Archives de septembre 2020

Mante religieuse   109 comments

.

Avant-hier matin, partant pour une escapade centre ville, 

.

.

j’aperçois sur le côté de la voiture..  bien posée sur la carrosserie.. une mante religieuse..

Quelle surprise.. j’ai pris délicatement l’insecte menaçant pour aller la déposer plus loin

Cela fait des années que je n‘en avais pas vu.. la dernière fois c’était il y a longtemps en région  parisienne..

.

Ce fut  comme un retour dans le passé..  les vacances au Pradet près de  Toulon…

les cigales.. les mantes religieuses.. les énormes criquets.. sauterelles..

Le pare-brise de la 403 constellé de moucherons.. la calandre avec le lion où venaient picorer les moineaux.. les phares qu’il fallait  laver, gratter..

.

Et puis les soirs d’été.. fenêtre ouverte.. les piaillements des martinets.. arabesques dans le ciel..  

je m’imaginais les Spitfire et les Messerschmitt de nos magazines de l’époque..

( invariablement, les Allemands étaient gratifiés du « ach teufel.. » que je  prononçais « hache.. »  eh oui).

Ma collection d’insectes..  il fallait acheter des boites spéciales chez Boubé.. trop chères.. 

moi  j’utilisais des boites de marrons glacés que me donnait la voisine..

Le plaisir de bien présenter l’insecte..  le déposer dans la boite..  fiché sur son épingle.. avec le nom latin..

 

Tinarcha tenebricosa..  celui qui crache une  goutte de liquide écarlate comme du sang.. mais gare à l’odeur nauséabonde..

 

la cétoine dorée.. aussi précieuse et magnifique qu’un scarabée égyptien.. cetonioa aurata.. les hannetons  melolontha..

Ah les hannetons.. la malédiction de l’enseignement et des malheureux profs…

Certains copains avec plus de moyens..  achetaient chez Boubé de gros coléoptères africains.. des trucs énormes.. avec des cornes..

Mais là.. c’était de la triche..  moi je faisais avec ce que je trouvais dans le  jardin, la forêt où en vacances dans le sud..

 

Les  heures que j’ai passées sous le soleil à guetter le papillon Morio..

comme le Macaon ou le soir avec un drap blanc le grand paon de nuit..  ce sont des Graal..

Aujourd’hui on peut  faire les 500 km jusqu’à Etel sans pratiquement salir son pare brise..

Terminés les martinets..  les papillons.. une pieride  de temps en temps.. un lucane ou deux en 10 ans..

75%   des insectes  auraient disparu de la France métropolitaine en 30 ans.. et par conséquent.. hirondelles.. martinets..

Au début que nous nous sommes installés  en banlieue avec Mo..  

je voyais encore bombyle ou syrphe.. cet insecte qui ressemble à la guêpe et qui fait du surplace..

.

Aujourd’hui malgré nos hôtels à insectes..

Je ne vois que guêpes et frelons asiatiques  qui viennent se saouler des figues.. à en tomber ivres sur le sol.. 

pas solides les frelons asiatiques.. le test de pression montre que ça ne résiste pas à une pression verticale du pied..

.

Mo illumine le  jardin de fleurs.. et là oui nous avons des abeilles.. comme celles venues sur la fleur de l’agave..

Mais pour le reste..

Pourtant.. l’insecte.. c’est la réussite sublime de la nature.. squelette externe.. 

force herculéenne.. résistance aux agressions.. capable de voler malgré cette armure..

Voir l’opiniâtreté d’un bousier.. pauvre Sisyphe.. est-ce de lui que vient l’expression faire sa pelote ?

Oui.. j’accepte de faire vieux con..  mais quand même..  c’est pas terrible cette disparition.

Mais il y a bien quelque chose qui s’est passé depuis mes vacances à Toulon il y a  plus de 60 ans…

Comme dit l’autre ..  « j’balance pas .. j’évoque… ».

.

Et si c’était pour ça qu’elle priait, la mante ?

.

Marc

Publié 20 septembre 2020 par Leodamgan dans Non classé

Et si…   103 comments

Et si avec Mo nous étions restés à Paname, dans notre   douzième..  et si  le temps s’était figé dans les années 70

Déjà nous n’aurions pas  notre amie l’arthrose…

Et  notre  désespérante habitude de fréquenter les salles d’attente d’hosto ou de radiologie..

Mes genoux ne seraient pas en titane..   mais en bons  os made in  Gross Paris..   Façon matériel de guerre…

Et puis bon, faut bien l’avouer.. pas mal de kilos en moins…

Bien sûr moins de vécu.. c’est vrai.. mais bon..

.

 

 

 

 

 

 

 

En fait c’est cette affaire de Charlie Hebdo qui m’a fait repenser à tout ça..

A l’époque je bossais rue du Louvre..  bureau 7  5eme étage.. le 5/7..  comme cette discothèque qui a brulé  faisant  tant de morts..

Hara kiri n’avait pas encore titré son fameux bal tragique à Colombey..

Mais c’était l’époque des fanzines.. Gotlieb se déchainait..

.

L’écho des savanes.. Métal hurlant.. Fluide glacial…

J’avais laissé Blek le roc ou Pecos Bill.. et  ça revenait..

Le génie des alpages de  F’Murr…

 

Et puis ce titre qui vit la naissance.. Charlie mensuel devenait hebdo…

Choron et  Wolinski  dans Hara kiri..

Cette couverture célèbre..qui  fut encore  dans l’actualité :

« Giscard vend sa femme aux émirs » saisie.. interdiction .. réédition avec trois couvertures différentes..

C’était l’époque de la création , du neuf.. du créatif..  de l’innovant.. bref du bouillant.. du pas politiquement Korrect..

Le mois de mai avait laissé des graines.. ça poussait de partout.. combi Volkswagen.. et virons à Srinagar ou à Goa..

 

J’étais rentré dans une boite « costard cravate obligatoire pour les hommes et jupes pour les femmes ».

Et là ça prenait l’eau de partout.. des robes.. des jupes courtes.. pas de soutif.. des polos..

Punaise..  l’anarchie.. que dis-je, la chienlit comme  nous disait la voix  derrière l’écran noir (pas de mes nuits blanches).

Ouais..  si nous étions restés à Paname avec Mo..  en figeant le temps..

 

Sainté***  et ses poteaux carrés…

Je suis trop vieux.. l’époque d’aujourd’hui ne me plait plus.. Je ne sais pas..

Ouais..  ne restent que ces images du temps d’avant..

Parait que nous sommes des profiteurs.. On bossait 44 ou 45 heures par semaine.. mais on s’en foutait c’était bien..

Et dans notre domaine.. l’informatique c’est bien.. mais  faut le chouchouter nuit et jour, le Big Brother

Ouais, trop vieux..   trop  vieux

J’aurais dû rester à Paname avec  ma douce  Mo et appuyer sur pause .

Allez , un petit signe à mon pote de la BA115 . Il se reconnaitra…

Carpe diem

.

Marc

.

*** NB : les poteaux carrés de Sainté

La finale de la Coupe des clubs champions européens 1975-1976 voit le Bayern Munich remporter sa troisième Coupe des clubs champions. Les Bavarois s’imposent le score de 1-0 face aux Français de l’AS Saint-Étienne, au terme d’une rencontre qui marqua la mémoire collective des supporters de foot français.

La rencontre est globalement dominée par les Stéphanois, surtout la première période pendant laquelle ils touchent par deux fois les montants du gardien allemand Sepp Maier. Ces poteaux avaient la particularité d’être carrés, ce qui était assez rare car ce type d’anciens montants avait été remplacé dans la plupart des stades par des poteaux ronds. Dominique Bathenay et Jacques Santini seront les deux malchanceux à faire heurter le ballon sur ces poteaux, respectivement à la suite d’une frappe lointaine et sur une tête. Le match fut ainsi surnommé du côté français la « finale des poteaux carrés » en référence à ces faits de jeu, alimentant la légende autour de cette rencontre. Pour certains, si les poteaux avaient été ronds, les Stéphanois auraient inscrit ces deux buts mais en réalité, personne ne peut vraiment dire si le ballon serait rentré3.

Publié 13 septembre 2020 par Leodamgan dans Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : ,

%d blogueurs aiment cette page :