Archives de la catégorie ‘combattants

Quand nous avions essayé la reproduction des poissons combattants.   98 comments

.

C’était quand  nous créchions à Paname

.

.

Sans doute l’appel de  la nature, nous avions installé  3 grands aquariums dont un dit  « d’ensemble » avec  plein de poissons qui passaient leur temps à se mettre sur la tronche (les cichlidés étaient un peu teigneux après s’être reproduits)..

L’un des poissons, seul de son espèce dans cet aquarium (c’était préférable) était un Betta splendens rouge bordeaux dit : »combattant » , .

.

.

En fait, il ne combattait rien du tout faute de rival, indifférent aux autres espèces de poissons. On le représente toujours en photo les nageoires déployées en un voile somptueux mais ici, sans personne à impressionner, il trainait, misérablement les nageoires en berne, s’ennuyant comme un biffin un dimanche après midi dans une ville de garnison.

Emus , et soucieux de son équilibre, nous nous sommes mis en tête de lui trouver une compagne, histoire de lui redonner la forme et le moral..

Nous nous sommes lancés dans la documentation et après avoir lu la façon de procéder dans un livre sur les poissons d’aquarium, nous pensions être récompensés de nos efforts par une ribambelle de petits…

.

On est censé préparer un aquarium « nursery » pour servir de chambre nuptiale et recevoir les alevins. Cet aquarium est divisé en deux parties par une cloison de verre, son fond est recouvert de sable dans lequel sont enfoncées quelques plantes. Bien sûr, il y a un oxygénateur et un filtre. Tout le confort, en somme.

On doit transférer le mâle d’un côté et la femelle de l’autre côté de la séparation de verre.  Le mâle, excité, doit alors réaliser un radeau en bulles de salive dans lequel il déposera, un à un, les œufs que la femelle pondra. Pendant cette phase d’activité, il ne s’alimentera même pas. La femelle de son côté a le droit de manger copieusement.

Quand le radeau semble terminé, on enlève la séparation, les époux se rejoignent, il n’y a plus qu’à laisser faire la nature en restant discret..  pas question de jouer les mateurs…

.

.

On a suivi scrupuleusement la méthode, nous sommes allés lui chercher la femme de sa vie.. une chouquette mignonne petite femelle betta verte, une poissonne avec tout ce qu’il faut là où il faut.. et on a mis en place la nursery.

.

.

Au début tout marchait comme sur des roulettes : ils se sont examinés  à travers la cloison. Et Marcel  a déployé ses voiles en tournoyant sur lui-même, histoire de lui montrer une partie de ses talents..  Incarnation de la séduction. On ne l’avait jamais vu si beau, le Marcel.. une gravure de mode…

Chiquita avait eu le coup de foudre et avait succombé… elle semblait fascinée et cherchait le moyen de contourner la cloison afin de le rejoindre… eh oui..  pour elle c’était bon dès le premier soir.. notre agence matrimoniale était un succès.

Entre deux danses, le mâle s’est mis à buller comme un fou pour faire son radeau.. les bulles tenaient bien. Chiquita était dans tous ses états.. quant à Marcel..  l’avait manifestement pas envie de se la mettre sur l’oreille pensions nous.. .

.

.

Quand cela nous a paru bon, nous avons enlevé la séparation, ce que les poissons ont réalisé au bout de quelques secondes.

Et là… la bavure.. la boulette.. le drame…

.

.

Marcel a  foncé sur Chiquita qui a frénétiquement cherché à s’enfuir et il lui a flanqué une de ces raclées… le connard quoi.. le sale con qui bat sa femme..

On a récupéré vite fait la femelle mais elle est morte rapidement.  Les coups de tête dans la vessie natatoire, ça ne pardonne pas… la nursery était saccagée, les plantes déracinées, le radeau en bulles dispersé, du sable tourbillonnait…

Alors, on a relu le mode d’emploi. Il y était écrit que le coup de foudre n’était pas garanti. 

.

.

On s’est risqué à acheter une autre femelle, bleue.. on ne lui a pas donné de nom.. vu qu’on commençait à avoir des doutes sur le ciboulot du dit Marcel.. avait on récupéré un cinglé.. un maboule..

Hélas, le même navrant scénario s’est répété…

Faut  confesser qu’on a eu envie de balancer Marcel dans les goguenots,  histoire de lui apprendre les choses de la vie..

il est retourné dans  l’aquarium d’ensemble et s’est de nouveau trainé, ses voiles pendant lamentablement… 

.

Voilà donc comment le dieu des poissons a puni « Battling Marcel », le laissant sans descendance.

.

 

 

Publié 23 novembre 2019 par Leodamgan dans aquariums, combattants, Faune domestique, Non classé

%d blogueurs aiment cette page :