La marchande de beurre ou un amour inavoué.   87 comments

A cette époque, dans notre petite  ville.. 8604  habitants,

comme je l’avais inscrit sur mon grand cahier d’instruction civique,

le marché se tenait deux  fois par semaine dans une  grande rue qui descendait vers la gare.

Je pourrais presque encore replacer les commerçants..

 

Les   étalages se terminaient tout en bas, par un camelot qui   vociférait ses annonces :

« pas cent  francs.. pas cinquante francs.. pas vingt francs..

eh oui, petite Madame pour vous je rajoute la cafetière, le jeu de tasses.. et s’il y a un défaut.. hop ! »

Il fracassait son assiette au sol.. un débit, un bagout..  le camelot dans toute sa splendeur..

 

Souvent  j’accompagnais ma mère au marché pour l’aider  à pousser sa carriole.. que dis, je sa caisse à roulettes.

Par souci d’économies, mon père avait fabriqué avec des planches une caisse en bois,  mis un  double couvercle rabattant  sur les côtés,

quatre roues  et un arceau pour pousser qu’il avait dû récupérer sur un vieux landau..

Un coup de peinture grise.. et hop pas besoin d’investir dans une carriole en osier.

L’ensemble  pesant déjà au moins une tonne à vide.. les roues fixes n’en arrangeaient pas non plus la maniabilité.. mais c’était comme ça..

Moi,  je me demandais comment les dames avec leur panier tressé sur le bras

et leur beau porte-monnaie long et plat avec le fermoir doré faisaient pour faire les courses.

Nous, notre carriole était pleine et pesait comme un âne mort..  hélas, la rue que nous avions descendu à vide, fallait la remonter.

Et là.. fallait  pousser… souvent ma mère ponctuait nos efforts en riant et en lâchant.. martelant chaque mot,

« dans un chemin montant .. sablonneux.. mal aisé, six forts chevaux  etc etc.. ».

 

Moi gamin j’aimais bien aller au marché..  en plus il y avait mon amour secret..   une vendeuse  beurre œufs fromages..

Ah seigneur qu’elle était belle..  elle  me séduisait..  tout dans ses gestes me faisait succomber..

ses  cheveux  clairs et bouclés.. ses gestes précis pour mettre sur la balance.. sa façon de regarder l’aiguille sur ce fouillis de chiffres..  quelle femme..  

Elle Lâchait d’une voix qui me charmait : « trois cinquante.. ce sera tout ? ».

Mais ce qui me fit tomber amoureux furent ses dents.. elle avait un sourire éclatant  blanc.. avec deux incisives peut-être un peu grandes..

 

 

Mais va savoir..   quel inconscient me gouverne.. 

j’ai toujours eu le regard attiré par le sourire féminin et les dents éclatantes.. et surtout des incisives un peu grandes..

A cette époque, si les gamins avaient toutes les  dents c’était parfait..  

si il  fallait couronner..  ben c’était « full métal jaquette »  ou en or si c’était devant et encore, fallait des  sous.

Mais pour le reste.. si ça poussait de travers,  ma foi..

J’ai eu combien de copains avec les dents plus ou moins irrégulières..  voire carrément en vadrouille.. c’était comme ça.

Sans doute que la  dentisterie n’avait pas le modernisme actuel,

ou alors  il fallait  aller chez les gens qui avaient  des  moyens que nous  n’avions pas.. ni mes parents  ni ceux de mes  potes..

 

 

Je me souviens,  en terminale.. j’ai eu un bon copain..   qui, ayant eu  sans doute à souffrir étant petit,

était arrivé en nous disant..   « on m’a surnommé bouche d’égout »  

en nous souriant largement pour nous montrer qu’effectivement y’avait des espaces..

chaque dent avait vécu sa vie sans se soucier des autres..

Nous étions déjà bien grands en terminale et, en fait, on ne l’a jamais appelé comme ça..

ce n’était plus le temps des moqueries..   en fait ça nous avait pas fait rire..

Bref,  moi du haut de mes 7 ou 8 ans.. j’en pinçais pour la marchande de beurre.. et son sourire..

Il arrivait parfois que ma mère oublie quelque chose au marché..

Pas grave.. avec mon petit vélo à pignon fixe, je  velocipedais  jusqu’au marchand de patates.. 3 centimes le kilo  me semble-t-il ,

mais bien sûr, sans rien dire, je ralentissais devant l’étal du BOF..  afin de  voir  la dame de mes pensées..

