Archives de la catégorie ‘Multiplication : bouturage, marcottage, division

Division des dahlias   15 comments

.
La division des dahlias
 .
 n’est pas beaucoup de travail,
.
 
 
Je n’ai que 6 variétés,
à savoir:
Bishop of Llandaff,
dahlia blanc,
dahlia « fluo »,
dahlia « le croco » (peut-être…),
Dahlia « Marylin »,
Dahlia rouge.
.
 
 
.
Les dahlias sont mis en végétation dans la serre depuis 3 semaines,
dans du terreau légèrement humide.
 .
En regardant la photo,
 je me souviens que j’ai reçu récemment  une 7ème variété
(blanc et pourpre, paraît-il),
cadeau du pépiniériste, en bas à gauche.
 .
Je verrai bien ce que cela donnera.
 .
 
.
La division des dahlias
consiste à fragmenter les gros tubercules comme celui-ci
de manière à conserver un bourgeon au moins
par fragment obtenu.
 .
Je le fais quand les pousses se développent.
Cela permet de bien voir ce que l’on fait,
mais ces jeunes pousses sont très fragiles,
il faut procéder avec précaution.
 .
.
Pour ce dahlia
« Bishop of Llandaff »
ça s’est bien passé : pas de dégâts.
J’ai pu diviser le gros tubercule en 5 parties
qui seront plantées séparément.
 .
J’ai traité le reste de la même manière.
 .
J’attendrai qu’il fasse plus chaud pour les mettre en pleine terre
 .
et j’attendrai aussi que mes tulipes oranges défleurissent
 .
 
.
 car ces dahlias là
vont prendre leur place.
 .
Ce sont vraiment mes  préférés.
.

.

Boutures d’ananas   21 comments

 .
Nous avons craqué pour ces ananas

.

.
de l’île Maurice.
 .
Ils sont nettement plus petits que ceux qu’on achète d’habitude
(à peine 500g chacun, plumet compris),
.
et plus chers aussi
(7 euros les deux).
 .
Mais il faut reconnaître qu’ils étaient très bons, doux et sucrés.
 .
Il m’a repris la fantaisie de faire des boutures d’ananas.
La dernière fois que j’avais essayé c’était à l’époque
où nous vivions encore en appartement.
 .
Je crois que cela avait marché.
.
.
Donc, j’ai coupé le plumet avec un peu du haut du fruit,
creusé au maximum la pulpe pour éviter le pourrissement,
enlevé les feuilles basses du plumet,
et laissé sécher 24H.
 .
Remarque : le plumet ne doit pas être abîmé si on veut le bouturer.
 .
 
.
 Ensuite j’ai planté les plumets dans un mélange fortement sableux
et arrosé copieusement.
.
 
.
 Enfin, je l’ai rentré à la maison,
enveloppé d’un sac plastique.
On est censé attendre un mois que les racines se forment.
 .
Au début, je l’avais mis un peu près du radiateur, sans doute,
car les feuilles du bas
ont commencé à sécher.
Je l’ai donc changé de place.
.
Je ne rêve pas et n’imagine pas une minute
obtenir une plante donnant des fruits.
.
Je serai déjà bien contente d’obtenir
des plantes décoratives.
.
Je crois qu’on s’est laissés emporter
par des souvenirs de vacances.
 .

Publié 5 décembre 2009 par Leodamgan dans Multiplication : bouturage, marcottage, division

Tag(s) associé(s) :

Boutures en août   20 comments

.
Les boutures semi-herbacées

se font en août/septembre.

.
La chaleur de fond suffisante débute autour de 18 à 20°.  
.
C’EST LE MOMENT DE BOUTURER:
  .
 .
 
 
 
 
 
 
 
.
divers  pélargoniums,
.

 


    
                euryops,                                            lavatère vivace,

.

 
     
santoline,                                                                romarin,
 .
 
    
lavande,                                                                       sauge pourpre,
 .
   
hélichrysum,                                                     convolvulus cneorum,
 .
 
  
bruyère,                                                                       absinthe,

.

MATERIEL A PREPARER
.
 

  • des pots et jardinières, bien sûr. Il est, de beaucoup, préférable d’utiliser des récipients en terre cuite à du plastique
  • un sécateur (plus greffoir éventuellement : attention, pointe dangereuse car très affutée…)
  • un cutter,
  • du plastique transparent: des housses  de protection de vêtements qui reviennent du nettoyage (pour de grandes jardinières), ou des sacs plastiques transparents (pour les pots plus petits),
  • des cloches transparentes ou des mini-serres, lorsqu’on en a,
  • une petite pelle,
  • des petits tuteurs ou bambous ou même des baguettes à brochettes… Entre 30 et 50 cm de long,
  • de l’eau,
  • de la poudre d’hormones d’enracinement, 
  • et des étiquettes!

 

.

 
MELANGES TERREUX ET DRAINAGE
 .
Il existe des mélanges tout prêts dans le commerce
qui sont prévus pour la majorité des cas,
mais pour des plantes ayant des besoins particuliers
(bruyère, par exemple, demandant un substrat acide),
la réussite du bouturage dépend beaucoup de
l’adéquation du mélange terreux aux plantes bouturées. .
Il est donc bon d’avoir une réserve
de différents ingrédients pour les préparer:

.

 

  • terre de jardin (dite « terre franche » contenant de l’humus et un peu d’argile ). Ne vous inquiétez pas à ce sujet, il n’y en a pas deux pareilles, mais l’important est qu’elle soit plus compacte que du terreau du commerce  et ni trop acide ni trop calcaire,
  • terreau,
  • terre « de bruyère »,
  • tourbe blonde et tourbe brune,
  • sable,
  • éventuellement de la vermiculite si un mélange très léger est nécessaire,
  • des billes d’argile ou du gravier pour drainer le fond des récipients.

 .

En ce qui me concerne, j’ai utilisé un mélange à parts égales
de terre de jardin, de sable et de terreau pour agrumes

(ce dernier est assez fibreux et corrige le caractère collant de la terre de mon jardin). 
Pour le drainage, j’ai utilisé des gravillons qui ne manquent pas chez moi.
.

 

 

 

 

 PREPARATION DES POTS
 
 .
.
Une astuce efficace pour de nombreuses plantes à bouturer
utilise 2 pots imbriqués, dite astuce
« du double pot »:
.
dans un pot, on met des gravillons pour le drainage, un peu de mélange terreux,
.
on place un 2ème pot plus petit à l’intérieur
et on comble l’intervalle entre les deux pots avec du mélange terreux.

..

Les boutures sont donc bien en contact avec la terre cuite des bords des pots
(ce qui favorise l’émission des racines).

.

 

  
PREPARATION DES BOUTURES
.
 
 .

..

  • Prélever des tiges saines non ramifiées
  • Recouper avec un cutter juste au-dessous d’un noeud (la base d’une une feuille) pour garder des tiges de 10 cm en ne laissant que les 2 feuilles supérieures, sans fleurs. Si les feuilles sont grandes, en éliminer une partie.
  • sur des espèces à tiges courtes comme la bruyère, on peut arracher la pousse-bouture choisie de la branche qui la porte en enlevant un petit morceau de celle-ci (bouture à talon).
.
MISE EN POT  

 

.
 Je plonge la base des boutures dans de l’hormone d’enracinement,
 .
.
Ensuite, je garnis les doubles pots sur le pourtour seulement.
.
Je fais un trou avec une baguette avant  d’y plonger la bouture.
Les boutures sont assez espacées pour que les feuilles ne se touchent pas.
 .
En soulevant un peu le pot du milieu,
par la suite,
on pourra vérifier facilement l’avancement du racinement et l’humidité du terreau.
 .
 
 
COUVERTURE ET MISE A L’OMBRE DES BOUTURES
 
 .
Mes boutures en 2009.
J’ai planté 4 baguettes dans chaque pot
pour soutenir un sac plastique transparent
 qui permettra d’obtenir l’hygrométrie nécessaire
à la réussite du bouturage
 et j’ai rangé le tout au pied de la cabane jardin,
côté nord, toujours à l’ombre, donc.
.
 
SURVEILLANCE DES BOUTURES
 .
  • Il faut veiller à ce que la terre ne se dessèche pas, en arrosant avec parcimonie à l’intérieur du petit pot,
  • mais aérer de temps en temps afin d’éviter une forte condensation sous le plastique, la pourriture est l’ennemi n° 1 des boutures,
  • Il faut jeter les boutures qui sèchent ou ramollissent,
  • Il faut éliminer toutes les fleurs qui pourraient se former, ça fatigue la plante qui est censée faire uniquement des racines pour l’instant.
 .
Et on attend un bon mois, avec espoir
pour enlever le plastique
.
Ces pots passent l’hiver en serre chez moi.
La transplantation  des boutures en pots individuels se fera en mars ou avril.
.

Publié 17 août 2009 par Leodamgan dans Multiplication : bouturage, marcottage, division

Tag(s) associé(s) : ,

Diviser les iris   17 comments

 .
qui règnent sur le jardin.
 .
.
C’est intéressant en mai,
 .
.
mais beaucoup moins le reste de l’année.
Surtout quand ils se développent anarchiquement.
.
Après l’opération, nous avons :
 ..
Diviser les iris
.
A gauche, le feuillage coupé à jeter,
au centre, les vieux rhizomes à jeter aussi
et à droite, les plants, bien raccourcis du feuillage et des rhizomes,
que j’ai repiqués
 .
.
au même endroit pour commencer
 .
 
.
 et ailleurs aussi
parce qu’il m’en restait
(évidemment).
.
 
.
J’avais des iris aussi ailleurs :
beaucoup d’iris avec un peu d’anémones du Japon au début,
 .
et maintenant, c’est le contraire.
.
.
J’ai sauvé de l’extinction totale
les iris survivants
en les repiquant dans une petite rocaille,
 .
 
 .
les anémones du Japon
ayant manifestement gagné la bataille.

.

Publié 27 juillet 2009 par Leodamgan dans Multiplication : bouturage, marcottage, division

Tag(s) associé(s) : , ,

Les giroflées font de belles broderies,   10 comments

.
mais seulement deux ans après le semis,
parfois.
.
.
C’est en juillet 2007 que j’en avais semé,
.
.
et en octobre 2007 que j’en avais repiqué un peu partout,
.
.
mais je n’ai vu guère de fleurs
au printemps 2008.
.
c’est seulement maintenant
que je les vois épanouies
aussi bien le long des allées
.
.
que dans la rocaille.
.
.
C’est curieux,
.
.
on dirait
.
.
qu’il n’y en a pas deux
.
.
pareilles.
.
.
Mais comme leur durée de vie est courte,
paraît-il,
.
.
j’ai grand-crainte de ne plus les voir l’an prochain.
.
J’ai intérêt à faire du semis en juillet cette année
pour en avoir au moins dans deux ans.

.

Division du thym en fleur   11 comments

.
C’est quand le thym est en fleur
que son bouturage est inratable, paraît-il.
.
C’est ce que j’ai lu dans un magazine de jardinage
qui décrivait une méthode de bouturage  du thym.
.
J’ai essayé cette méthode aujourd’hui pour la première fois.
Je vous donnerai donc plus tard mon avis là-dessus.
.
J’ai une bordure de thym qui devient irrégulière
et un peu âgée pour tout dire.
.
Thym à diviser
.
La méthode consiste à déterrer un pied de thym,
.
Eclats de touffe de thym
.
puis à arracher,
 je dis bien arracher (c’est important),
et non pas tailler proprement avec un outil bien affûté,
des branchettes jusqu’à diviser complètement la touffe.
.
Thym repiqué
.
On plante profondément ensuite les éclats
en laissant juste dépasser le haut des tiges.
On termine en arrosant copieusement, bien sûr.
.
Cette technique vous fait hésiter?
Il y a une autre façon de faire :
.
déplanter un pied de thym et le replanter beaucoup plus profondément
de façon à ce que seules les extrémités des tiges sortent de terre.
En automne, des racines ont dû se former le long des tiges.
On déterre le pied et on tronçonne toutes ces tiges racinées
pour les planter aussitôt à 20 cm de distance.
.
Thym
.
Si vous essayez celle-là, dites-moi…
.

Taille et bouturage des cassissiers et groseillers   5 comments

 .
Il y a des travaux qui se complètent bien parfois,
comme ici.
 .
C’est l’époque de tailler les  cassissiers et groseilliers
et aussi l’époque de les bouturer.
Pourquoi ne pas faire les deux en même temps?
 .
      Groseilliers
.
Les groseilliers doivent être éclaircis
.,
 
Cassissiers
.
et les cassissiers aussi.
.
Pour les groseilliers, il faut veiller à bien aérer le coeur de l’arbuste,
on dit qu’un papillon doit pouvoir le traverser sans se froisser les ailes.
.
 
Boutures cassis et groseilles
.
j’utilise une partie du bois coupé pour en faire des boutures.
Je les enfonce simplement dans de la terre
(mais du sable pourrait convenir aussi)
au pied d’un mur orienté au nord.
J’arrose bien ensuite pour tasser la terre autour des tiges.
 .
Boutures cassissiers racinées
.
Celles qui feront des feuilles seront mises en pleine terre en automne
quand elles seront bien racinées.
.
 
 
Groseilles-Cassis
.
Le cassis de cet été..
et les groseilles


.
Boutures Cassissiers et groseillers2008
.
(si tant est qu’on arrive à les distinguer
dans tout ce fouillis…).
 .
%d blogueurs aiment cette page :