Archives de la catégorie ‘Etel

Balade en bord de mer   79 comments

.

Nous avons abandonné notre petit chemin des douaniers..

.

.

Quand le temps est très beau.. et que le vent cesse de montrer sa force.. nous allons  marcher sur la longue plage de Kerhillio..

C’est une longue plage..  au départ d’Erdeven ..  et qui  mène très loin jusqu’au fort de Penthièvre..

.

.

A marée basse.. on profite d’une large  bande de sable..  peuplée hors saison de promeneurs, de  ramasseurs de coquillages.. et des richesses que la mer, dans sa  grande bonté, laisse sur l’estran .. coquilles.. bois flotté..  et  souvent..  hélas.. morceaux de filets.. de bouées .. casiers..

.

.

Elle est en principe interdite aux chiens.. mais ces pauvres animaux ne sachant pas lire..

Il est vrai que la majorité est amicale..  les rencontres  inquiétantes sont assez rares..

.

Asperges de Rommel à Erdeven (photo web)

Quand  le coefficient de marée est important, on y voit encore émerger les défenses que Rommel avait fait ériger.. 

Rommel et son goût pour les Asparagacées.. il aimait les asperges.. non,  je ne dirais rien sur les turions que l’on trouve par centaines..

Parfois cette plage est fermée.. un  agent en quad fait des allers et retours pour en chasser les éventuels promeneurs..

.

Rafales en exercice à Lann Bihoué (photo web).

Ces jours là.. la plage est pour l’aéronavale.. les Rafales font leurs exercices de tirs Air/Sol

C’est la noria, le bruit des réacteurs ..et la rafale ra ta  tac tac tac t tac..

Je retrouve ma jeunesse à Solenzara.. les séances de tirs.. les Mirages.. l’odeur du Kérosène..

Pourquoi ai-je toujours aimé cette odeur..  quand je travaillais à  Roissy.. mon bureau donnait sur le tarmac.. Le bruit.. l’odeur..

Oui, j’ai bien conscience d’être  un peu particulier sur le sujet.. mais c’est une ambiance qui me plait..

Pourtant  je l’ai déjà dit..   pour mon premier avion à réaction  au dessus  de la maison, je m’étais réfugié sous la table de la cuisine..

.

.

En dehors de ces jours « sans » cette plage est admirable.. les couleurs.. les reflets.. le vent.. la dune.. Les « richesses » laissées par le jusant…

A n’importe quelle saison  elle sait se montrer..  même l’hiver  quand le vent souffle.. que les joues picotent un peu..

Cette leçon d’ éternité…laisser son empreinte sur le sable encore humide..en sachant que la nature effacera  notre passage.. quelle humilité…

Cette plage est   belle… puisse-t-elle le rester…

.

Un cadeau de la mer aux terriens…

.

Marc

Publié 17 octobre 2021 par Leodamgan dans Bretagne, Etel, Non classé, Plage, Prose à Marc, Voyages

Tag(s) associé(s) : , ,

En partant à Auray…   104 comments

.

Depuis Etel

Pour aller à Auray..   il y a une petite route.. Elle démarre de Belz  pour arriver au lieu dit  Toul-Garros..
Toul veut dire Trou en  breton.. et Toul-Garros rappellerait  le trou causé par l’aviateur Garros qui s’était écrasé là avec son appareil..
Cette petite route passe entre champs et bois..  avec  parfois une petite zone industrielle..

.

Bordée  par endroits de murets où arbres et pierres sont entrelacés à jamais.. on  pourrait y voir arriver des chouans..
Moi je n’aime pas cette route..  on y croise  des camions qui ne respectent guère la vitesse autorisée..

.

Et  de surcroit, le matin l’hiver, on a le soleil levant dans les yeux.. souvent sous le pare-soleil..
Moi cette route me fait peur car j’ai la crainte d’y voir surgir du gibier..
On en aperçoit souvent dans les champs sur le côté.. quand l’aube naissante y étale son tulle de brume

.

J’ai toujours une appréhension à y circuler le matin tôt…..
J’étais  en train de faire part de mes inquiétudes à Mo.. et avait réduit ma vitesse entre 60 et 70 au grand dam du pressé derrière moi..

.

Un peu avant Ker Pont.. à la hauteur de Lann Rohan.. deux cervidés traversent dans le soleil levant..  j’ai freiné.. le premier a fait un grand bond en avant.. le second a fait demi-tour..

il y a parfois des coïncidences étranges.. les psychiatres disent qu’il n’y a pas de coïncidences.. 

Mon esprit serait-il en communion avec celui des animaux du Mané  er Houet..

.

Serais-je devenu druide.. sans le  savoir..

Aurais-je moi-même, par la force de la pensée, mis en œuvre cette conjonction..

.

Dois-je faire un pèlerinage sur la tombe de Merlin..

.

dans la forêt de Brocéliande ..

.

Aller chercher la force ancestrale du radon granitique dans des menhirs de Kerzerho…

il est donc vrai que cette terre est mystérieuse..

les korrigans..

le bugul-noz…

.

.

Est-ce l’esprit du roi Marc’h  et ses oreilles de cheval.. Marc.. Marc’h

.

Je vais vérifier mes oreilles tous les matins.. on ne sait jamais

Marc

Publié 10 octobre 2021 par Leodamgan dans Bretagne, Etel, Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , ,

Notre sentier breton   91 comments

.

 Il est  un temps où l’on doit payer..

.

payer à notre corps les excès que nous lui avons fait subir..  Doucement mais surement il se venge… avec son allié l’âge il triomphe… il exulte..

.

.

Nous avons enfin retrouvé notre sentier côtier, abandonné depuis  au moins deux ans…  Marc a retrouve des genoux neufs en titane.. et moi le dos m’a accordé une permission.. Certes nous avons repris doucement, mais ce fut comme des retrouvailles.. les  pierres.. les arbustes  penchés.. les rochers…  tous nous ont dit bonjour…

Ce chemin côtier depuis la barre d’Etel, serpente, chemine et guide le promeneur jusqu’à la grande plage de Plouharnel.. L’idée serait un jour de  pouvoir aller de Gavres à Quiberon… C’est un chemin qui longe la côte, juste derrière l’ultime dune.. abrité  du vent et écrasé de soleil en été…  

.

.

ravagé par la mer l’hiver quand elle se déchaine et passe par-dessus ce  fragile rempart…. déversant des tonnes d’eau et de sable …

Seuls piétons et bicyclettes y  sont autorisés, parfois nous croisons des militaires..  barda sur le dos.. le chef devant.. avec juste sa boussole et sa petite carte..  et eux..  en groupe.. au pas de course.. suants.. soufflants..  mais en groupe.. unis..

.

.

La  zone dunaire  est protégée, la faune et la flore y sont admirables.. uniques.. on y observe nombre d’oiseaux, mammifères..  fleurs..  

.

.

une quantité importante de lapins.. source de repas plus copieux pour les plus grands oiseaux de proie.. 

.

.

le petit émouchet se contentant de prises plus modestes..

Combien de temps cette zone dunaire résistera-t-elle à la cupidité « promoteuresque… »..

.

.

A l’instar des lapins qui creusent leurs terriers…

.

.

Il s’y trouve également des vestiges d’une période plus sombre..  casemates, bunker.. vestiges qui montrent que le béton reste, hélas, un élément pérenne  contre les éléments naturels.. Il faut reconnaitre que, sur cette côte, ils ont fait  fort nos  maçons d’outre Rhin … peut-être qu’exiger un loyer pour ces constructions sauvages.. qui, certes aujourd’hui, assurent d’autres fonctionnalités que celles pour lesquelles elles furent  édifiées… ne serait pas usurpé.

Il n’en demeure pas moins vrai qu’aujourd’hui encore.. il arrive des accidents avec certaines trouvailles….

La nature fait son œuvre.. petit à petit..  grains après grains.. rouille après rouille.. elle   mettra du temps .. mais le temps viendra.

.

.

 Nous avons repris nos marches.. moi devant et Marc derrière..  il  me sert d’abri à cyclistes.. certains se considérant sur une piste de vitesse.. ils passent en nous frôlant..   nous arrivant dessus comme  un  kamikaze .. Le moindre écart est synonyme d’accident grave.. Il y a bien une épithète pour les  qualifier.. mais  oserai-je ..  en trois lettres..  avec un  « o »..

Il y a deux catégories de gens sur ce sentier.. et en fonction de la saison, la différence est remarquable..  quand le temps est au gris.. au vent.. au froid..  les  gens  se croisent et se saluent.. On arrive à revoir les mêmes visages.. les mêmes  couples..

Quand arrive l’été..   le ton change.. rares sont les bonjours… visages sont fermés.. vélos neufs..  tenues directement sorties du magasin.. c’est le temps où le sentier ne nous appartient plus..  il est en libre service.. papiers.. mouchoirs.. clefs de voiture…

.

.

J’avais éprouvé ce sentiment de complicité quand nous faisons nos randonnées dans le Queyras.. souvent en croisant d’autres sacs  à dos..  ils  nous est arrivé de nous arrêter.. échanger.. et même boire un coup.. et puis repartir.. comme si la montagne.. la marche.. le chemin..  redonnaient aux gens  le sens profond qui sans aucun doute est au fond de chacun de nous..  la fraternité..

L’âge nous a fait quitter la montagne.. reste ce sentier.. ai-je tort d’y croire encore à ce sentiment.. en tout cas..  la belle saison n’est pas si belle que ça.. Il est beau ce sentier.. ses  genêts..   depuis combien de temps existe-t-il..

.

.

peut-être mettons nous nos pas dans ceux de Cadoudal..  et même de ceux qui ont aligné leur présence.. que ce soit à Kerzerho  ou à Carnac…   s’il pouvait nous raconter..

Il faut être humble sur ce sentier..  savoir imaginer.. retrouver… profiter de ce don de la nature

Et  si  chacun devait y passer pour simplement.. plus tard..  garder cet usage…en se croisant, dire simplement :

.

« Bonjour ».

Marc

.

Publié 5 septembre 2021 par Leodamgan dans Bretagne, dunes, Etel, Non classé, vacances

Tag(s) associé(s) : , ,

Les rats du ciel   98 comments

Les rats du ciel…..

.

.

C’est parfois leur surnom,  chicaneurs, brailleurs,   voleurs.. ils sont prêts à tout ingurgiter.. à se battre. à voler le gâteau ou la tartine de pain entre les mains d’un enfant.. peur de rien..  intelligents.. observateurs..

Beaucoup  veulent les associer à la mouette.. dès que l’on voit un oiseau en bord de mer.. ahhh une mouette..

Aussi  faux qu’appeler pingouin un manchot.. Ce sont les goélands argentés..  œil vif.. bec jaune avec une tache rouge.

Tous les gens de ma génération se souviennent du film…

.

.

Comment traiter de rats du ciel.. un oiseau au vol si pur.. si maitrisé.. quand la mer se gonfle.. devient  agressive en lames énormes.. vertes dans le soleil , qui viennent  se fracasser sur les rochers  dans une gerbe effrayante de puissance..

.

.

L’oiseau a disparu .. la vague l’a happé..

.

.

Mais non.. il est là.. il s’est cabré .. tiré sur le manche comme un pilote de Spitfire..

Il est au dessus.. jouant du vent … son allié.. qu’il domine.. sans un battement d’aile il remonte.. vire à droite.. reprend son axe..

Traiter ces oiseaux de rats des mers..

C’est vrai.. les décharges à ciel ouvert..  geste d’amour de l’homme pour la nature les a transformés en opportunistes..

 C’est  plus facile d’aller gratter  dans ces immondices..

.

.

que  chercher l’étoile de  mer..   ou aller attaquer un autre oiseau..

.

.

Il est  si beau en vol..   immobile face au vent..  ajustant sa stabilité en  poussant   quelques  rémiges..  il tourne.. monte..

On voit sa tête qui bouge à droite.. à gauche.. cherchant.. guettant..

Le rêve de  l’homme.. voler.. Pilate de Rosier.. Clément Ader..

.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est airbus.jpg

.

Aujourd’hui nous en sommes au biomimétisme.. l’aile de mouette  a  inspiré les planeurs..  l’aile de mouette inversée des  avions tristement célèbres.. les Stukas..

Nous en sommes encore loin de l’aile de l’oiseau.. chef d’œuvre de technologie ou chaque plume a une fonction..

Les rémiges nous ont donné les winglets.. pour diminuer la trainée et économiser le carburant.. 

.

.

Airbus nous promet un futur avion avec des plumes…

.

Je n’aime  décidément pas trop  le surnom  « rats du ciel ».

.

.

De ma fenêtre ici.. je les vois se battre pour un réverbère.. toujours le même.. il y en a beaucoup sur la rue, mais c’est celui là..  chacun veut s’y poser.. jusqu’au moment  où arrive celui qui se l’est attribué..  ça s’envole en rouspétant.. et IL se pose.. s’ébroue.. range ses plumes..  regarde à droite.. à gauche.. imbu de  sa hiérarchie..

 « mon fief »,   doit-il se dire… comme Jonathan  disait « mon ciel ».

Ayant affirmé sa suprématie.. vite lassé.. il se déploie.. et s’envole..  passe au ras du mur pour aller se poser sur le toit..

Rats du ciel.. misère.. le rat se cache le jour.. sort la nuit..  

L’oiseau lui , nous offre sa beauté..   son vol..   son habileté à se jouer   de la vague ..

.

.

Ce petit souffle quand il passe  à quelques mètres au dessus  de nos têtes..

.

.

Que  serait notre monde sans les oiseaux..

Que sera notre monde..

Publié 20 juin 2021 par Leodamgan dans Bretagne, Etel, Faune sauvage, mer, Non classé, Oiqeaux

Tag(s) associé(s) : , ,

Que le temps me dure….   109 comments

.

de retrouver mon petit Liré Breton..

.

.

De humer l’air frais et parfumé du matin..

.

.

Entendre le vacarme criailleur des  goélands qui se chipotent les centimètres sur le port.

.

.

Voir les petits soleils levants frileux sur la ria..

.

.

Que le temps me dure de retrouver le port..  les  viviers du Pradic  près de l’ancienne glacière..

.

.

Que le temps me dure de retrouver le gout des huitres, des langoustines..

Oui que le temps me dure..

.

.

Que j’aime ce pays.. quand le  vent fait siffler les fils et gronder la barre ..

.

.

Je l’aime quand le soleil se couche en flamboyance. .  à rendre jaloux les rougeoiements des  mers du sud.

.

.

Je l’aime quand il pleut, que le vent nous lance ses gouttes salées ..

Gast .. !!  je  l’aime ce pays..  et il me manque.

 

Le texte est de Marc

Publié 10 mai 2020 par Leodamgan dans Bretagne, Etel, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :