Archives de la catégorie ‘Bretagne

Que le temps me dure….   109 comments

.

de retrouver mon petit Liré Breton..

.

.

De humer l’air frais et parfumé du matin..

.

.

Entendre le vacarme criailleur des  goélands qui se chipotent les centimètres sur le port.

.

.

Voir les petits soleils levants frileux sur la ria..

.

.

Que le temps me dure de retrouver le port..  les  viviers du Pradic  près de l’ancienne glacière..

.

.

Que le temps me dure de retrouver le gout des huitres, des langoustines..

Oui que le temps me dure..

.

.

Que j’aime ce pays.. quand le  vent fait siffler les fils et gronder la barre ..

.

.

Je l’aime quand le soleil se couche en flamboyance. .  à rendre jaloux les rougeoiements des  mers du sud.

.

.

Je l’aime quand il pleut, que le vent nous lance ses gouttes salées ..

Gast .. !!  je  l’aime ce pays..  et il me manque.

 

Le texte est de Marc

Publié 10 mai 2020 par Leodamgan dans Bretagne, Etel, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

Le Loch Ness et Nessie à Etel…?   65 comments

.

En exclusivité pour nos lecteurs…

Par chance, notre reporter était là et,  surmontant son angoisse, il a réussi à obtenir quelques images d’une créature reptilienne qui a émergé quelques instants dans le port d’Etel, suscitant l’effroi des rares témoins..

Dotée de nombreux tentacules et d’étranges excroissances sur le dos, elle est apparue durant quelques instants que notre héros a pu filmer. Elle évoluait sans montrer de signes d’agressivité, ni même de crainte des spectateurs  pétrifies sur la jetée, puis a disparu en semblant se scinder en  éléments  indépendants.

.

D’autres personnes, témoins de la scène ont précisé :  « ça fait plus de 50 ans que je suis à Etel,  je n’ai jamais vu ça! ».

Un autre raconte :  « oui, dans ma famille on en parlait, mais de mémoire, personne ne l’avait jamais vu! ».

Le film a été envoyé pour enquête à l’Université Nautique de Gestion des Animaux Grotesques  (UNGAG).

Nous informerons bien entendu nos lecteurs des conclusions de l’UNGAG.

Publié 7 septembre 2019 par Leodamgan dans Bretagne, Divertissement, Etel, Non classé

Tag(s) associé(s) : , ,

Quelques fleurettes bretonnes…   83 comments

.

…vues en ce moment à Etel et Erdeven

.

.

Giroflées sur les plages, géraniums sauvages,

vipérines, lotier.

.

.

Talus sur la Ria d’Etel

.

Mais des fleurs, il y en bien davantage.

J’ai un stock de photos prises depuis des années (à classer).

Publié 8 juin 2019 par Leodamgan dans Bretagne, Etel, Flore sauvage, Non classé

Tag(s) associé(s) : , , ,

Bro gozh ma zadoù   59 comments

.

.

Que dire de la colline écrasée de soleil.. des pins qui se penchent vers la mer bleue.. immensément bleue…

Le chant des cigales… cette chaleur qui vous prend… la sieste sous les muriers platanes..

les fourmis qui courent  sur le fil de fer là.. au dessus de la tête tandis qu’une incoercible envie de dormir..

.

.

Que dire des petits matins dans la forêt des  landes.. en marchant entre les bruyères et les fougères.. cette odeur forte d’humidité.. le pas élastique sur le sol couvert d’aiguilles de pins.. l’odeur de la  résine qui suinte vers les petits pots d’argile..

On se dirige vers le  lac  qui fume..  saupoudré du jaune du pollen des pins.. le  martellement au loin du pic.. et un gros remous la bas  près des nénuphars..

.

.

Que dire  du ciel  étoilé..  du chant des grillons..

des insectes de la nuit quand la tiède brise de mer passe au dessus du maquis encore chaud de la  journée et vous porte cette odeur unique..

des  plantes du maquis.. bruyères.. arbousiers.. cistes.. myrtes..

Les marins grecs  qui la nommaient Callisté.. prétendaient qu’on sentait cette ile avant de la voir..

Oui.. tous ces  moments.. tous ces instants de ma jeunesse.. Le Pradet.. Ondres.. Solenzara..

.

.

Pourtant..  depuis 15 ans que nous sommes ici.. je n’ai pas de nostalgie…  Peut être parce que je suis sûr que je ne pourrais retrouver ces souvenirs..

.

.

mais aussi  parce que,  quand nous arrivons à Lann Bihoué,  que l’avion amorce son dernier virage sur le tarmac,

j’ai l’impression de revenir  d’un lieu d’où je ne suis jamais vraiment parti..

.

.

Pourquoi ici.. j’aime la pluie.. le vent.. le vrai.. comme le mistral.. celui qui fait chanter les fils..

gronder la barre au loin comme si un train sans fin déchirait  le souffle de la nuit..

Pourquoi je me sens si misérable face à ces tonnes d’eaux vertes et écumantes qui se fracassent sur la côte sauvage..

.

.

et qui peuvent en  quelques jours se retrouver si bleues.. si calmes..

Pourquoi j’aime ces arbustes qui poussent dans le  vent salé, l’ajonc qui nous offre son or presque toute l’année

Le cri des goélands piailleurs et bagarreurs qui se chipotent  pour une étoile de mer ou un morceau de papier..

.

.

Et les sentiers..  qui serpentent entres des murets moussus et couverts d’arbustes..

on s’attend à tout moment à entendre le cri de la chouette.. ou même de voir l’Ankou et sa carriole grinçante..

.

.

Les chemins dans la dune..  aux plantes si belles et parfois rares qui  résistent aux conditions les plus rudes.. vent.. sable..

.

.

Et parfois l’eau salée quand, dans un effort énorme, la terrible  alliance de la houle et du vent .. permet à la mer d’aller couvrir des endroits que d’ordinaire elle ne voit  que de loin, laissant à  son départ ses cadeaux d’estran.. algues.. goémon.. varech.. peu importe le nom.. morceaux de bois galets roulés et roulés encore..

Que dire  de toute cela… né à Paris depuis pas mal de générations.. serais-je en train de trahir mes ancêtres… Bro gozh ma zadoù..

C’est vrai que  je n’ose même plus  retourner à Paris tellement je souffre de voir ce qu’il est devenu..

Alors  ça doit être un réflexe de survie.. je me suis créé un nouveau pays.. ou un besoin de se raccrocher à la nature.. aux rochers immuables qui seront encore là bien après nous..   au menhirs qui  veillent sur  ce coin  comme des soldats pétrifiés..

Il y a dans cette terre sauvage accrochée sur son granit ..offerte aux terribles vents.. quelque  sort.. quelque charme.. qui  attrape l’âme aussi surement qu’un bagad peut, à sa guise, donner envie de danser.. ou de pleurer ..

 

 

Chaque pays a sa folie, la Bretagne les a toutes.

 (Jacques Cambry, fondateur de l’Académie celtique en 1805).

Marc

 

Publié 7 janvier 2019 par Leodamgan dans Bretagne, Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) :

Noël au balcon?   69 comments

.

C’était le 19 décembre..

.

Noël au balcon, Pâques aux tisons, nous dégoise* le vieil adage..

L’en a de bonnes le gonze*..   au balcon, tu parles Charles…

.

.

Mais quand dehors ça souffle à 50 nœuds avec le ciel qui presse ses nuages façon essorage de wassingue*..

Au balcon.. mes genoux oui..  ça caille trop des meules*.. même une grenouille ne s’y risquerait pas..

Et  quand je dis grenouille.. c’est histoire de respecter le  dicton et la chanson..

.

.

«  Il pleut il mouille c’est la fête à la grenouille »..

Parce que cette pauvre bête est en train de s’esbigner*..  eh oui..

C’est  drôle  ce qu’ils ont réussi à nous balancer en loucedé* les ricains..

je ne parle pas du  MacDo ou des ailes de poulets tartinées de croustille.. non.. sont plus marles*..

.

.

les doryphores.. le  feu bactérien.. le black bass…

les écrevisses de Louisiane… la grenouille taureau qui atteint le kilo..  la crépidule qui ruine nos coquilles St jacques..

tout ça.. c’est du pur jus Oncle Sam..

.

.

En tout cas.. même un crapaud buffle bien burné* se ferait balayer du  balcon.. avec le zef*  qui fait dehors…

.

.

Ça fait bling bling dans les haubans sur le port..

Ça chanstique* les barlus*..

Avec un temps pareil faut s’acagnarder au pieu*.. en attendant  que ça passe.. hiberner.. en boule…  tarin* dans le fion*  comme les clebs*..

Quand je pense qu’il y a  peu on renaudait parce que la clim’ était en rade..

Alors on a lutté avec les moyens du bord..

.

On a  sorti le ti punch..

.

et  avec Mo on a  guirlandé..

(rien à voir avec le verbe s’enguirlander)

 

On ne s’est pas mis la rate au court bouillon.. on  a sorti toute notre richesse..

et on a décoré comme on a pu..

Alors, joyeux Noël à tous!

Marc

Dégoiser : parler, jacter

Gonze : individu, mec, type, quidam

Wassingue : serpillière en langage de ch’nord

Meules : fesses, cul, dargif

S’esbigner : s’enfuir, disparaitre

En loucedé : sournoisement, en douce

Marle : malin

burné : courageux, couillu

Zef : vent (on appelle les gens de Brest « les ti zef »)

Chanstiquer: vaciller, faire chanceler

Barlus : bateaux

pieu : lit, plumard

Tarin : nez, pif

Fion : trou du cul

Clebs : chien, clébard

Se mettre la rate au court bouillon : s’inquiéter, mouronner…

Publié 23 décembre 2018 par Leodamgan dans Bretagne, Etel, Non classé

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :