Archives de juin 2021

Les rats du ciel   98 comments

Les rats du ciel…..

.

.

C’est parfois leur surnom,  chicaneurs, brailleurs,   voleurs.. ils sont prêts à tout ingurgiter.. à se battre. à voler le gâteau ou la tartine de pain entre les mains d’un enfant.. peur de rien..  intelligents.. observateurs..

Beaucoup  veulent les associer à la mouette.. dès que l’on voit un oiseau en bord de mer.. ahhh une mouette..

Aussi  faux qu’appeler pingouin un manchot.. Ce sont les goélands argentés..  œil vif.. bec jaune avec une tache rouge.

Tous les gens de ma génération se souviennent du film…

.

.

Comment traiter de rats du ciel.. un oiseau au vol si pur.. si maitrisé.. quand la mer se gonfle.. devient  agressive en lames énormes.. vertes dans le soleil , qui viennent  se fracasser sur les rochers  dans une gerbe effrayante de puissance..

.

.

L’oiseau a disparu .. la vague l’a happé..

.

.

Mais non.. il est là.. il s’est cabré .. tiré sur le manche comme un pilote de Spitfire..

Il est au dessus.. jouant du vent … son allié.. qu’il domine.. sans un battement d’aile il remonte.. vire à droite.. reprend son axe..

Traiter ces oiseaux de rats des mers..

C’est vrai.. les décharges à ciel ouvert..  geste d’amour de l’homme pour la nature les a transformés en opportunistes..

 C’est  plus facile d’aller gratter  dans ces immondices..

.

.

que  chercher l’étoile de  mer..   ou aller attaquer un autre oiseau..

.

.

Il est  si beau en vol..   immobile face au vent..  ajustant sa stabilité en  poussant   quelques  rémiges..  il tourne.. monte..

On voit sa tête qui bouge à droite.. à gauche.. cherchant.. guettant..

Le rêve de  l’homme.. voler.. Pilate de Rosier.. Clément Ader..

.

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est airbus.jpg

.

Aujourd’hui nous en sommes au biomimétisme.. l’aile de mouette  a  inspiré les planeurs..  l’aile de mouette inversée des  avions tristement célèbres.. les Stukas..

Nous en sommes encore loin de l’aile de l’oiseau.. chef d’œuvre de technologie ou chaque plume a une fonction..

Les rémiges nous ont donné les winglets.. pour diminuer la trainée et économiser le carburant.. 

.

.

Airbus nous promet un futur avion avec des plumes…

.

Je n’aime  décidément pas trop  le surnom  « rats du ciel ».

.

.

De ma fenêtre ici.. je les vois se battre pour un réverbère.. toujours le même.. il y en a beaucoup sur la rue, mais c’est celui là..  chacun veut s’y poser.. jusqu’au moment  où arrive celui qui se l’est attribué..  ça s’envole en rouspétant.. et IL se pose.. s’ébroue.. range ses plumes..  regarde à droite.. à gauche.. imbu de  sa hiérarchie..

 « mon fief »,   doit-il se dire… comme Jonathan  disait « mon ciel ».

Ayant affirmé sa suprématie.. vite lassé.. il se déploie.. et s’envole..  passe au ras du mur pour aller se poser sur le toit..

Rats du ciel.. misère.. le rat se cache le jour.. sort la nuit..  

L’oiseau lui , nous offre sa beauté..   son vol..   son habileté à se jouer   de la vague ..

.

.

Ce petit souffle quand il passe  à quelques mètres au dessus  de nos têtes..

.

.

Que  serait notre monde sans les oiseaux..

Que sera notre monde..

Publié 20 juin 2021 par Leodamgan dans Bretagne, Etel, Faune sauvage, mer, Non classé, Oiqeaux

Tag(s) associé(s) : , ,

La clope   80 comments

La cibiche .. même pas en rêve…  ben si…

.

Mon  père m’avait dit..  tu fumeras et tu boiras du vin à table quand tu seras plus grand que moi..

Audacieux le daron, car s’il était dans la moyenne de taille de l’époque quand il fut adulte.. la moyenne, c’est comme les primes d’assurance.. ou le prix du billet de loterie des gueules cassées, ça augmente..

Bilan, à 15 ou 16 ans.. je fus capable de lui dire.. je vois ton crane.. vu qu’en plus le cheveu l’avait délaissé..

Il ne fumait pas à l’époque, personne ne fumait dans la famille.. sauf l’oncle  donc les tics du visage et du bras ne donnaient pas envie de suivre son exemple… en fait le malheureux avait  attrapé ça gamin après un bombardement violent durant la guerre de  14.. et depuis, il avait d’incoercibles mouvements d’épaule et du bras..  bref..

Je me suis mis à fumer vers mes 17 ans.. en révisant le bac, je me  faisais tartir en essayant de me souvenir de la production de moutons de la Nouvelle Zélande ou de l’Australie et.. ayant lu  que la tabac  favorisait la mémoire.. bingo m’étais-je dit .. je vais pouvoir stocker toutes ces précieuses infos..

En fait j’ai rapidement abandonné.. misant sur les maths et la physique à gros coefficient pour obtenir le sésame..  et bien m’en fut.. j ’abandonnai donc ces éléments  importants mais hélas n’abandonnai point la clope…

J’investissais un paquet de gauloises de temps en temps .. **

Conscient des effets  délétères, je fis quelques tentatives pour un cigarillo de temps en temps.. ou même la pipe..  mais cela ne me convint pas..

Mes moyens de subsistance festive alloués par le soviet suprême étant minces, je ne pouvais  m’offrir la petite boite noire et blanche en métal des Benson’s and  Edges, comme un de mes camarades,  et la gauloise étant décidément assez mal hachée, incapable de me rouler du gris dans une feuille de Riz la Croix non gommé… même avec la machine en tôle et son petit rouleau  rose..

Je me tournais vers la Gitane..  et son paquet cartonné.. original.. bleu..  avec la  danseuse de   flamenco dans une évanescente fumerolle.  mon pote Polo..  dieu sait combien j’aimerai le retrouver.. lui, fumait des Gitanes filtres..

Le plaisir indicible le matin, avant d’arriver à l’école..  après s’être tapé train et métro, presque  01h30 de trajet .. Le plaisir disais-je, sur la plateforme du 74 (Hôtel de Ville- Hôpital Beaujon) de se griller une taf dans le petit matin froid  piquant.. avant de se pointer pour les  cours.. à peine le temps de saluer les  potes.. et direct..

démarrage pour trois heures de cours d’électronique ou  quatre heures de dessin industriel..

En  fait,  comme beaucoup, j’ai toujours associé la clope au plaisir..  

Quelques unes font plaisir, le reste n’est qu’habitude.. geste mécanique de la main.. incoercible comme pour le pauvre oncle Charles.

Un beau brochet dans le fond de la barque..  une tige de huit pour le plaisir..

Le café sur le zinc le matin.. une tige de huit dans le  brouhaha  poisseux de l’estanco.. avant d’aller au charbon.

Le reste du temps le geste mécanique.. l’addiction..  le cigare exige sa dose d’herbe à Nicot..

Un retour de réunion longue, chiante… on s’assoit dans son bureau..

un coup d’œil sur l’écran et la  main  gauche cherche le paquet de clopes et le Zippo..

Un embouteillage où on sèche dans la voiture.. sans que rien ne bouge..  idem..  le doigt

sur le poussoir à gauche.. la vitre descend et la main cherche la petite boite magique…

Je suis passé de la Gitane ..  aux Dunhill..   et j’ai terminé aux JPS.. les grandes.. la boite noire et or..

J’ai connu les « Troupes »..  la cartouche de clopes, les 18 balles de solde comme cabot et le carnet de timbres..

Bref en 40 ans  j’ai enrichi l’état.. et pas arrangé ma santé..

Bien sûr j’ai essayé d’arrêter.. 4 ans.. j’ai pris du poids.. j’ai repris pensant pouvoir me limiter..et perdre  le surplus.. en fait  j’ai tout gardé .. le surplus et les clopes..

En 1999,  on m’a trouvé un truc bizarre au palais..  qu’il a fallu m’enlever.. un gros trou..

Le chirurgien m’a dit :  « le boulet est passé près.. vous faites comme vous voulez… mais à votre place  j’arrêterais de  fumer ».

Mo  qui fumait bien plus que moi a alors arrêté.. pour me montrer qu’on pouvait le faire…. quelle preuve… petite Mo mais un cœur si grand !!!

J’ai continué encore un peu.. et puis j’ai arrêté…  ça fait donc plus de vingt ans…

Ce qui est remarquable et grave à la fois c’est qu’il m’arrive souvent dans mes rêves.. de fumer.. et là je culpabilise…  le plus souvent, ce n’est pas fumer, c’est m’apercevoir que je n’ai plus que deux ou trois cigarettes dans mon paquet.. et  que je dois en acheter.. que je vais être en manque et là j’achète des Gitanes..

Comment  une telle drogue peut elle s’imprimer à ce point au tréfonds de notre cerveau.. quelle victoire des lobbies du tabac.. de la chimie..

Est-ce comme une graine enfouie dans un sol glacé qui ne demande qu’un petit rayon de soleil ?

Ou faudra-t-il un gros réchauffement climatique énorme …  pour que l’envie  revienne ?

Si tant est qu’elle m’ait quitté…

Que conclure de tout ça.. mon ami Jacques.. fumeur.. décédé.. me  disait  toujours  « Ce qui est  bon est mauvais.. ce qui est mauvais est bon.. »..  sans doute..

Mais  un clope avec une bière bien fraiche..  un jour d’été , en fin de matinée.. à la terrasse du bistrot  à  côté de la Belle Jardinière.. en face du Pont Neuf..  juste laisser son esprit vagabonder en  savourant l’instant.. l’œil qui vaque sur les passants.. et les passantes..

Oui je sais.. je rêve.. y’a plus de Samaritaine… le magasin 2.. c’est cuit aussi.. si ça se trouve, le bistrot  n’existe plus…

Alors..  laisse béton, vieux.. tu nostalgises ta  jeunesse…

« Du  gris que l’on prend dans ses doigts et qu’on roule.. »

Une  chanson qu’aimait fredonner mon beau-père..   le Pas de Calais.. les maisons en briques.. alignées..  égalité..   fraternité aussi..  les encadrements bien rechampis en blanc..

Il fumait lui aussi.. mais lui, c’est l’amiante qui lui a envoyé la carriole grinçante de  l’Ankou….

Maladie professionnelle..  dur à faire admettre..  juste  avant la retraite.. l’a pas couté cher à la sécu…

.

« C’est  fort.. acre  comme du bois.. ça vous saoule.. »

.

Marc

.

Clope, cibiche, taf, tige : cigarette

daron : père

se faire tartir : s’ennuyer

aller au charbon : aller travailler

estanco : bistrot

.

** NDLR : cet article n’est pas une publicité pour le tabac, bien au contraire. Les images de gitanes ou gauloises font plutôt partie de l’histoire (on les trouve sur Wikipedia) , surtout à notre époque de paquets neutres. Nous avons arrêté de fumer tous les deux il y a vingt ans.

.

Publié 13 juin 2021 par Leodamgan dans Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : ,

%d blogueurs aiment cette page :