Archives de la catégorie ‘dunes

Notre sentier breton   91 comments

.

 Il est  un temps où l’on doit payer..

.

payer à notre corps les excès que nous lui avons fait subir..  Doucement mais surement il se venge… avec son allié l’âge il triomphe… il exulte..

.

.

Nous avons enfin retrouvé notre sentier côtier, abandonné depuis  au moins deux ans…  Marc a retrouve des genoux neufs en titane.. et moi le dos m’a accordé une permission.. Certes nous avons repris doucement, mais ce fut comme des retrouvailles.. les  pierres.. les arbustes  penchés.. les rochers…  tous nous ont dit bonjour…

Ce chemin côtier depuis la barre d’Etel, serpente, chemine et guide le promeneur jusqu’à la grande plage de Plouharnel.. L’idée serait un jour de  pouvoir aller de Gavres à Quiberon… C’est un chemin qui longe la côte, juste derrière l’ultime dune.. abrité  du vent et écrasé de soleil en été…  

.

.

ravagé par la mer l’hiver quand elle se déchaine et passe par-dessus ce  fragile rempart…. déversant des tonnes d’eau et de sable …

Seuls piétons et bicyclettes y  sont autorisés, parfois nous croisons des militaires..  barda sur le dos.. le chef devant.. avec juste sa boussole et sa petite carte..  et eux..  en groupe.. au pas de course.. suants.. soufflants..  mais en groupe.. unis..

.

.

La  zone dunaire  est protégée, la faune et la flore y sont admirables.. uniques.. on y observe nombre d’oiseaux, mammifères..  fleurs..  

.

.

une quantité importante de lapins.. source de repas plus copieux pour les plus grands oiseaux de proie.. 

.

.

le petit émouchet se contentant de prises plus modestes..

Combien de temps cette zone dunaire résistera-t-elle à la cupidité « promoteuresque… »..

.

.

A l’instar des lapins qui creusent leurs terriers…

.

.

Il s’y trouve également des vestiges d’une période plus sombre..  casemates, bunker.. vestiges qui montrent que le béton reste, hélas, un élément pérenne  contre les éléments naturels.. Il faut reconnaitre que, sur cette côte, ils ont fait  fort nos  maçons d’outre Rhin … peut-être qu’exiger un loyer pour ces constructions sauvages.. qui, certes aujourd’hui, assurent d’autres fonctionnalités que celles pour lesquelles elles furent  édifiées… ne serait pas usurpé.

Il n’en demeure pas moins vrai qu’aujourd’hui encore.. il arrive des accidents avec certaines trouvailles….

La nature fait son œuvre.. petit à petit..  grains après grains.. rouille après rouille.. elle   mettra du temps .. mais le temps viendra.

.

.

 Nous avons repris nos marches.. moi devant et Marc derrière..  il  me sert d’abri à cyclistes.. certains se considérant sur une piste de vitesse.. ils passent en nous frôlant..   nous arrivant dessus comme  un  kamikaze .. Le moindre écart est synonyme d’accident grave.. Il y a bien une épithète pour les  qualifier.. mais  oserai-je ..  en trois lettres..  avec un  « o »..

Il y a deux catégories de gens sur ce sentier.. et en fonction de la saison, la différence est remarquable..  quand le temps est au gris.. au vent.. au froid..  les  gens  se croisent et se saluent.. On arrive à revoir les mêmes visages.. les mêmes  couples..

Quand arrive l’été..   le ton change.. rares sont les bonjours… visages sont fermés.. vélos neufs..  tenues directement sorties du magasin.. c’est le temps où le sentier ne nous appartient plus..  il est en libre service.. papiers.. mouchoirs.. clefs de voiture…

.

.

J’avais éprouvé ce sentiment de complicité quand nous faisons nos randonnées dans le Queyras.. souvent en croisant d’autres sacs  à dos..  ils  nous est arrivé de nous arrêter.. échanger.. et même boire un coup.. et puis repartir.. comme si la montagne.. la marche.. le chemin..  redonnaient aux gens  le sens profond qui sans aucun doute est au fond de chacun de nous..  la fraternité..

L’âge nous a fait quitter la montagne.. reste ce sentier.. ai-je tort d’y croire encore à ce sentiment.. en tout cas..  la belle saison n’est pas si belle que ça.. Il est beau ce sentier.. ses  genêts..   depuis combien de temps existe-t-il..

.

.

peut-être mettons nous nos pas dans ceux de Cadoudal..  et même de ceux qui ont aligné leur présence.. que ce soit à Kerzerho  ou à Carnac…   s’il pouvait nous raconter..

Il faut être humble sur ce sentier..  savoir imaginer.. retrouver… profiter de ce don de la nature

Et  si  chacun devait y passer pour simplement.. plus tard..  garder cet usage…en se croisant, dire simplement :

.

« Bonjour ».

Marc

.

Publié 5 septembre 2021 par Leodamgan dans Bretagne, dunes, Etel, Non classé, vacances

Tag(s) associé(s) : , ,

Plantes de dunes   78 comments

.

J’avais déjà publié un tel article il y a quelques années

mais depuis j’ai trouvé des plantes supplémentaires, alors je rafraichis.

Ce sont des plantes de terrain plutôt (ou franchement) sablonneux  en bord de mer

en Bretagne, en Vendée ou en Charente maritime.

.

.

Ajonc, Alysson calicinal,

armeria maritina, arum tacheté,

..

avoine, baccharis,

bourrache, bugrane épineuse,

..

bugrane jaune, bugrane très grêle,

camomille, caquillier maritime,

..

chardon, chaton de saule,

coquelicot, crépis sancta,

..

Anacamptis morio (ou Orchis bouffon), le même en blanc,

Anacamptis morio rose, daphné gnidium,

..

diplotaxis fausse roquette jaune, églantine,

ficaire, fumeterre,

..

gaillet des sables, genêt,

geranium, geranium (minuscule mais je pense que c’est un géranium…).

..

giroflée des dunes, hélichrysum,

iris de Kempfer (il y a des étangs parfois dans les dunes), lagure ovale,

..

lavatère, liseron,

lotier, marguerite,

..

mauve, mousse,

moutarde, œillet,

..

œnothère, Epipactis palustris (ou Epipactis des marais),

Anacamptis pyramidalis (ou Orchis pyramidal), orobanche (plante parasite),

..

oxalis, panicaut des dunes,

pâquerette, pavot jaune,

..

pervenche, pois de senteur vivace,

potentille arbustive, potentille rampante,

..

prunelier, renoncule,

ronce, rose pimprenelle,

..

sauge, scabieuse,

sedum âcre, sedum blanc,

..

senecio greyi, silène maritime,

autre silène, trèfle blanc,

..

trèfle rouge, valériane,

véronique (la « mauvaise herbe »), vipérine.

.

Certaines plantes sont sans doute des cultivées évadées comme la pervenche, le pois de senteur…

Mais comme elles se sont acclimatées, je les ai prises tout de même.

.

Et maintenant : les plantes que je n’ai pas réussi à identifier :

..

Epipactis palustris, inconnue,

inconnue, inconnue

. .

Si vous arrivez à identifier certaines de ces plantes inconnues de moi

ou si certaines sont mal nommées, n’hésitez pas à me le faire savoir

et pour cela, merci beaucoup!

.

Merci à Francis qui m’a fait corriger certains noms de plantes et identifié Epipactis palustris  parmi les « inconnues »

5ème planche : ce ne sont pas des Dactylorhiza mais des Anacamptis morio ou Orchis bouffon, le premier avec sa couleur violette habituelle, les deux autres blanc et rose sont de la même espèce mais hypochrome.

11ème planche :
en haut à droite Epipactis palustris ou Epipactis des marais,
en bas à gauche Anacamptis pyramidalis ou Orchis pyramidal.

Publié 16 juin 2019 par Leodamgan dans dunes, Flore sauvage, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

On ne dit rien…   68 comments

 

 

.

.

…on regarde!

.

 

 

Publié 22 avril 2018 par Leodamgan dans dunes, Etel, Flore sauvage, Non classé, Plage

Tag(s) associé(s) : , ,

Y a d’ l’ajonc   45 comments

.

.

 Y a d’ l’ajonc
Bonjour bonjour les hirondelles

.

.

Y a d’ l’ajonc
Dans le ciel par dessus le toit

.

.
Y a d’ l’ajonc
Et du soleil dans les ruelles

.


.

Y a d’ l’ajonc
Partout y a d’ l’ajonc

.

.

Tout le jour, mon cœur bat, chavire et chancelle
C’est l’amour qui vient avec je ne sais quoi
C’est l’amour bonjour, bonjour les demoiselles

.

.

Y a d l’ajonc

Partout y a d’ l’ajonc

.

Publié 11 mars 2017 par Leodamgan dans Bretagne, dunes, Etel, Flore sauvage, Non classé, Paysages

Tag(s) associé(s) : , , , ,

Un oued breton   37 comments

.

« Oued : cours d’eau le plus souvent intermittent des régions sèches,où l’alimentation s’effectue presque uniquement par ruissellement, et s’achevant généralement dans une dépression fermée ou disparaissant par épuisement. »

.

Oued..  ça me faisait rêver étant gosse..  je m’imaginais parcourant le désert à dos de dromadaire..

le survolant comme ces héros de l’aéropostale..  la nuit étoilée..  échappant aux rezzous..

quelle découverte.. le Quadalquivir.. n’est que la transformation de Oued el kebir…

la grande rivière..

.

kerhillio (2).

La plage de Kerhillio s’étend d’ Erdeven jusqu’au début de l’isthme de Quiberon sur environ cinq ou six kilomètres.. une plage immense.. un estran riche en découvertes..  je ne parle pas des asperges de Rommel ou des obus que les marées de  115 s’amusent à rappeler qu’à une époque.. la construction d’ entrepreneurs d’outre-Rhin a été florissante..

une plage où l’on peut marcher.. marcher.. le nez au vent dans un sens.. et bien sûr.. dans l’autre sens.. un parcours idéal pour des seniors.. qui aiment le plat.. le moelleux du sable humide.. qui aspirent  à pratiquer les  soixante minutes de marche quotidienne.. indispensables à une santé de fer.. selon les Diafoirus  d’aujourd’hui..

.

Oued1.

le hic ?.. c’est qu’au bout de  vingt minutes de marche.. arrêt.. coincés comme des  »Long horn »  face au Rio Grande..

.

Oued4.

la plage est barrée par un  torrent d’eau et de gravillons venu de la dune.. de l’eau douce.. (on a goûté..)  l’hiver  la zone dunaire absorbe comme une éponge.. les rares pluies Bretonnes gonflent le sol.. l’imprègnent..le gorgent … mais  généreusement cette zone restitue à l’océan.. via ces  déversoirs..

.

Oued5.

il y a pas mal de petits étangs dans ces dunes.. étang de keravéon.. étang de Poulbe.. étangs  qui vivent l’hiver et au printemps et qui survivent l’été..

.

Oued6.

Ce rio de la plage de Kerhillio est sans doute le déversoir de l’étang de Loperhet.. situé plus à l’intérieur près du dolmen de Tennad er Menguen (traducteurs Bretons.. à vous.. menguen.. facile..)

.

 

Oued6a.

Nous on préfère laisser libre cours à l’imagination.. l’oued El Mo.. c’est pas beau ça…

.

 

Oued7.

en fermant un peu les yeux.. quand le soleil tape.. on entendrait presque blatérer..

.

Oued9.

actuellement notre marche s’arrête là..

.

Oued10

.

bien sûr.. on pourrait traverser  en se déchaussant… ou en prenant un bain de  pieds…

ou en passant sur ce petit pont…

mais bon.. on attendra l’été..

.

Publié 17 avril 2016 par Leodamgan dans Bretagne, dunes, Etel, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :