Mnémosyne   53 comments

Je n’avais pas encore quinze ans.. et je n’avais aucun diplôme..

pas même mon certif comme me le répétaient mes parents..

Ma mère.. elle est l’avait eu son certif.. et puis premier prix du Canton  en « enseignement ménager ».. pas peu fière ma Maman…

Bon tout ça c’était histoire de dire car là dessus ils ont fait ce qu’ils pouvaient pour que je puisse faire ma scolarité.. dans l’établissement où j’étais, en 6ème, ils ne faisaient pas passer le certif.. c’était direct la lune..  en 3eme..le brevet.. ensuite,  ensuite.. là.. c’était la porte ouverte sur le boulot.. ou  alors.. le bac et puis une école.. donc en 1960..   ce fût mon premier examen  exception faite  du concours d’entrée en 6ème. En tout cas.. je devais avoir un diplôme officiel.

.

.

C’était en juin et l’endroit choisi était un établissement rue Geoffroy l’Asnier dans le 4ème  à Paris.. pas compliqué.. le  dur jusqu’à la Bastoche avec les potes.. puis le métro.. on avait potassé tout ça, mais en bons banlieusards, tout cela n’était que routine  pour nous..

.

.

Sauf qu’en juin 60..  y’avait du mouvement social..  ça  merdouillait.. je ne sais plus  pourquoi.. ni par qui mais le jour de l’examen c’était le bazar dans le métro.. les rames passaient au compte-gouttes et je me souviens que quand nous réussîmes à monter dans notre wagon..  en poussant, forçant.. dans le wagon d’à côté un gros bruit  de verre et des cris..  une vitre avait pété sous la pression des  gens.. c’était vrai que dans le métro  quand ça pousse ça pousse.. ça tasse.. là y’a pas de question de distance de promiscuité ou de contact admissible ou non.. là.. tu mixes. tu agglutines.. tu compactes.. bref c’était le bordel.. d’ailleurs ce fut le bordel toute la journée..

.

.

En arrivant à ce collège nous étions passés devant un édifice  « le mémorial du martyr juif inconnu »..  je connaissais le soldat inconnu à l’arc de Triomphe.. mais ça c’était inconnu de moi,  je  savais ce que ces malheureux avaient eu à subir durant la guerre.. ma mère m’avait raconté les mecs en imper et en chapeau.. les rafles, les cris, les gens qui pillaient les appartements désertés.. le Veld’hiv, Drancy.. les camps oui  je  connaissais.. mais  j’ignorais tout de ce mémorial..

.

.

En fait  cette journée  fut particulière.. et Mnémosyne la muse  de  l’histoire  a dû décider  qu’elle s’imprimerait en moi..

Je me souviens de ce jour  pour deux événements..

d’abord l’épreuve d’histoire.. merci Mnémo (nous sommes intimes)  le sujet : les Etats généraux de 1789..

.

.

Et notre vieux prof d’histoire qui enseignait selon la chronologie avait arrêté son ronronnement à la guerre de succession d’Autriche.. j’étais fait.. coincé comme un tacaud dans la vase.. terminé le brevet..  l’échec.. j’en ressentais une telle injustice.. un tel sentiment.. que je me révoltais.. oui.. ce fut le jour où au lieu de plier sous la férule de l’Education Nationale.. lourd de son passé.. Charlemagne.. Ferry.. au lieu d’essayer de  remembrer mes souvenirs de l’école primaire.. faire à minima, sauver les meubles..  guetter un petit 6 ou 8.. gagne petit.. J’écrivis rageusement sur la première ligne.. sur la page spéciale.. celle où on inscrit son nom dans l’angle.. qu’on replie et qu’on colle, j’écrivis et je m’en souviens encore:

.

.

« Convoqués  en 1789.. les derniers états généraux s’étaient réunis  précédemment en 1614 après la mort en 1610 du roi Henri IV, mais je ne peux en dire plus car notre professeur s’est arrêté à la fin de la guerre de succession d’Autriche en 1748 ».

La rage m’étreignait, j’avais signé mon arrêt de mort.. mon échec.. mais au moins j’aurai écrit que je n’y étais pour rien.. j’avais  balancé l’éducation nationale et son professeur qui  avait glandé en chemin..

Je me suis levé.. j’ai déposé ma feuille sur le bureau du surveillant qui a jeté un coup d’œil..

-« déjà..?  » me balança-t-il avec le sourire sadique du  gars qui sait  que c’est foiré..

-« oui.. »  ai-je répondu sèchement..

Je me suis retrouvé dans la cour.. il faisait soleil.. j’avais les tripes nouées.. les larmes prêtes.. mais la rage.. la rage.. je franchis la grande porte.. dehors, une foule immense attendait.. un magma humain.. des têtes avec chapeau.. des  têtes sans chapeaux.. des  mecs avec des appareils photos..

.

.

Qué bazar encore.. comment vais je  passer.. et puis  le  murmure se fit plus précis.. « c’est Ben Gourion.. c’est Ben Gourion.. »

Mnémo me refaisait un signe..

eh oui ce jour là c’était la visite officielle du fondateur d’Israël.. à l’époque je ne savais pas précisément  ..mais je savais que c’était une page d’histoire comme Churchill,  ou de Gaulle ..

La foule se contracta.. bougea comme un être vivant.. et au milieu de tous  ces couvre-chefs sombres.. je vis une masse de cheveux blancs.. qui  se dirigeait vers le mémorial.. Il était entouré.. encerclé.. mais je ne voyais que ses cheveux.. comme un point blanc.. un repère.. la foule se pressant, je pus rejoindre la rue de l’hôtel de Ville pour retourner à la Bastille prendre mon train…

J’avais mes pensées qui se bousculaient « j’ai vu Ben Gourion.. merde.. quand même j’ai vu Ben Gourion.. j’ai loupé mon brevet.. merde.. que va dire Papa.. et Maman ça va lui faire de la peine. »

Je suis rentré à la maison.. Ma mère m’a demandé comme toujours dans ces circonstances..  « alors..? ça a été…? »

j’ai répondu..

–  « boaf.. j’aime mieux rien dire..  tiens, y’avait Ben Gourion .. »

–  « ah oui ils en ont parlé au poste. »

.

.

J’aurais voulu lui dire..  qu’elle me trouve les mots qui font du bien comme savent faire les Mamans.. mais j’ai rien dit.. gardé mon secret.. c’était foiré.. cagué..

 

Les résultats sont arrivés.. l’enveloppe.. la petite lueur qui restait.. un petit espoir..  et la lumière.. j’avais mon brevet!

Mnémo avait dû demander à Zeus.. (Jupiter, c’est  pour après..).

Ensuite j’en ai passé des exams.. j’en ai loupés.. repassés… réussis.. avec mention… mais y’avait personne.

.

.

La fois ou j’ai approché Jeanne Moreau qui tournait Mata Hari à la Bastille..  c’était un jour tranquille.. je revenais de l’école.. à Clichy…

.

Eh oui.. Mnémo  n’était venue que ce jour là.. en juin 1960

.

Marc

.

Publicités

Publié 9 juillet 2018 par Leodamgan dans Divertissement, Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , ,

53 réponses à “Mnémosyne

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Une seule fois suffit quand c’est la bonne, Marc ! je me souviens de mon entrée en 6ème dans le privé avec une journée d’épreuves sélectives à passer. J’étais tétanisée et dans ma tête « la complainte de la butte » d’Edith Piaf. Lorsque j’entends cette chanson mes angoisses enfantines remontent…….. mais les dieux devaient aussi être avec moi ce jour là 😀

    J'aime

  2. Fin 1960, j’arrivais dans ce monde et j’étais encore loin d’être concernée par tout ce que tu racontes.
    Mon temps est venu plus tard, avec des souvenirs un peu différents, les temps avaient déjà bien changé.
    Le stress des exams, le peur de l’échec qui nous serre les entrailles, les résultats qui tombent. La joie pour certains, les larmes pour d’autres…
    Mais… je n’ai jamais eu le sentiment d’avoir été accompagnée en ces instants, dommage peut-être 😉
    Merci pour ce moment souvenirs passé en ta compagnie.
    Bonne fin de soirée

    J'aime

    • Tout cela est bien vrai, les feuilles placardées à la porte, quand il faut se frayer un passage pour aller voir..le copain qui est reçu.. l’autre pas..
      c’est vrai que ça serre les tripes..
      Merci pour le commentaire

      J'aime

  3. J’aime ton.vécu. Je n’ai que mon BEPC pas de B BAC ne l’ayant pas passé ! . Juste un petit coucou pendant ma pause commentaire estivale. Bisous

    J'aime

    Martine Martin-Cosquer
  4. Comme on dit autre temps autres moeurs

    J'aime

  5. Joli récit qui a le parfum de cette époque à Paris. As-tu jamais pensé à regrouper ces souvenirs que tu évoques avec tant d’humour?

    J'aime

  6. Bizarre, je n’ai aucun souvenir marquant de mon brevet…en 1946!
    Le bac était réservé aux élites, enfin à ceux qui avaient les moyens. Le brevet suffisait. Il m’a permis d’entrer à d’Arsonval. Maintenant il faut un bac +…pour avoir la même place

    J'aime

    • d’Arsonval..?? dans le val de Marne..? moi aussi j’étais dans un  » d’Arsonval ».. et pour le reste c’est vrai..avec mon brevet je pouvais postuler à un boulot.. aujourd’hui il faut être bardé de médailles.. et puis il y a moins de travail..

      J'aime

  7. En je n’avais que 8 ans et franchement je n’ai aucun souvenir de la visite de Ben Gourion en France. Mais tu l’as eu ton brevet, Mnémosyne veillait sur toi ! J’adore ta façon ne narrer en bon titi parisien. Merci pour cette anecdote qui a marqué ton adolescence.
    Bises et bon début de semaine

    J'aime

    • Ah c’est le hasard qui m’a fait croiser sa route.. en revanche pour mes 8 ans..je me souviens des gros titres des journaux sur la chute de dien bien phu
      ( sans trop savoir d’ailleurs..!!)
      Merci pour le commentaire

      J'aime

  8. Pas eu le certificat d’études non plus. Mais, paradoxe, je l’ai fait passer. J’ai été instit un moment. Le stress des examens, je l’ai eu aussi. Souvent. Même en Fac. Où l’on a parfois, là aussi, des trouilles de gamin. Un exemple qui me revient à l’esprit. C’était au Bac. Question posée : myogramme, myographe ? Le trou. Et tout à coup, l’éclair : le muscle gastrocnémien de la grenouille ! Du 0 probable, je passais à la moyenne assurée. C’est comme chez le gardien de but, il lui faut du talent, mais aussi de la chance. Aux examens, il faut du savoir, bien sûr, mais aussi parfois de la chance. Bien amicalement. Florentin

    J'aime

  9. j’aime ces souvenirs, j’en redemande 🙂

    J'aime

  10. Moi ce que je vois, c’est que tu pratiques parfaitement le passé simple, que tu connais l’histoire de France et que tu ne fais pas une seule faute d’orthographe…y avait quand même du niveau dans les années 60… 😉
    ¸¸.•*¨*• ☆

    J'aime

    • Merci, oui, je confesse que j’ai toujours aimé le passé simple, j’ai même cru lire l’autre jour qu’il était peut-être souhaitable de le supprimer car peu usité..
      à une époque où on écrit ognon ou nenufar..il faut s’attendre à tout..
      Pour le zéro faute..merci , c’est un coup de chance

      Aimé par 1 personne

  11. Comme ce texte est passionnant et fort bien écrit.
    J’aime beaucoup !
    Merci
    Belle journée
    Michel

    J'aime

  12. Et bien tu vois Marc, j’ignorais qui était Ben Gourion , ( ignare que je suis ) ou je l’ai oublié ? et pourtant j’ai eu mon bac français , dans lequel l’histoire avait un coefficient important ! un coup de bol alors 🙂
    je rêve quelquefois que je retourne au lycée, en ayant l’age que j’ai , et j’aime ce rêve … j’aime apprendre mais j’ai hâte d’être à la retraite ! j’en ai ma claque de bosser …

    J'aime

    • oh.. c’est le hasard qui fit cette rencontre et ce souvenir, sinon, il est probable…
      Je suis partagé sur ton rêve…;je me suis vraiment fait plaisir dans mon boulot .. certes si je n’avais pas été à l’école, je n’aurais pas fait ce travail.. j’étais parti pour faire de l’électronique mais c’était devenu trop pesant, je n’éprouvais aucun plaisir à apprendre ça.. alors j’ai bifurqué vers l’informatique. et là c’était comme une époque de pionniers ..tout était à découvrir.. je reconnais que j’ai eu beaucoup de chance.. j’ai conscience d’avoir été privilégié..
      je suis parti à la retraite avec regrets.. il y avait encore tant de choses à construire.. mais je sais que beaucoup.. beaucoup n’ont pas cette chance..
      j’en parle peu car quelque part ça me gêne.. ..privilège.. bientôt le 4 aout..!!!
      Retourner à l’école.. et vivre les interros surprises matin.. finalement..non.. même avec plus de 50 ans de moins…

      J'aime

      • Tu n’as pas du tout à être gêné d’avoir exercé et aimé ton travail ! c’est chouette !
        si je l’avais voulu j’aurais pu continuer mes études mais j’ai préféré voyager en faisant de petits boulots à droite et à gauche 🙂

        J'aime

  13. Merci pour ce récit qui nous fait voguer sur le bateau des souvenirs . C’est toujours passionnant de remonter le courant du temps avec un narrateur comme toi .
    Bizzz à partager avec Mo

    J'aime

  14. sacrés souvenirs, et drôlement bien racontés !!! dame mémoire t’est fidèle !

    J'aime

  15. Comme quoi, ne jamais se fier à une première impression… J’ai savouré ton témoignage, comme toujours très immersif avec cette écriture franche et vivante.
    Souvenir pour souvenir, le jour où j’ai obtenu mon brevet des collèges, c’était en 96, j’ai appris le décès de mon grand-père. Et au sujet de l’épreuve d’histoire, si je ne m’abuse, c’étaient les accords de Bandung. J’ai eu une bonne note, moins bonne en maths…

    J'aime

  16. Coucou, merci de m’avoir dit pour mes comm. dans tes spams, j’espère que maintenant ça va fonctionner! Bise, bonne journée tout en douceur!

    J'aime

  17. Bonjour
    Il suffit d’une fois!
    Je n’ai pas eut mon bac littéraire mais j’ai un bac pro!
    Merci de m’avoir fait remarqué mon erreur! Évidemment ce sont des grammes et non des kgs!
    Bisous

    J'aime

  18. Tu es tombé sur un correcteur intelligent et, au bout du compte, c’est une jolie page d’Histoire que tu as écrite.
    …Juste entre nous, je préfère Jeanne Moreau à Mnémo (et j’aime bien le petit clin d’oeil à Henry Miller).

    J'aime

  19. Je ressens bien l’atmosphère d’une époque ou je n’étais pas née ! Une autre époque on va dire… Merci pour le rappel de mémoire de l’holocauste

    J'aime

  20. j’ai tjs aimé l’histoire et la géographie, j’ai même enseigné la 2e pendant qqs mois, alors que je suis prof de langues… 🙂 ah, nostalgie quand tu nous tiens… ou « o tempora, o mores! » très touchée par ton histoire, même si je ne suis en France que depuis 1980… quant aux diplômes, ils ne m’ont jamais impressionnée, car je connais des autodidactes sans aucun diplôme qui sont intelligents, cultivés, généreux, intéressants… 🙂
    * * *
    bonne-nuit et merci de tes visites @ mon aire de jeux! ❤

    J'aime

  21. Comme tu racontes bien !

    Depuis le certif jusqu’au bac
    j’ai toujours eu le trac.

    J'aime

  22. Les temps ont changé c’est peu de le dire…

    J'aime

  23. Merci pour le partage de cette tranche de vie.

    J'aime

  24. j’aime votre article, merci du partage !

    J'aime

  25. Merci pour toutes ces bonnes nouvelles. Et des mûres sans épines, c’est formidable ! Chris

    J'aime

  26. Émouvant souvenir…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :