de fourche-bêche te ramène  des kg de mottes collantes qu’il faut enlever au couteau à mastic..  un truc qui ruine le dos..

Pourtant ce  n’est pas faute de la travailler et de  vouloir dynamiser le lombric (un copain).

Malgré cela, avec le temps et  grâce aux efforts de Mo, nous avons  eu l’an passé de belles récoltes de tomates, poivrons, piments  etc..

Forts de ce succès nous avons décidé en début d’année de faire un effort budgétaire très significatif et nous avons fait rentrer de la terre : 4 m3..

On a payé un rombier..  qui s’est chargé de commander, faire livrer et brouetter..

Sur le devis nous avions bien fait figurer la mention « terre  maraichère »..

 Terre censée être composée harmonieusement, en doses savamment  élaborées par des techniciens chevronnés,

comme le mec de la  réclame de chocolat qui lisse avec sa spatule..  un truc de labo spatial..

Bref le jour prévu..   le camion a déversé ses 4 m3 de terre  et  le gars a brouetté et étalé  une belle terre marron, fine et fluide..

Avec ça, pensions nous.. ça va être le jardin des Hespérides..

Après  ma pose de prothèse du genou, je me suis senti capable en  avril mai, au moment des semis et autres plantations,

de passer un coup de motobineuse, histoire d’aérer la terre et briser les mottes..

Las..  malgré la volonté farouche de ma motobineuse japonaise ..

Je n’ai rien brisé du tout.. juste brisé les dents sur le mur de l’atlantique.. et aussi brisé autre chose..

La belle terre fine, fluide était devenue un bunker..

Eh oui.. « Sie  kommen »..   les pauvres griffes de mon petit engin rebondissaient sur le sol, l’engin devenait fou.. il se cabrait.. à droite, à gauche..

A force de persévérance et de ténacité.. j’ai réussi à égratigner un peu mais rien d’efficace..

Quand le temps des plantations fut venu.. il a fallu creuser au piochon un trou pour chaque pied de tomates ou autres plantes du soleil..

.

Petits pois qui n’ont pas voulu lever , betteraves et  navets non plus….

Les semis  furent un désastre..

.

Toute la récolte de petits pois…

.

Fort grognon,  (je reconnais que je suis d’un naturel ombrageux), j’ai téléphoné à la société où je pensais que le gars avait acheté sa terre..

Poliment, j’ai exposé mon cas et la dame, très aimable, a déchiré le voile..

« Mon pauvre Monsieur »  m’a t’elle dit, compatissante..

« Ce n’est pas de la terre maraichère que vous avez eu, mais de la terre végétale, J’en suis certaine.. »..

Il va falloir bêcher profondément et rentrer un mélange que je pourrais vous faire… contre la modique somme de  496 euros HT..   etc, etc..

Elle a gentiment recherché dans ses fichiers la facture.. mais manifestement le gars n’avait pas acheté là..

Comme dit mon pote breton : «  Baisé comme un tacaud dans la vase !»

Je l’ai donc appelé le gonze.. je dois dire qu’il a été très contrarié.. et je ne doute pas de sa conscience professionnelle.. 

« vous êtes le deuxième m’a-t-il dit.. » (entre nous… je m’en bat les …)  

« Dès lundi j’irai voir où j’ai acheté la terre..  mais bon ne vous inquiétez pas, à l’automne je viendrai arranger ça .. »

Voilà.. en attendant .. les semis sont un fiasco..

.

Tomates, poivrons, aubergines, piments doux.  La terre met longtemps à absorber l’arrosage.

.

Quelques tomates vertes pour le moment, ce n’est pas brillant…

.

Mo  va  tous les jours  biner et arroser  autour des pieds  de tomates.  Quand je pense qu’on a fait venir du sud ouest.. des pieds de tomates  originaux…

d’Espelette des pieds de piments..  de Petaouchnoke des pieds de poivrons.. etc, etc..

Eh oui en plein confinement on a engraissé les colis Simon..

Bien sûr, il y a des choses plus dures, bien plus graves dans la vie..

mais depuis 40 ans que nous sommes là,  qu’on s’échine à vouloir un potager digne de ce nom..  

Oui, c’est quand même une déception, on y croyait ce coup  ci.. enfer et damnation.. Bah.. on verra l’an prochain..

En attendant.. avant d’aller quérir le miraculeux  mélange à 496 euros HT… On bine aux pieds des plants.. parait qu’un binage vaut deux arrosages..

Tiens ca me fait penser à cette chanson que mon père  ..

« Bavasaka ma sarpata a parda.. malamache malamache..

Buvusuku mu surputu u purdu mu lu muche… »

Terre végétale.. terre maraichère.. pfuuuuu

   

Nos achats de fleurs et de graines pour 2020   97 comments

.

Séduits par des catalogues de pépiniéristes, peut-être même pas trop « photoshopés »?

nous avons fait des achats.

.

Honneur aux fleurs, rien de vraiment original, plutôt des valeurs sures:

.

.

Des envies de bulbes à cultiver en pot:

bégonia « Anglélique » pour sa couleur rose à mi-ombre, bégonia « Gold balcony » au soleil,

bégonia « Illumination » en plein soleil, Glaïeuls d’Abyssinie pour la fin d’été,

...

fuchsia nain « Lady Thumb » à cultiver en bac, fuchsia Riccartonii qu’on peut cultiver en pleine terre,

rosier « Madame A. Meilland », rudbeckia « Goldsturm » pour le talus en fin d’été.

.

Ce bambou est original en revanche : il a des cannes rouges,

il répond au nom de « Fargesia indian wonder »

.

Ce n’est pas le tout d’admirer des fleurs, il faut aussi se nourrir.

Nous avons donc complété les graines qui nous restaient de l’an dernier avec :

.

.

haricot nain « Suprémo » (s’ils le disent…), betterave « Bull’s blood » (Olé…),

carotte  « Subito » (pas presto?), Carotte  « Texto » (ça c’est envoyé…),

.

.

laitue « Cud Voorburgu » (du Nord? jamais essayée encore), mâche Amely (j’espère mieux réussir que les autres années),

laitue pommée « Milan » (je connais), navet « Purple crown » (c’est royal),

..

Et quelques radis pour finir :  radis « Leradical », radis « Gloriette ».

.

Résolument optimistes, nous espérons avoir, en saison, d’aussi jolies images dans notre jardin

que sur ces rutilants catalogues qui nous ont fourni les photos de cet article.

.

Ces fleurs de ville qui poussent entre bitume et base des murs…   63 comments

.

Quand on pense au mal qu’on a

à faire pousser certaines fleurs dans les jardins

et aux échecs qu’on a parfois

malgré tous les petits soins qu’on leur prodigue.

.

1campanules-des-murailles

.

Peut-être faudrait-il bétonner son jardin

pour y voir apparaitre des campanules des murailles

que rien ne rebute pas même la varappe.

.

2fleurs-des-murs1

.

Les giroflées viendraient aussi spontanément sans qu’on se fatigue

ainsi que les oxalis et autres…

.

3fleurs-des-murs2

.

Les soucis seraient aussi accommodants?

(quand je pense que j’en rate les semis dans du terreau…).

Mais la présence des valérianes ici n’a rien de surprenant ,

elles sont réputées se contenter de trois grains de poussière.

.

4fleurs-ville1

.

Sans être aussi ascètes, les céanothes, cistes,

escholtzias ne souffrent pas de la sècheresse.

.

5fleurs-ville2

.

Les phlomis aussi sont robustes.

Sur beaucoup de ronds-points et placettes je voyais de gros arbustes prostrés à fleurs bleues

que je prenais de loin pour des céanothes.

Mais de près j’ai vu que c’était du romarin tapissant.

Si je pouvais prélever des boutures discrètement…

.

6pompe2

.

Par contre, ces humbles rôturières s’imposent

chez nous aussi bien qu’ici.

en tout cas, elles ne manquent pas d’eau…

.

Achat de graines de fleurs et légumes en février   65 comments

.

En attendant le printemps…

.

1begonias1

.

des bégonias pour la mi-ombre,

.

2fleurs1

.

De l’alysse pour un tapis blanc,  la balsamine (cousine de l’impatiens) pour la mi-ombre,

les capucines en plein soleil, les cléomes aussi (si ces capricieuses veulent bien lever…)

.

3fleurs2

.

Les cosmos en plein soleil,

la giroflée quarantaine pour la fin de l’été, le gypsophile pour accompagner les autres fleurs,

.

4fleurs3

.

le lin rouge est annuel, les pavots d’orient sont vivaces en principe

ces pois de senteur sont annuels, la dernière fleur est une amarante pourpre dont j’ai récupéré les graines.

Il me reste également des graines récupérées de rudbeckias, de monnaie du pape, d’oeillets d’Inde et de genêts.

.

5legumes1

.

J’ai aussi acheté des graines de légumes

dont 2 variétés d’épinards  qui se cultivent à des époques différentes.

.

6legumes2

.

La tétragone a un goût plus fin que les épinards

mais il faut de la patience pour récolter des petites feuilles…

.

Il me restait encore d’autres graines de l’an dernier (navets Boule d’or, betteraves, chicorées…).

.

Où vais-je semer tout ça? Je verrai bien…

Je ne suis pas forcée de tout mettre cette année.

.

Il y a beaucoup d’impulsion dans mes achats de graines de fleurs

pour tout avouer…

.

.

Plantation d’un palmier dans un massif sur sable et galets   56 comments

.

C’était pour remplacer le prunier

mort qui a été coupé.

.

1plantation-palmier-0

.

Cela ne fait pas le même usage, certes,

mais le massif manquait de hauteur après la disparition du prunier

et le palmier fait 1,50m en tous sens.

.

2plantation-palmier-1

.

Nous avons creusé (surtout Marc) un trou de 1,20m de diamètre.

Mais en profondeur, impossible avec une bêche de descendre à plus de 60cm.

Le sol se prenait de plus en plus pour du béton.

.

3plantation-palmier-2

.

Il faut dire aussi que les racines du prunier abondaient.

.

Il n’y a que dans les films policiers

qu’on voit des truands faire creuser en pleine nature

une profonde fosse parfaitement parallélépipédique

par leur future victime,

et cela avec une simple pelle au lieu d’une bêche,

et même parfois en pleine forêt

(le sol y est meuble et sans racines sans doute?).

.

Je me souviens d’avoir vu ce genre de creusement géométriquement impeccable

dans « Sierra torride », ce qui ne rajeunit personne.

Le sol désertique, desséché, parsemé de cailloux ne semblait pas  constituer un obstacle.

En plus,  ils  faisaient un joli tas de terre bien propre à côté de la fosse


.

4plantation-palmier-3

.


(pas comme nous).

.

5plantation-palmier-4

.

Cette digression avait pour but d’expliquer

que nous n’avons pu rivaliser avec ces cantonniers aussi émérites qu’improvisés

(il doit y avoir un truc).

.

Au fait, la souche rouge-orangé à côté du trou

est ce qui reste du prunier.

.

6plantation-palmier-5

.

J’ai profité de ce remue-ménage

pour réaménager les plantes vivaces trop dispersées,

ainsi que les graminées trop serrées

et revoir la disposition des gros galets.

.

7plantation-palmier-6

.

Le palmier a été installé par les deux employés de la jardinerie qui l’ont livré.

Je ne sais pas si nous serions arrivés tous les deux à séparer la motte du pot,

tout cela avoisinait bien son quintal et  il y avait une astuce pour faire levier.

(nous avons conservé le pot comme grosse poubelle à déchets verts).

.

8plantation-palmier-9

.

Le massif vu de l’étage.

.

Le nouveau palmier à gauche tient compagnie à l’ancien à droite.

.

L’espèce de fantôme dans les galets

est un phormium protégé par un voile d’hivernage.

.

Publié 15 décembre 2011 par Leodamgan dans Semis et plantations ornementaux

Tag(s) associé(s) : ,

%d blogueurs aiment cette page :