Archives de la catégorie ‘Concentré de culture jardinière

Mortelle floraison…   104 comments

.

de notre havardiana.

.

Il  était venu de Bretagne.. en camion.. avec son compagnon de route.. le yucca rostrata.

Terminée, la pépinière de l’ouest, sa douceur aux embruns salés… sa quiétude des petits matins.

Bonjour la région parisienne, la pollution, le  bruit des réacteurs les avions qui se posent à Orly..

Ils étaient venus.. tout petits dans un énorme camion.. si gros qu’il n’a pu tourner dans notre rue..

et que le vociférant chauffeur a été les livrer chez un ami breton qui habite à  peu de distance, où j’ai été les chercher avec ma petite Twingo..

.

Plantation à l’arrivée

Leur emplacement ayant été depuis longtemps prévu,  je n’ai eu qu’à les  y déposer..

Bien sûr, cet havardiana s’est défendu comme un beau diable.. pensant sa dernière heure arrivée en quittant son pot déjà trop petit pour lui..

Et il m’a piqué, griffé, lacéré..  mais nous  l’avons mis en place..

Robuste de nature et  peu sensible au froid,

Il a quand même eu droit chaque hiver à son abri que nous construisons Mo et moi  pour l’autre gros agave.

Les étés.. les hivers ont passé.. sécheresse.. froid..  Le temps a filé.. comme pour nous.

.

1er mai

Et voilà qu’en ce mois de  mai de confinement, mois où les saints de glace ont mis la chemise hawaïenne et le short à fleurs..

Voilà qu’un matin, j’ai vu qu’en une nuit..  qu’une pointe étrange s’était formée en son centre..

J’ai su tout de suite.. par ma jeunesse toulonnaise .. cet agave faisait SA fleur..  son bouquet final..

Je ne pensais pas que ça viendrait si vite.. une grosse  douzaine d’années.. quinze peut être..

La nature est rude.. violente..

.

8 mai, 15 mai, 20 mai, 30 mai

Cet agave va  fleurir.. cette hampe florale va l’épuiser.. à un point tel que la plante va mourir..

Il va offrir les fleurs à la pollinisation.. les graines tomberont et ses descendants perpétueront la variété..

Mais  hélas.. quel bourdon aux cuisses velues viendra comme la cigogne lui apporter le pollen  ..

Je pense qu’il est le seul havardiana en fleurs dans le coin.. à des kilomètres à la ronde..

Un bourdon Antonov..  façon CCCP?..  mais non

.

Les fleurs

L’histoire pourrait s’arrêter là..

Mais quand  je l’ai sorti de son pot.. dans l’étouffement de ses racines  il y avait de petites pousses que j’ai récupérées ..

.

Rejetons

Aujourd’hui en pot elles constituent la renaissance.. la descendance..

Quand viendra le temps.. sans doute à la fin de  l’été..

Nous enlèverons cette plante et nous planterons un de ses fils

comme nous avons fait l’an passé pour son voisin le gros agave americana..

.

Et   on repartira  pour  10 ans..   lui.. et nous.. (Mais ça..).

.

Publié 14 juin 2020 par Leodamgan dans Concentré de culture jardinière, Non classé

Tag(s) associé(s) : , , ,

Parfums d’Euskadi   101 comments

.

Agur

Bien sûr..  pauvre  Parisien  que je suis  je  n’ai pas la prétention de rivaliser… mais il ne m’est pas interdit d’essayer de retrouver les odeurs de mon enfance..

Quand Mémé L… faisait  rissoler  ses piments dans la grande cheminée.. noircie par les  années.. et quand  elle y ajoutait le jambon.. en tranches épaisses ..   le bruit.. l’odeur .. le gras qui devient translucide..

Que ne donnerais-je pour  m’y retrouver..

..

Alors  Mo a cultivé aubergines, courgettes, piments des landes.. poivrons.. tomates..

C’est la première fois qu’on a eu des légumes comme ceux-là…

J’ai  tenté le poulet basquaise… sans l’irrintzina.. les  maisons d’Haïnoa, ou celles d’Espelette  chargées de piments..

Les noms qui chantent..  Saint-Jean Pied de Port.. Saint Pee sur Nivelle.. Irouleguy..

Et l’Adour avec sa barre.. comme ici à Etel..   petit, je m’imaginais  une barrière en travers de la rivière…

.

.

Il faut  commencer par faire rissoler, jambon de Bayonne, chorizo, poivrons.. et réserver le mélange.

.

.

Puis..  faire rissoler les cuisses de poulet dans la poêle…

J’ai mis un peu de graisse de canard..  « hé té Hilh de pute! »  comme disait mon cher Papu  avec son accent  roulant.. ça ne peut pas faire de mal…

.

.

Ensuite on  remet le mélange  de poivrons..  puis les tomates..  on couvre et on laisse mijoter le temps qu’il faut..

Bien sur il y a du piment d’Espelette.. Sel poivre.. (pas trop).

.

Là on peut boire un coup d’Irouleguy.. ou de Madiran (le vin préféré du bon roi Henry).. Voilà..

.

Et comme on dit .. adishatz..

.

Marc

.

 

Protéger les grappes de raisin .   82 comments

.

A fin août, nos vignes:

 

muscat de Hambourg non encore coloré,

.

.

chasselas doré,

.

.

 et Ampelia Perdin

semblent bien sans défense.

Les guêpes, frelons et oiseaux doivent déjà saliver…

.

.

Donc, à fin septembre, une seule solution : l’ensachage.

Il faut une certaine patience, j’ai acheté 100 sacs et il en aurait fallu plus.

Ce sont des sacs en organza réutilisables avec un cordonnet coulissant bien pratique.

Évidemment, ils sont plus chers que les sacs en papier que je rachetais tous les ans .

Je verrai si ces nouveaux sacs sont plus efficaces.

.

Publié 6 septembre 2018 par Leodamgan dans Concentré de culture jardinière, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

Les semis spontanés   47 comments

.

Qu’il est doux de ne rien faire

quand tout pousse autour de vous.

.

J’ai pensé à certaines plantes

pour des gens qui, débutant un jardin,

se trouvent avec une grande surface à planter,

mais peu de plantes.

.

En attendant de voir pousser ses plantes nouvellement acquises

(généralement petites et peu nombreuses),

on peut meubler à bon compte et sans trop se fatiguer.

.

1amarantes-pourpres

.

Un paquet de graines de ces amarantes pourpres constitue un achat à vie.

.

Elles sont annuelles et sont jolies de juin à novembre.

On les arrache à la  première gelée.

.

Celles qui se ressèment d’elles-mêmes en automne  sont plus grandes et plus robustes

que celles que je sème au printemps après avoir récupéré les graines en automne.

Alors, pourquoi se fatiguer?

Evidemment, on a la surprise de l’endroit qu’elles vont choisir pour germer.

Mais  si vous êtes déterministes et tenez à composer votre décor selon un plan bien précis,

vous pouvez récupérer les graines en automne, les semer en terrine au printemps

puis les mettre en place en mai/juin.

.

2violettes-cornues2b

.

Les violettes cornues ont des opinions bien arrêtées sur ce qui leur convient :

le gravier des allées, de préférence.

Elles s’y sèment abondamment.

Elles ne dédaignent cependant pas la bonne terre de potager.

.

Elles fleurissent au printemps et en début d’été.

En période de canicule, leur feuillage se desséchant, on peut les arracher.

De nouvelles plantes germent et  redémarrent dès l’automne jusqu’aux gelées.

.

On peut en acheter en plants ou en graines.

.

3giroflees3b

.

Les giroflées ravenelles les plus communes se ressèment d’elles mêmes

si on évite d’ôter les fleurs fânées, bien sûr

(ce qui est valable pour toutes les plantes que je cite ici),

mais j’avoue que ces giroflées aux teintes variées

ont été semées par mes soins, puis repiquées, puis mises en place.

Elles sont donc probablement hors-sujet dans cet article,

mais je les aime tant

que j’en fais tous les ans.

.

On peut acheter ou récupérer les graines.

.

4coquelourdes

.

Les coquelourdes, elles, sont de belles envahisseuses très spontanées,

aussi bien pour la variété blanche que rose.

.

Elles vivent plusieurs années tout en se semant d’elles mêmes.

.

Elles affectionnent les sols sableux et le soleil, parait-il,

mais je les vois fleurir aussi à mi-ombre et en sol argileux.

Elles fleurissent de mai à août.

.

Leur entretien consiste à couper les tiges fanées en fin d’été.

Il reste une rosette de feuilles basses qui passe l’hiver sans problème.

.

5myosotis

.

Les myosotis sont d’autres envahisseurs sympathiques.

A partir du paquet de graines initial, on obtient un champ!

.

Ils fleurissent en avril/mai

.

Je les arrache après la floraison.

Ils se sont déjà ressemés suffisamment de toute façon.

En février ou mars, s’il ne gèle pas, je regroupe parfois des plants

de façon à obtenir un tapis plus homogène.

.

Ils mettent bien en valeur les tulipes

et sont capables de fleurir dans des conditions ingrates

comme dans le sol sec devant la cabane de jardin orientée au nord.

.

6impatiens-balfouri

.

Les impatiens Balfouri sont des annuelles dont les fleurs ne sont pas spectaculaires

mais qui sont capables de fleurir en sol sec à l’ombre du pied d’une haie.

Elles n’apprécient pas le soleil, en fait.

.

Elles fleurissent de juin à août.

.

Je ne m’en occupe que pour leur faire des barrières de tuteurage en bambous,

ceci afin qu’elles ne se couchent pas dans l’allée.

Je ne les arrache même plus après la première gelée,

elles se dessèchent si vite…

.

Je ne sais pas où on peut s’en procurer.

Elles sont apparues spontanément chez moi

depuis le jardin d’un voisin sans doute.

Si vous en voyez chez quelqu’un, essayez de récupérer les graines…

.

7valeriane

.

Les valérianes, elles sont amoureuses du soleil

et se sèment en sol sec dans trois grains de poussière.

.

Elles fleurissent de mai à septembre.

.

Il suffit d’en acheter un ou deux plants

pour que l’espèce se propage durablement chez soi.

.

8fenouil-bronze

.

Le fenouil bronze est décoratif par son feuillage.

.

Il est trop envahissant pour être placé au potager,

mieux vaut le réserver en décoration de massif

où il est concurrencé par les autres plantes.

.

9bleuets

.

Ces centaurées vivaces sont dans mon jardin depuis toujours.

Je ne sais pas d’où elles viennent.

Je sais qu’on peut en acheter des graines.

.

Elles fleurissent au printemps et en été.

.

Elles se propagent sans être trop envahissantes.

.

10echinpos-ritro-blue

.

Si on aime les plantes d’aspect sauvage,

on peut adopter l’échinops ‘Ritro blue’

qui s’empressera de se propager dans le jardin

(j’avais acheté un seul plant).

.

Il fleurit de juin à août.

On peut en faire de jolis bouquets secs.

.

En fin de floraison, ils commencent à sécher.

A ce moment, je coupe toute la plante à ras de terre,

feuillage compris.

Cela ne les empêche nullement de resurgir vigoureusement l’année suivante.

.

11molene1

.

Dans le genre plus sauvage encore, il y a la molène (ou « bouillon blanc »).

On en voit sur les talus au bord des routes en saison de juin à août.

Je ne sais pas d’où viennent les miennes exactement

mais je les garde.

.

On peut en acheter des variétés beaucoup plus jolies

mais qui ne se reproduisent guère.

Donc, si vous voyez de ces plantes en train de faire des graines,

servez-vous et lancez les à la volée dans un coin du jardin!

.

12nigelles-de-damas

.

Les nigelles de Damas font aussi partie de ces plantes annuelles éternellement présentes au jardin.

.

Elles fleurissent en mai/juin et accompagnent les autres plantes de leur silhouette légère.

.

Le seul entretien est l’arrachage de la plante séchée en automne ou en fin d’été..

Si on veut davantage de plantes l’an prochain,

on écrase les capsules de fruits secs pour éparpiller tout de suite les graines sur le sol.

Inutile de récupérer les graines pour les semer au printemps.

.

13pieds-dalouette

.

Les pieds d’alouette se traitent comme les nigelles.

.

Il fleurissent de juin à août.

.

14stipas1

.

Les stipas tenuifolias sont des graminées vivaces au feuillage très léger

et toujours agité par le vent.

Ils mettent en valeur les fleurs et restent jolis en hiver.

.

Ils se propagent spontanément dans un sol un peu sablonneux.

.

Il n’y a pas d’entretien à proprement parler.

On ne coupe pas le feuillage sec en hiver

mais on le « peigne » en tirant un peu dessus.

le feuillage resté vert résiste à cette traction.

.

On peut déménager sans difficulté des plantes issues de semis

qu’on trouve mal placées.

.

15cotoneaster-salicifolia

.

Il y a des arbustes aussi qui se sèment tout seuls,

les cotoneasters, par exemple.

.

évidemment, il faut patienter pour avoir des sujets bien développés…

Sur la photo de droite prise en automne, le cotoneaster porte ses fruits rouges

à côté d’un berberis pourpre.

.

Rosier Rubra

.

On ne pense pas aux semis de rosiers

mais certains, comme ce rosier « Rubra » donnent naissance à des plantules,

d’autant plus que je laisse les fruits décoratifs sur l’arbuste.

J’ai récupéré une de ces plantules dans un pot pour qu’elle grandisse

en attendant la plantation en pleine terre.

.

La floraison de ce rosier est plutôt discrète

mais son feuillage pourpre, presque persistant,

constitue un bon fond de massif

pour les hortensias blancs.

.

asplenium1

.

Les fougères aussi peuvent se propager comme bon leur semble

tels ces aspleniums

qui privilégient les talus rocailleux côté ombre.

.

Et enfin,

mais je ne vous mets pas la photo,

car vous connaissez :

le laurier-sauce se sème  partout.

J’en trouve des plants dans tout le jardin,

et ils sont difficiles à arracher.

.

C’est un vrai fléau!

.

Article déjà publié en 2011 mais toujours d’actualité.

 

.

Si cela vous intéresse de faire se reproduire des fougères…   48 comments

.

… Je peux vous dire comment j’ai réussi

(tout à fait involontairement).

.

fougc3a8res0

.

Cela a commencé comme ça :

dans un espace réservé au gravier et aux galets,

j’ai vu apparaitre des plantes

alors que les cailloux reposaient sur un feutre spécial

justement destiné à empêcher les plantes de s’installer!

.

Qu’est-ce à dire?

.

fougc3a8res1

.

De près, on constate qu’il s’agit de fougères

de variété à larges feuilles et de variété à feuilles découpées.

Les galets ne semblent pas les déranger non plus que le feutre anti-plantes.

Elles semblent même apprécier.

.

Sont masochistes?

.

fougc3a8res2

 

.

Evidemment, il faut avoir dans les parages

des productrices de spores telles que celles-ci

.

 fougc3a8res3

.

ou celles-là.

.

Voilà, vous avez la recette!

.

%d blogueurs aiment cette page :