 

Elle était là, avec son tablier blanc, avec le gros nœud derrière  et ses manchettes  blanches..

des petites boucles  s’échappant sur son front..   et son sourire…  ah misère..

Que de regrets de ne pas être plus grand.. de ne pas pouvoir  lui avouer combien  j’étais prêt à  conquérir le monde… à braver  Fafnir ..

J’ai  soixante quinze berges.. la pauvrette doit se taper ses cent printemps… qu’est devenu son sourire..

Je crois que c’est ce qui reste au fil du temps.. le sourire..

Si j’en juge par certains acteurs  ou actrices.. le temps fait plus ou moins  ses misères.. mais le sourire reste..

Allez, si tu me lis..  le gamin un peu blond..avec un petit vélo bleu…

 

 

qui te dévorait du regard.. sans que tu saches  pourquoi.. (« qu’est ce qu’il a à me fixer ce petit c.. ?? » )…

C’était moi.. !!!

Marc

Publié 18 novembre 2020 par Leodamgan dans Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , ,

87 réponses à “La marchande de beurre ou un amour inavoué.

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Belle évocations de souvenirs… Le sourire, certes, mais ce qui ne change pas, malgré les pattes d’oies, c’est la lueur qui se dégage du regard… Perso, c’est cela qui me touche.
    Bises et bon mercredi

    J'aime

  2. Bonjour Mo et Marc, ah moi gamine j’aimais cela aussi, jours de vacances, sinon, à l’école bien sûr ! Nous passions la frontière pour nous rendre à celui français, plus grand, attrayant ! Je me souviens du camelot à vaisselles, même attitude, au point que ma mère lui acheta un service… de peur de le voir voler en éclat contre le piquet de son grand parasol ! Elle aimait y acheter écheveaux de laine, tissu, victuailles… Un temps qui ne reviendra plus car le marché par chez moi de nos jours, c’est encore bien peu de chose, chose à p’tits vieux, les familles allant en grande surface… merci, belle journée, bises

    J'aime

    • Bonjour Jill,
      j’ai connu aussi ces camelots dont on ne pouvait pas dire qu’ils ne cassaient rien…J’étais impressionnée. Je pense que ces camelots avaient trouvé un moyen de pression dans la désapprobation des ménagères envers le gaspillage… 😉
      Bises
      Mo

      J'aime

  3. Savoureux récit. Le sourire mais aussi les yeux, maintenant que nous voici masqués, j’ai remarqué combien nous faisons l’effort de faire passer l’expression par le regard.

    J'aime

  4. bonjour à tous les deux , ah oui les marchés d’autrefois et les camelots ça oui , et les casseurs de vaisselles je m’en rappelle aussi ! ah oui quel beau récit et souvenirs d’enfance ! ça oui les dents dur dur nous aussi on était dans ce cas !! ça coûtait très chère et encore maintenant !! et +++++ merci belle semaine a +

    J'aime

  5. Ah qu’ils sont doux nos souvenirs d’enfance. j’ai lu avec plaisir en me rappelant quelques souvenirs dont le sourire éclatant de la mqrchande de couleutrs. Bisous.

    J'aime

  6. Je revois aussi le marché de ma ville, une fois par semaine le jeudi.
    On achetait des crevettes grises que nous mangions pendant les cours de catéchisme en douce.
    Ta crémière me fait penser à la pub belle des champs, j’entends encore la chanson, tu baguenaudes dans les pâturages belle des champs.
    Bonne soirée.

    J'aime

    • Bonjour Claudie, le marché de mes parents se tenait le vendredi. On pouvait y acheter du poisson, les surgelés ne se faisant guère à l’époque.
      Je me souviens de cette pub aussi…
      Bonne soirée à toi,
      Mo

      J'aime

  7. Je reconnais le marché que j’ai vécu quad j’étais petit. Il y avait un marchand de tout qui hélait le chaland par de sempiternels ‘toile émeri, toile émeri …  » Avec un truc en moins tout de même, je n’y ai pas connu de mignonne marchande de beurre. Non, ma mignonne, à moi, fallait que j’aille la mirer à l’épicerie de mon quartier. Qu’est-ce qu’elle était belle, elle aussi ! Elle est morte l’an dernier. Elle n’a jamais su combien je l’admirais à l’époque …Nostalgie, nostalgie … Bises et faite gaffe ! Florentin

    J'aime

  8. Ce sourire conviendrait-l ?! 😉

    J'aime

  9. et c’est sûr qu’elle avait qu’un gros noeud derrière ?

    J'aime

  10. Lorsque le sourire vient du fond du coeur et est sincère, tout le visage s’illumine et rayonne. N’est ce pas là l’essentiel ? Tu en pinçais pour la crémière, celle que tout le monde veut avec le beurre et l’argent du beurre ?

    J'aime

  11. Belle et pittoresque évocation d’un temps révolu, mais on s’aperçoit au fil du texte, que le gentil blondinet est encore là, bien présent dans le corps de ce monsieur qui nous régale avec ses souvenirs .
    Bises à tous les deux .

    J'aime

  12. Ah le sourire d’une femme. 🙂 C’est une jolie histoire qui parle de la maman, de sa charrette pas si pratique, du joli marché, des assiettes cassées du camelot mais surtout du sourire d’une femme qui doit avoir 100 ans maintenant. C’est marrant. Je suis moins portée sur le sourire des gens mais plutôt sur les yeux. Chacun son truc mais j’ai l’avantage certains ces temps-ci de toujours pouvoir voir les yeux, même avec un masque. Bises alpines.

    Aimé par 1 personne

  13. bonsoir
    j’ adore ces souvenirs .. j’ ai aussi connu ton camelot marchand de vaiselle , il devait y en avoir dans toutes les villes ..

    pour la marchande de beurre , la notre avait une cariole et un petit cheval blanc , elle vendait ce que nous appelions ( du lait desseché ) et aussi des oeufs
    mais moi ce que j ‘aimais c’était le cheval , ben oui j ‘aime toujours les chevaux rires …

    bonne soirée chez vous les jardiniers
    bises

    J'aime

    • Bonsoir Monica,
      Décidément ces camelots casseurs de vaisselle officiaient partout? Je me demande d’où peut venir cette tradition?
      Oui je sais bien que tu aimes les chevaux et depuis longtemps apparemment…
      Bonne soirée à toi,
      Bises,
      Mo

      J'aime

  14. Chouettes souvenirs ! Il l’aura bien mérité, le gamin un peu blond avec un petit vélo bleu, le sourire de la crémière… Et celui de Mo avec. 😉

    J'aime

  15. (sans vraiment connaitre BB) je croyais le nœud devant. Certes, l’un n’empêche pas l’autre.
    Bonsoir amis du soir, -ouiz la nuit tombe vite, ..si souvent entendu par ceux qui vécurent tant de jours; ni donnés à tout le monde.
    Quoique l’histoire diffère, qql pensée aussi appelée souvenir, tels des odeurs ou reliefs, nous habite ni s’éternise.
    Quant au beurre, à peine évoqué ou caressé (thx Dur) son esprit et le mien n’iront pas plus loin.
    Les générations se suivent, ainsi l’amour et le désir (c’est bien foutu; quel bonheur !)
    Un poème survient (parfois l’hymne s’affranchit du mythe) le « Pont Mirabeau », Guillaume A, .. »Faut-il qu’il m’en souvienne, Vienne la nuit sonne l’heure, Les jours s’en vont je demeure ».
    Tout ça pour dire (…) les fromages de pépé adoré sont tjs sur le marché, aux dates inchangées : mardi & vendredi,
    et surtout : Welcome back M & M !

    J'aime

  16. Un délice à lire… Alors Mo, c’est ainsi que tu l’as séduit ton Marc, à coup d’incisives ?!?

    J'aime

  17. Ou plutôt de canines… 😊

    J'aime

  18. Un souvenir savoureux et tendre qui fait du bien. Pas de laitière au marché pour moi, elle venait chez mes grands-parents dans sa 2cv bleue avec ses grandes cruches à l’arrière. Et puis il fallait faire bouillir le lait et tous se disputaient pour avoir la peau qui se formait sur le dessus. Sauf moi que ça écœurait. Il faut dire que j’étais une gamine de la ville, sans marché, sans laitière…
    Ravie de vous voir de retour 🙂

    J'aime

    • Il y a des gens qui aiment la peau du lait? Beurk… 😉
      Personnellement, j’ai aussi des souvenirs un peu différents de Marc. Dans cette petite ville, les commerçants passaient en camionnettes : bouchers, épiciers, etc…
      Bonne journée à toi,
      Mo

      J'aime

  19. c’est vrai que les marchés étaient l’âme des villages
    mais cela à l’air de revenir un peu
    amitié
    tilk

    J'aime

  20. En voilà des souvenirs touchants…Il était temps que tu le lui dises à ta crémière en effet, inutile à présent de lui cacher cet amour secret ! J’aime beaucoup l’ambiance des marchés d’antan, celle d’aujourd’hui est sympa mais différente en effet. Bises et contente de vous revoir (Ah au fait, Mo a de grandes incisives, elle nous avait caché ça !)

    J'aime

  21. Des petites bulles de bonheur qui riment avec beurre.

    J'aime

  22. Dommage qu’elle n’ait pas su les sentiments qu’elle avait suscité ! elle en aurait été émue ! les amours d’enfance sont les plus marquants ! J’ai eu deux grans amours (enfin, dont je me souvienne) enfant : l’un était l’acteur qui interprétait Davy Crockett dans les années 55/56 (vraisemblablement le film de Norman Foster). Je rêvais qu’il venait me sauver des dangers du monde sauvage……… l’autre était le chef de la fanfare d’un petit village des Alpes où j’étais envoyée chaque été, c’était le fils du boucher de l’unique rue commerçante et la fanfare ne passait que le 14 juillet, il ne fallait pas rater le passage !!! Merci de ces partages qui font remonter de belles images d’enfance Marc. Bonne semaine

    Aimé par 1 personne

  23. De bons souvenirs, que ces marchés d’antan, vivant, et bon enfant !
    je me souviens que maman attendait la fin et emportait souvent 10 laitues pour un franc !
    Sinon, boulanger, fromager, laitier passaient en carriole !
    J’allais très très rarement au cinéma, et c’ est de Mylène Demongeot dans les trois mousquetaires que j’étais tombé amoureux !
    Passe une bonne journée
    Bises

    J'aime

    • Bonjour Pierre,
      C’est sûr que quand on voit les prix de l’époque… Mais acheter 10 laitues, il faut arriver à les consommer!
      En ce qui me concerne, c’était Glibert Bécaud.
      Bonne journée à toi,
      bises,
      Mo

      J'aime

  24. Bonjour mes grès chers, Mo et Marc
    Je crois que nous avons tous connu cela, enfin les sans argent mais chez toi, j’imagine car tu l’as décrit avec tellement d’humour…!Et terminer par « Le coche et la mouche » de La Fontaine, c’est fort !
    Bonne journée mes amis et gros bisous
    Méline

    J'aime

  25. Ah vraiment ce récit est adorable, une évocation de souvenirs d’enfance plein de couleurs , d’odeurs, de cris et interpellations… On revit intensément ces anecdotes du marché autrefois avec le casseur d’assiettes grand bagouleur… Et cette marchande de beurre aux cheveux clairs et bouclés un moment d’émoi et de séduction pour un gamin qui a tout à apprendre de ces choses là qui intriguent et émerveille … Alors on n’oublie pas le sourire de la jolie marchande et il vous suit toute la vie …
    De mes souvenirs d’enfance relatif à cette vie d’autrefois j’ai cet article :
    http://www.mirebalais.net/article-21879342.html
    Merci pour ce partage
    Amitiés des Farfadets du Poitou.

    J'aime

    • Bonjour,
      Tu as connu tout cela aussi…A ce que j’ai pu voir d’après pas mal de tes articles.
      Je ne connaissais pas le mot « bagouleur » mais on devine son sens rien qu’à le lire… 😉
      Je vais de ce pas suivre ton lien
      Mo

      J'aime

  26. Salut
    Ce sont de bons souvenirs et on avait vraiment de bons produits dans le temps.
    J’ai toujours aimé regarder les camelots.
    Bonne journée

    J'aime

  27. Sympa ton article !
    Merci Marc

    J'aime

  28. Je suis bien contente de retrouver la prose de Marc et tes réponses aux commentaires Mo, oui je les lis !
    Vous êtes des crèmes tous les 2 …
    Bises

    J'aime

  29. souvenirs souvenirs !!!!
    amitié
    tilk

    J'aime

  30. quelle adorable histoire!
    j’adore ces souvenirs d’enfance, j’en redemande 🙂
    (je suis abonnée à vos billets et bizarrement celui-ci me parvient avec deux jours de retard, misère!)

    J'aime

    • Merci Adrienne,
      moi, je ne compte pas sur les alertes WordPress, J’ai fait un répertoire dans mes favoris avec les liens vers les blogs que je suis et le balaie tous les jours, cela ne prend guère de temps.

      J'aime

  31. Les gens qui cassaient la vaisselle c’est un de mes plus anciens souvenirs d’enfance je crois, ça me fascinait. Je me demandais pourquoi ils faisaient ça, je ne comprenais pas, puisqu’à la maison c’était un drame de casser quelque chose.
    J’ai beaucoup aimé te lire et imaginer ce joli sourire.

    J'aime

    • C’est amusant Sophie,
      J’avais exactement la même réaction : penser que c’était dommage. Les camelots misaient peut-être là-dessus pour inciter les gens à acheter.
      Merci pour Marc,
      Bises à toi,
      Mo

      J'aime

  32. Bonjour Mo et Marc !

    Superbe histoire !
    Un conte de Noël avant l’heure !
    Je me rappelle aussi des camelots sur les marchés !
    C’était tout un spectacle : de vrais comédiens !
    Sinon, la crémière avait-elle une jolie motte ? … Je me carapate ! 😉😊😁

    Bonne journée !

    Pierre

    http://rotpier.eklablog.com/

    J'aime

  33. Salut

    Le temps s’améliore mais le froid arrive alors on se cale dans un fauteuil bien au chaud.

    Bon week-end

    J'aime

  34. Bonjour mes très chers, Mo et Marc
    C’est encore avec e soleil que je viens te souhaiter une bonne soirée et gros bisous…prends bien soin de toi et des tiens
    Méline

    J'aime

  35. « Mais où sont les neiges d’antan ? » j’adore tes chroniques du temps jadis, et le célèbre « sourire de la crémière »

    J'aime

  36. Salut ,

    Le ciel est gris et il fait froid.
    La météo est mauvaise pour demain.

    J’espère que tout va bien chez vous.

    Bonne fin de journée

    J'aime

  37. Une baisse des températures, qui permettra peut être aux plantes de se reposer.
    Passe une bonne fin de semaine
    Bises

    J'aime

  38. Bonsoir mes très chers, Mo et Marc
    J’espère que tu as bien passé ce samedi, chez nous sous le soleil mais ô rage, ô désespoir, saleté de confinement qui me tue à petit feu.
    Bonne soirée mes amis et gros bisous 
    Méline

    J'aime

  39. Par ces temps difficiles, il est réconfortant de se remémorer de bons moments. C’est bon pour le moral et cela permet aussi de trier les photos…
    Aujourd’hui, le regard reste notre seul élément d’expression faciale dès lors que nous sortons masqués !
    Bonne continuation. C&B

    J'aime

    • Bonjour Christine,
      Bizarrement, on s’habitue aux masques, non?
      Cela fait drôle de regarder des films tournés avant le confinement, tous ces visages sans masque, ces foules… 😉
      Bonne journée à vous deux,
      Mo

      J'aime

  40. J’ai beaucoup aimé ce récit. Tu as une belle plume
    Tu as raison il n’y a rien de plus beau qu’un sourire

    J'aime

  41. Oh je suis née dans un village du Nord (le vrai Nord,pas les Hauts de France),pas de marché ,250 habitants.Et comme je suis une rebelle ,j’ai eu mes dents de lait mais les autres n’ont jamais poussé et dès mes 6 ans j’ai porté le dentier haut et bas ….pas possible de faire autrement.
    J’ai aimé tes souvenirs d’un temps passé que je regrette même s’il fut souvent difficile!
    Nous allions à la ferme et papa faisait un très grand potager .Si le vendredi ,le poissonnier passait ,le jeudi nous allions à la Chevaline et le Dimanche à la boucherie ou nous avions droit à une tranche de saucisson.
    Bisous a vous 2
    J’oubliais le sourire ….Ma pauvre maman je ne le lui ai pas vu souvent….

    J'aime

    • Bonjour Sabine,
      Je n’ai jamais entendu parler d’un problème comme le tien (pas de dents définitives après la chute des dents de lait…). Cela n’a pas dû être facile!
      On aime ces vieux souvenirs parce qu’on regrette notre jeunesse sans doute…
      Eh oui, le sourire est précieux et on le devine même sous le masque…
      Bisous,
      Mo

      J'aime

  42. Bonjour,

    Ciel gris, froid et humidité sont les ingrédients du temps en ce dimanche.

    Je regarde la télé où on revoit des séries.

    J’espère que la santé est bonne par chez vous.

    Bon dimanche

    J'aime

  43. Bonjour Mo
    C’est toujours un plaisir de lire tes histoires où tu racontes tes souvenirs , on ne s’ennuie pas et on apprend plein de choses .
    Bises

    J'aime

  44. Bonjour Mo
    Difficile d’oublier de tels moments au point où nous sommes rendu aujourd’hui. Espérons que bientôt le sourire sera de mise.
    Belle journée à toi.

    J'aime

  45. Une belle époque qui ne continue à vivre qu’à travers les témoignages. 🤍

    J'aime

  46. Je vous envoie mon plus beau sourire. Belle journée Marc et Mo

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :