La Savoie   102 comments

.

J’ai été Savoyard..

.

.

eh oui..  gamin né à Paname, envoyé en altitude pour se refaire les bronchioles abimées par l’insalubrité du logement de la rue des Gravilliers….

.

Mionmaz                                                                                            Seyssel

.

Je me suis retrouvé dans un  petit bled.. lieu dit.. Mionnaz ..  du coté de Seyssel  avec mes parents .. nous avons dû y  passer plusieurs mois..

j’ai encore en tête les noms que j’entendais alors :  Seyssel, Rumilly, Gorges du Fier…

Ma mémoire est  défaillante mais des images me reviennent, notre bâtiment était plus en arrière de la route.. avec d’autres bâtisses,

le tout  formait presque une place  avec l’abreuvoir..

et dans un coin, un arbre qui m’est apparu immense et qui donnait des petits fruits noirs.. violet foncé.. qui tachaient sol, mains, vêtements..

mais avec un parfum..un parfum.. jamais  je n’ai  retrouvé cette odeur..  jamais.. que ne donnerais-je..

.

.

Un murier  noir avait dit mon père..

C’est vrai que  j’ai encore des souvenirs  olfactifs..  cet arbre et la pureté de l’air que nous respirions,

j’avais l’impression qu’il me gonflait la poitrine.. me donnant un sentiment d’invincibilité..

Je retrouve un peu cette sensation en Bretagne quand je sors le matin..  un air qui gonfle les poumons.. que l’on sent aller jusqu’au plus profond de soi..

Rien à voir avec ce que je ressens en banlieue quand j’ouvre les volets à la fraiche.. faut être franc.. ça daube.. pardon, c’est méphitique.

.

.

Toujours est-il que nous étions hébergés dans une grange aux murs couverts d’ampélopsis, refaite en appartement…

Il y avait du bois partout.. du sapin fraichement raboté qui embaumait..

Mais le soir, sortant de leurs abris, des araignées grandes comme des soucoupes…

Les  propriétaires vivaient à côté.. dans un  vieux chalet.. l’étable à côté de la cuisine..

.

.

L’ancien se baladait avec une corneille apprivoisée sur l’épaule.. qui, outre des coups de bec affectueux, 

lui lâchait de bien belles médailles sur sa veste en gros velours côtelé.

Passée la période d’acclimatation avec le fils du maréchal ferrant.. après les rituels « parisiens tête de chien » ou « parigot tête de veau »

auxquels je répondais par un  « savoyard tête de lard »..

.

.

nous devînmes bien potes passant des heures à jouer dans l’abreuvoir où, à l’aide de demis rondins accrochés par des clous cavaliers,

on  jouait aux navires, voiliers et autres aspects maritimes bien étrangers à ces montagnes .

Ou bien nous allions ravitailler les gens qui travaillaient aux champs.. mon interrogation la première fois où on m’a dit.. ramène moi une chopine..

.

.

Certes je souffrais le  martyre quand son père approchait le fer juste sorti de la fournaise du sabot du cheval..

la fumée.. l’ odeur de corne  brulée.. le cheval qui tressaillait à  peine de la  jambe..

et bientôt..  les clous.. à grands coups de marteau..  les pointes tordues ensuite sur le côté.

.

.

Les bœufs me faisaient plus peur..  d’abord c’étaient des bêtes à cornes..  avec leur voilette sur les yeux..

et puis on les engageait dans une sorte de cage en fer.. les fers étaient plus petits.. mais le rituel le même.

.

.

Souvent mon camarade et moi avions pour mission de garder les vaches et les chèvres. 

Il y avait une dizaine de vaches et peut être cinq ou six chèvres..

On ne pourrait soupçonner mais certaines de ces  bêtes se haïssaient

et je me revois tapant sur le dos d’une vache  qui essayait de coincer une chèvre entre elle et le talus..

.

.

Ce qui me fascinait c’était de voir les vaches lâcher leur bouse en marchant..

et là  je vais confesser quelque chose qui fait rire Mo  (qui m’a poussé à écrire cette confession)  mais que je n’ai avoué qu’à peu de personnes..

.

.

Un  beau jour avec mon  compagnon de bêtises.. nous avons décidé de tenter l’expérience  du siècle..  faire comme les vaches..

déféquer en marchant.. une expérience qui pouvait faire progresser  nos connaissances…

Nous avons donc enlevé culotte courte et slip.. et courbés vers l’avant.. côte à côte comme nous voyons les bœufs..

mais sans le petit filet sur la tête, faut pas exagérer..

Empreints d’une grande émotion devant une grandissime potentielle découverte..  

nous avons poussé notre expérience..  en  poussant sur  les intestins..!!

Rapidement..   il fallu se rendre à l’évidence..  c’était un fiasco.. une Bérézina.. la bombe  tombait sur les jambes..

et pas  ronde et fumante dans l’herbe.. Il fallait en convenir c’était loupé et dégoûtant..

.

.

Les  jambes maculées et la honte au front nous dûmes aller jusqu’à un coin d’où sourçait un petit ruisseau d’eau glacée..

au milieu des cailloux comme chante le barde.. coin nommé  « là bas d’sous » 

et qui nous était interdit car infesté de vipères.. honte.. crainte..  mais pas cul propre..

Nous avons été laver notre fondement dans cette eau glacée..  les chaussettes.. les sandales… etc

Assis dans l’herbe avec notre grosse tartine de pain épais savoureux recouvert de confiture de mures..  

notre quatre heures comme on disait,

ayant bu notre  honte..  nous avons signé un pacte d’omerta.. 

conclu que non, il n’y avait rien de commun entre les vaches et nous..

.

.

que nous ne pouvions nous libérer de la cahute aux araignées et au papier journal accroché sur le clou..

.

.

C’était il y a longtemps..  dans une prairie pentue de Haute  Savoie..

avec au loin la dent d’Oche (et pas d’Hoche  comme je le pensais) et le mont Blanc..

Plus tard quand  nous parcourions le Queyras le sac sur le dos..

je n’avais plus confiance dans les bêtes à cornes.. avec Mo on  faisait un crochet.. mais je n’ai pu m’empêcher d’y penser..

ben oui.. y’a pas d’arbres avec des feuilles..  pas de ruisseau avec des cailloux..

les mélèzes ou les pins cembro.. ça pique..  z’ont pas le choix les vaches…

C’est pour ça que le grand Manitou, dans sa grande sagesse, leur a donné cette possibilité.. caguer en marchant..

mais nous, nous étions condamnés.. non seulement à gagner le pain à la sueur de  notre front..

mais  à trouver un petit coin.. discret..  et à inventer l’imprimerie pour avoir du papier journal..

.

Ceci étant..  je n’ose  imaginer les rues des villes.. si d’aventure..

.

Marc

.

Publié 20 décembre 2020 par Leodamgan dans Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , , , ,

102 réponses à “La Savoie

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Bonsoir Marc et Mo… Gamin de Paname, aller tout là-haut un sacré programme… qui ne s’oublie pas au fil des années, vu les découvertes et autres « bêtises » de mômes… 😉 Et ce cabanon qui servait de « trône » sans chasse d’eau ni vrai PQ, comme on dit… à l’extérieur des habitats, j’ai connu… gamine ! Merci pour ce billet charmant tout de même, bises, jill

    J'aime

    • Bonsoir Jill,
      Ah tu as connu aussi les « commodités de la nature? 😉
      Moi aussi, en « ville » pourtant. Les toilettes étaient dans la cour et on ne s’éternisait pas par temps de gel… 😉
      Bonne soirée à toi et bises,
      Mo

      J'aime

  2. Souvenirs bucoliques et odorants !
    On se croirait chez nous dans les Chambaran, sauf la dent d’Oche. Les collines de Chambaran ne culmine qu’à environ 800 m.
    Sinon c’est tout pareil : les vaches, l’abreuvoir, la petite rivière, etc…
    Merci pour ce partage et passez de bonnes fêtes en restant prudents.
    Bises de loin. C&B

    J'aime

    • Bonsoir Christine,
      Je n’irais pas jusqu’à dire que tous les paysages montagneux se ressemblent mais tu as donc vu des points communs entre tes collines et celles qu’à vues Marc dans son enfance…
      Bonne soirée à vous deux et bises,
      Mo

      J'aime

  3. Ha je m’étais toujours demandé pourquoi on avait inventé l’imprimerie, je comprends maintenant! 😉
    Excellent récit qu’on lit en souriant de bout en bout, c’était un autre temps, un autre monde mais tu me fais penser au jeune Olivier de Robert Sabatier, le petit parigot à la campagne.

    J'aime

  4. formidable la façon dont tu racontes tes souvenirs, entre « le petit Nicolas » et « la gloire de mon père », (oui Alma, Sabatier aussi), enfin toutes ces belles plumes qui se souviennent avec sincérité de leur enfance…

    J'aime

  5. J’ai bien ri et je suis honorée d’avoir pu profiter de ce récit auquel manque les odeurs. J’avoue ne pas les regretter.
    De bien jolis souvenirs accompagnés de belles photos, merci et bon Noël.

    J'aime

    • Bonsoir Claudie,
      Oh, les odeurs à la campagne sont bien naturelles et il y en a de toutes sortes…
      Les photos sont toutes piquées sur Internet. Marc n’avait, bien sûr, pas fait de photos à l’époque… 😉
      Bonne soirée et bises,
      Mo

      J'aime

  6. Excellent ! Je ris ! 🙂
    Des souvenirs de têtards dans un abreuvoir à la campagne remontent !

    Oui, comme le dit Emma entre « le petit Nicolas » et « la gloire de mon père » ! Bravo pour le récit ! 🙂

    J'aime

  7. En même temps que je lisais ce récit d’enfant, je me rappelais certains évènements de ma propre enfance, pareils mais pas pareils. La mienne d’enfance était urbaine. C’était au temps béni où il n’y avait ni télé, ni portables, ni smartphone et où les enfants vivaient… Florentin

    J'aime

    • Bonsoir Florentin,
      la nostalgie du monde d’avant, c’est aussi la nostalgie de notre propre enfance.
      Peut-être les enfants actuels connaitront aussi ce sentiment plus tard car quel sera leur monde demain?
      Bises,
      Mo

      J'aime

  8. Quel talent de conteur! Bravo Marc !
    Bises à vous deux.

    J'aime

  9. salut les amis,
    c’est là qu’on mesure la différence entre parigots et autres frenchies de la province profonde ! Bonnes fêtes à vous et à la revoyure j’espère

    J'aime

  10. Superbe article avec quelques anecdotes amusantes,chapeau l’artiste.
    Bonne soirée.
    Christian

    J'aime

  11. Bon jour Mo
    En ce moment je vois à la télé des films qui me font rire et cela continue avec les souvenirs d’enfance de Marc , la scène d’imiter les vaches lâchant leurs bouses en marchant est épique , j’ai adoré .
    Bises

    J'aime

  12. bonsoir à tous les deux , merci pour ton récit et les photos si belles et que de souvenirs avec ton père , que tu partages avec nous ! , c’est une région que nous ne connaissons que très peu ! j’espère y aller un jour ! , merci belle soirée a+

    J'aime

  13. J’ai connu aussi les commodités dans la cour (commune à 3 ou 4 maisons) de mes grands-parents: 3 espaces dans une petite construction avec couvercles de vieilles casseroles et papier journal au clou. Bearkk!
    C’est sûr qu’on n’y lisait pas un roman, d’ailleurs il n’y avait pas d’éclairage…
    Savoureux souvenirs d’une enfance qui a fait demander un jour à mon fils si j’avais connu les dinosaures tandis que ma fille me disait « Maman tu exagères, tu as lu ça dans Zola! »

    J'aime

  14. des souvenirs à lire er relire Marc , ce que je ferai demain à tête reposée, merci !!!
    j’ai vécu et je vis encore dans mon trou montagnard, quand nous en sortons pour des balades ou autres aventures, des séances de vidages intestinaux ou de vessie sans rien pour les essuyer hormis des orties ou autres herbes folles …
    Bise au conteur et à sa douce moitié 😊

    J'aime

  15. Y s’passe de drôles d’histoires, crévindiou, chez les savoyards !
    ni l’enfance de l’art n’y-est délivrée qu’aux seuls montagnards.

    Ainsi plus tard, nos divers hôtes amigos préférés, aux têtes de veaux peu oxygénés, sinon à l’atmosphère ou décors mal ventilés,
    déclineront à l’horizon et sans forcer (?) ces qqls mots : « c’est haut ! c’est beau !! » (mais où fait-on popo ?!)

    ..sans oublier,
    Bonnes Fêtes ! 🎁✨ tutti camarades jardiniers ou cuistots, e tutto mondo ! (au bal masqué, ohé-ohé)
    y Planète Mer ! 🎈💙 le globe amoureux et son matelot, -de Vendée ? grée de sa bite et son couteau 🌞

    J'aime

    derollandjaq@hotmail.com
  16. quand t’ arrives un peu tard, sur ce blog, il y a une journée de lecture à rattraper 😀
    Marc tu n’oses imaginer…… mais déjà dans les châteaux nos ancêtres se laissaient aller il me semble. J’ai ouï dire que les recoins des couloirs de Versailles………. bon n’en rajoutons pas. Point de scato ! la marchande de fleurs de mon enfance portait une robe longue noire. De temps en temps, au gré de ses envies, elle posait un pied sur le trottoir, l’autre sur la chaussée….. et quand elle repartait une petite flaque attestait de son passage. Ça nous faisait bien rire mais on n’a jamais tenté. Les gosses n’ont pas de tabou, c’est chouette.
    Bises à vous deux – Hélène

    J'aime

  17. j’aime beaucoup la première photo !!!
    amitié
    tilk

    J'aime

  18. oh les merveilleux souvenirs! et c’est si important de les partager, c’est comme voir un film de Pagnol sur son enfance!
    merci beaucoup!

    J'aime

  19. Dépaysant en 1 mot ! Blague à part, merci pour le partage.

    J'aime

  20. j’ai d’ abord cru que tu parlais du sureau dont les fruits tachaient de façon indélébile, et donc j’apprends qu’un murier noir peut être un arbre !
    J’aimais la ferme, et j’ai plus d’une fois rentré les foins, ou aidé à nourrir les vaches, en constatant aussi qu’il y en avait de vicieuses qui tentaient de me plaquer contre le mur, ou empêchait sa voisine de manger !
    Il n’y avait pas de vipères , mais des grenouilles, des salamandres de toutes couleurs et des tritons !
    J’ai apprivoisé merle, moineau, geai, pie, corneille, mais tous au mois de mai se tiraient à tire d’ ailes retrouver les leurs !
    Tu comprends pourquoi de la ville j’attendais les vacances à la campagne !
    Passe une bonne journée
    Bises

    J'aime

    • Bonjour Pierre,
      oui, non seulement le murier noir est un arbre mais il est très imposant!
      Je vois que tu as des souvenirs campagnards similaires à ceux de Marc (enfin, pas tous, peut-être… 😉 ).
      Et les vaches peuvent être vraiment des peaux de vaches!
      Bonne journée à toi, bises,
      Mo

      J'aime

  21. la loi c’est la loi en entier Mo 😘

    Aimé par 1 personne

  22. :-)) J’ai bien ri. Merci! Il ne manquerait plus que tu aies pu déféquer comme les vaches et chasser les mouches avec la queue. :-))) que de merveilleux souvenirs d’enfance d’une bien belle région. Par contre, les grosses araignées, très peu pour moi. 🙂 Bises alpines et merci pour ce délicieux moment.

    J'aime

  23. Bonjour mes très chers, Mo et Marc
    Un excellent reportage avec ce talent de conteur qui me sidère toujours
    J’espère que vous allez bien, pour moi, ce n’est pas facile
    Bonjour…
    Ce qui suit est un copier coller pour vous remercier de votre amitié indéfectible lors de mon deuil, ce fut une semaine difficile et j’avais besoin de vous retrouver, merci pour vos condoléances et votre soutien.
    Gros bisous à tous 
    Méline

    J'aime

  24. Marc m’a fait pleurer… de rire.
    Je partage pleinement les compliments d’Alma et d’Emma (2 belles plumes aussi).

    J'aime

  25. Fallait y penser ! mais en matière de bêtises les gamins ne sont jamais à court d’idée . Un joli portait à faire que celui de l’Ancien avec sa corneille. Passez de bonnes fêtes.

    J'aime

  26. Salut

    On est sorti et on trouve qu’il y a beaucoup de monde dans les magasins malgré la pluie et le froid dehors.

    Bonne Semaine

    J'aime

  27. J’ai bien ri avec l’anecdote scatologique de Marc ! Quand on est gamin on a parfois des drôles d’idées. Savoureux récit avec toujours cette patte de conteur qui nous transporte immédiatement ! Bonne soirée à vous. 😉

    J'aime

  28. la quiche était très bonne !!!!
    amitié
    tilk

    J'aime

  29. bonjour les amis, j’ai beaucoup apprecié cette publication, d’un garçon parisien, laché dans la Savoie rurale, j’ai vécu vingt ans à la campagne dans une ferme, nous avions 6vaches, je connais bien leurs habitudes, il ne me serait jamais venu à l’idée de caguer comme elles, chapeau !!!! j’ai connu aussi tous les avantages d’une vie sans commodités, nous n’avions meme pas la cabane en bois pour s’isoler, c’est venu plus tard, j’ai connu une periode sans rien, nous devions aller nous isoler dans les champs, avec seulement une poignée d’herbe pour le nettoyage ! ah c’était le bon temps !! chers amis de sacrés souvenirs, j’espère que vous allez bien,! bonne semaine de Noël, amitiés et bises

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour René,
      Je ne savais pas ta jeunesse campagnarde. C’était du sérieux, de l’austère!
      Mais elle ne semble pas t’avoir laissé de mauvais souvenirs malgré cette vie qui semble difficile…
      Bonne journée à toi
      et bises,
      Mo

      Aimé par 1 personne

      • Bonjour MO
        mes parents avaient une petite ferme en location dans l’Allier, avec 10ha un cheval et six vaches, nous vivions à trois dessus, correctement, mes parents avaient une vie difficile, mais pas de dettes, ni de suicide comme certains paysans maintenant , ils m’ont meme permis de faire des études, je suis tres fier d’eux et de mes origines paysannes, bien amicalement , Joyeux Noel, portez vous bien, grosses bises

        Aimé par 1 personne

  30. Bonjour mes très chers, Mo et Marc
    Bientôt noël et cependant je ne crois pas que nous y soyons aussi près, plus rien n’annonce noël pas même la neige…tristesse à mourir.
    Bonne journée ma douce et gros bisous à vous deux
    Prends bien soin de toi et des tiens.
    Méline

    J'aime

  31. (désolé, j’ai fait une fausse manœuvre sur mon site et je ne sais pas trop laquelle ; oui, cette émission existe)

    J'aime

  32. super l’ancien et sa corneille !!!!
    amitié
    tilk

    J'aime

  33. Un vrai régal ce récit, tu as une belle plume et une bonne dose d’humour

    J'aime

  34. Oh que de souvenirs remontent dans la mémoire avec l’âge qui donnent de l’émotion, un récit bien écrit, je suis allée près de Bonneville en Haute Savoie pour raison de santé mais seule chez une tante entre parenthèses acariâtre, mauvais souvenirs, merci pour ce récit, amitiés.

    J'aime

  35. Oh mais il est plein d’infos ce billet !

    J'aime

  36. Salut,

    Le temps est pluvieux avec de fortes averses .

    Le froid arrive et ça se sent. Heureusement le chauffagiste est venu réparer la chaudière hier et maintenant ça chauffe bien.

    J’espère que vous passerez un bon réveillon .

    Bonne journée

    Que de l’humour ce mercredi…..

    J'aime

  37. Oh j’ai adoré l’article !Sais tu que j’ai vécu à Vanzy près de Seyssel de 1995 à 2004 et avant dans le coin!Sais tu que j’ai grimpé une partie de la dent d’Oche ,pour aller sur le plateau garder les vaches à une période ou la maladie était moins intrusive…..
    Sais tu que tes grosses araignées ,j’en ai ici !Que je les déteste toujours autant…
    Sais tu qu’en trempant mes pieds dans un torrent glacé je n’ai plus jamais eu d’ongle incarné ,remarques j’ai pensé y laisser le pied aussi…ah ah ha!
    Dis à Mo que oui j’ai refusé le linky ,nous sommes 3 sur 820 habitants et on nous appelle les rebelles!Je veux bien qu’ils l’installe mais pas dans la maison.
    bisous a vous 2 et moi ,je respire l’air pur pour vous 2 et dorénavant j’ouvrirai encore plus mes poumons…pour nous 3!

    J'aime

    • Oh, le monde est petit, le coin a du changer depuis les années 50 où je fis cette expérience scientifique, mais je pense qu’heureusement l’essentiel y a été conservé: l’air , la sensation de se libérer les poumons, l’eau froide des torrents, la nature au mois de juin..
      et souhaitons que ces ilots restent intacts le plus longtemps possible, afin que les générations futures puissent voir comment pouvait être le monde sans une intervention malvenue de l’homme
      Marc

      J'aime

  38. ce serait peut être mieux que la pollution des voitures !!!!
    amitié
    tilk

    J'aime

  39. Bonjour,

    Le ciel est grisâtre, il pleut et il fait 8°.

    J’espère que tout va bien et que vous passerez un bon réveillon.

    Bonne soirée de Noël

    J'aime

  40. Bon Noël à vous deux ! Trois ? Quatre ? Cinq ? Attention : interdit de compter au-delà de sept ! Oui je suis sûr que vous avez choisi le bon chapon, bien gras, à l’avenir super-croustillant. je me demande comment ils font à Singapour pour rôtir leur poulet à la gomme Bises et protégez-vous bien. Florentin

    J'aime

    • Bonsoir Florentin,
      Nous sommes irréprochables : que nous deux pour le réveillon!
      Non, pour nous, pas de chapon : ce sera saucisson en brioche avec sa sauce au porto accompagné de haricots verts extra-fins. En entrée: cou d’oie farci. Pour le vin, tout de même, nous avons dégotté à la cave un Maranges premier cru et concocterons en apéro un cocktail à base de rhum à la vanille.
      C’est, somme toute, raisonnable, non? 😉
      Quant au poulet à la gomme, c’est pas demain la veille qu’on en consommera, on a trop de bonnes adresses fournissant de la bonne volaille pour manger de la m…… 😉
      Bon réveillon à toi et à ta douce et bises à tous les deux.
      Mo

      J'aime

  41. je vous souhaite un trés bon NOEL à tous les deux
    que l ‘esprit de NOEL soit sur votre maison ..

    je ne fait pas réveilon ce soir , mais un repas demain à six , …….

    j ai bien aimé les souvenirs savoyards ils valent leur pesant d ‘or merci d ‘avoir raconté cela

    bises à vous deux
    kénavo Nedelleg laouenn

    J'aime

  42. Bon Noël à vous deux, dans la sérénité et le bonheur d’être unis, bises Mo, amitiés Marc.

    Aimé par 1 personne

  43. Bonjour Marc ! Il est toujours agréable de lire, d’écouter, les souvenirs d’enfance. Tout le monde a des anecdotes croustillantes de bêtises mais aussi de grands moments de complicité. Bien avant les ordinateurs, téléphones portables, machines volantes (ça vient d’sortir) et autres objets connectés, nous pouvions jouer pendant des heures avec trois bouts d’ficelle, une seau d’eau et quatre cailloux. Les champs étaient notre terrain de jeux et c’était bien agréable. Plus tard, en fin d’adolescence, on pouvait faire des blagues à Chirac (dans la Tour Montparnasse) pendant les pauses-café, puis des caméras cachées, copiant à qui mieux-mieux la caméra invisible de Jacques Roulant, et l’humour d’un Francis Blanche ou d’un Marcel Béliveaux ; l’essentiel étant de ne jamais perdre son âme d’enfant, comme dirait le curé pédophile du village voisin. Chez nous, on rigole tous les jours. Les gamins m’ont offert le dernier bouquin de Charlie-Hebdo (la relève est assurée) et si on avait déjeuné tous ensemble (tous ensemble, ouais !) aujourd’hui 25 décembre (je crois au père-noël mais pas au bonhomme « crucifié » qui ne fait rien pour empêcher les guerres et les virus), on aurait sans nul doute possible parlé des infirmières qui galèrent dans cette société qui n’évolue pas, et on aurait refait le monde, entre deux fous-rires, l’un n’allant pas sans l’autre.
    Merci pour ton bel article.

    Tu peux écrire des bouquins et les mettre dans la hotte du barbu à robe rouge qui est resté coincé dans la cheminée de la voisine (c’est pas sexuel) parce qu’il avait pris dix kilos pendant les deux confinements.
    Amen.

    J'aime

  44. Salut

    Le temps ne s’arrange pas et le froid arrive.

    Pas grand monde dehors , c’est le repos après la fête.

    J’espère que vous avez passé un bon réveillon.

    Bonne fin de semaine.

    J'aime

  45. Bonsoir mes très chers, Mo et Marc
    J’espère que tu as passé une bonne journée et que le père noël a Fait son office.
    Bonne soirée ma douce et gros bisous à vous deux
    Méline

    J'aime

  46. hier je remarquais que mes narcisses sortaient de terre, et voilà qu’il se met à geler !
    J’ espère que Noël s’ est bien passé, et te souhaite une bonne fin de semaine
    Bises

    J'aime

  47. Eh oui, nous les bipèdes devons nous asseoir ou nous accroupir pour déféquer… s’installer sur le « trône » et prendre ses aises.
    Les bœufs et vaches peuvent « bouser » en marchant … à chacun ses privilèges…
    Tien ne vaut l’air pur des montagnes… oublier les rues de Paris pour un espace rurale …La vie au grand air … que du bonheur.
    Amitiés des farfadets du Poitou.

    J'aime

  48. Salut

    On a passé un bon réveillon.

    Le temps est pluvieux et froid.

    Bon week-end

    J'aime

  49. sympa la petite cabanne !!!
    amitié
    tilk

    J'aime

  50. Merci Marc pour ces savoureux souvenirs d’enfance !
    Bon dimanche à toi et Mo

    J'aime

  51. Merci pour cette ballade en Savoie aux couleurs de vos souvenirs. Belle soirée

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :