Pont de Bercy   69 comments

.

Ben voyons, Mo est en panne d’inspiration pour son blog hebdo, alors elle lance un appel déchirant.. mais subtil..

« t’aurais pas une idée pour le blog… ?? »

.

Je vais  narrer une histoire véridique,  qui m’est arrivée à l’époque où nous habitions dans le XIIeme.. l’époque où la Bastoche n’avait pas encore eu à subir le génie créateur de Jack..  où la place Rambouillet ne se nommait pas encore place du colonel Bourgoin.. bref le temps où Paname était encore Paname.. mon pays..

Je bossais à l’époque dans un grand immeuble du boulevard Blanqui.. Métro Corvisart.. et le soir, j’avais pris l’habitude de rentrer à pinces.. histoire de me façonner les quadriceps.. vu qu’étant devenu accro au ski de fond.. je caressais  le fol espoir.. le doux rêve de participer un jour à la Vasaloppet..

D’accord..  un peu branquignol comme idée.. mais ça me trottait dans la tronche..

Pont de Bercy

Donc le soir je m’enfilais le boulevard Blanqui.. la place d’Italie.. le boulevard de la gare (pardon.. Vincent Auriol).. le pont de Bercy et le boulevard de Bercy jusqu’à Dugommier et là.. pile-poil rue de Charenton.. 5 bornes.. pas de quoi fouetter un greffier*.. mais bon.. tous les jours.

Le quartier était un peu beaucoup différent d’aujourd’hui et le boulevard de Bercy avait un côté un peu moins urbain. Quelques bistrots pointillaient le parcours.. mais ça restait quand même plus  sinistre.. surtout à la tombée de la nuit.

Square Morin

Un soir alors que j’étais en vue du square Morin et son kiosque à musique.. devant moi, un peu plus loin..

une silhouette allongée.. que les piétons évitaient soigneusement, se hâtant de retrouver un peu de  luminosité.. plus haut sur le boulevard.

Je me penche.. et à la question:

« ça va pas.. je peux vous aider ?? »

le tas recroquevillé  me répond:

 » j’ai mal..  j’ai été attaqué. »

Arrivant de la  gare de Lyon avec sa valoche il s’était un peu paumé dans les petites rues du coin et avait été victime de malfaisants qui, outre lui avoir  balancé des mandales*, lui avaient défoncé le buffet à coup de satons* et piqué sa valoche.

Avisant une cabine de  téléphone un peu plus loin, j’extirpe de mes fouilles* une poignée de piécettes et me dirige vers l’édicule pour héler la maison poulardin*.

Hélas, comme d’usage, la cabine avait été restructurée et le fil du biniou* pendait misérablement..

Guignant un bistrot en face,  bistrot je le confesse, où je ne serais pas entré de mon plein gré.. en temps usuel.

Je m’y dirige, supportant sur mes endosses*, le pauvre gars plié en deux..

Arrêt des conversations.. je dépose le malheureux sur une chaise.. et  me tournant vers le loufiat derrière son rade* j’essaye de narrer..

Mes mots se perdent dans un beuglement:

« Sortez moi ça d’ici  j’veux pas d’emmerdes.. »

vl’a cézigue qui prend les abeilles*.. et qui me demande de rejoindre le trottoir avec mon pacson….

Je suis d’un naturel enjoué et patient.. mais je confesse que  mes limites sont vite atteintes.. faut pas trop me les briser.

Devant ma détermination.. appuyé  par  un ou deux habitués.. il consent en maugréant à appeler la maison bourreman*..

« Mais vous restez là »

me balance-t-il toujours aussi gracieux…. L’urbanité de l’humain secourable.. mais à la mode  pithécanthrope…

Peu de temps après.. la sirène du tôlé noir et blanc déchire la bienveillante sérénité de ce havre de paix.. et une escouade de lardus* débarque dans le rade*..

celui qui semble être le chef.. (il avait une moustache..) écoute  le poil frémissant.. et s’enquiert auprès de la victime:

« vous pourriez les reconnaitre..? »

Soudain, s’avisant du côté un peu incomplet de son interrogatoire aux mots simples mais efficaces, se tourne vers moi et tonitrue:

« et vous.. ? qu’est-ce que vous foutiez là ? »

A cet instant, j’ai ressenti un frisson..

Je confesse que mes années soixante-huitardes m’avaient laissé une indicible méfiance face à la maréchaussée..

Je me suis senti mal parti. Ai pensé :   « ça y est je vais y avoir droit.. je suis dans le pétrin.. »

Une voix  venue du fond de la salle.. une voix forte avec cet accent riz-pain-sel* de chez moi.. que le regretté Julien Carette ne pourrait renier,

une voix lâcha.. forte et ferme.. gouaillante:

« ah ben elle est raide celle là. . y s’fait chier à porter s’cours et c’est lui qui va être emmerdé.. ».

Je n’ai pas vu cet anonyme.. mais  50 ans après, je le remercie..

Cette intervention pertinente, qui ma foi, résumait assez bien mon ressenti eut l’effet escompté.

Bougonnant dans ses bacchantes.. le chef se tourna vers la victime.. et l’entrainant dans le panier à salade..  suivi par sa volée de képis:

« Venez on va tourner dans le coin voir si on les retrouve.. ».

La paix revint dans l‘estanco*..  le brouhaha des conversations reprit avec quelques bribes peu affables pour les chaussettes à clous*..

J’en profitai pour m’esbigner*.. Par acquis de conscience, j’avais demandé au taulier si je devais quelque chose pour le coup de biglot. pensant qu’il n’en serait  rien..

« Ouais un franc . . ».

J’ai carmé* sans  bonnir* le moindre commentaire..

Et je suis  ressorti chez les humains.. J’ai repris ma route rue de Charenton..

.

Je ne me souviens pas si j’ai raconté ça à Mo..  En tout cas c’est chose faite..

Bah je ne lui en veux pas à l’argousin*..  il était sans doute fatigué de sa journée.. et puis bon..

Maintenant.. à mon âge.. avec le temps.. et ce qui se passe..

J’ai révisé.. faut bien admettre que bourdille* c’est pas de tout repos comme turbin..

Alors parfois.. mais quand même..

.

Marc

.

Petit lexique argot (de Mo) :

greffier : chat

mandales : claques

coups de satons : coups de pieds

la maison poulardin : la police

fouilles : poches

biniou : combiné téléphonique

endosses : épaules

rade : désigne le zinc de bistrot ou le bistrot lui-même.

prendre les abeilles : se mettre en colère

la maison bourreman : la police

lardus : flics

riz-pain-sel: épicier

estanco : estaminet

chaussettes à clous : flics (mais vous le saviez sûrement…)

s’esbigner : s’éclipser

carmer : payer

bonnir : dire

argousin, bourdille : flic

 

 

 

Publicités

Publié 9 juin 2018 par Leodamgan dans Ecriture, Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , , ,

69 réponses à “Pont de Bercy

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Une ambiance, un récit qui fait remonter des souvenirs d’enfance, le souvenir aussi de ma parigote de mère qui n’aurait pas renié ton vocabulaire imagé qui me fait encore sourire. Merci pour ce billet illustré en plus avec tant d’humour!

    J'aime

  2. Je plussois Almanito, c’est comme si on regardait des films de Audiard ou lire Fredéric Dard!
    c’est époustouflant!
    allez tiens c’est cadeau:

    J'aime

  3. J’ai adoré cette aventure contée en argot de titi parisien. J’avais l’impression d’entendre mon père…. Merci pour ce partage. Je n’ai pas eu besoin du petit lexique de Mo pour te comprendre Marc. 😉
    Bises et bon weekend

    J'aime

    annemarieguillard
  4. chouette récit 🙂 bien raconté !

    J'aime

  5. Je connais bien ce quartier et je m’y promène souvent avec mes petites filles puisque c’est leur quartier. J’aime beaucoup. Heureusement que tu étais là pour ce Monsieur.Beau week-end.

    J'aime

    Martine Martin-Cosquer
  6. sans Mr l’anonyme salvateur , la volaille te les aurait brisés …
    à la mode pithécanthrope …ça colle bien à certains poulets que je ne ne saurais voir 😀
    et qu’est devenu ce monsieur dans son panier à salade ?
    j’ai pas vécu 68, je suis née en 58 mais j’ai découvert chez mon cher papa décédé en janvier , communiste à l’époque, plein de documents , de coupures de journaux de ce mai 68 …
    ; ) merci Mo et Marc

    J'aime

  7. Excellent ! Audiard n’aurait pas fait mieux…
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Aimé par 1 personne

  8. Très bien écrit, illustré et surtout de belles images qu’on se représente très bien. Bravo.

    J'aime

  9. Super cette aventure et le style c’est du pur Marc ! Ce qui est amusant c’est que notre premier domicile à Paris était rue de Charenton et le dernier Boulevard Blanqui juste en face du métro Corvisart . Merci pour ce petit voyage dans le temps . 🙂

    J'aime

  10. BRAVO pour ce récit / souvenir
    Heureusement qu’une grosse voix est intervenue… sinon, il aurait fallu un second article pour la suite !
    MERCI et Bon Week-end
    Michel

    J'aime

  11. on vit dangereusement 😉

    Et alors, cette Vasalopet ? C’en est où ? 🙂

    J'aime

  12. Bonjour
    Malheureusement, les choses n’ont pas changées…Mais si tu te fait agresser devant témoins, peut de personnes bougent et te viennent en aide…
    Bisous

    J'aime

  13. Métro Corvisart… mon enfance ! Mes grands parents habitaient un immeuble boulevard Blanqui tout près de l’église Ste Rosalie.

    J'aime

    • Oui, j’étais un peu plus bas.. au 74.. en face il y avait un Goulet-Turpin.. le midi on allait glander au square René Le Gall… et j’ai passé mon épreuve d’allemand du bac dans un lycée derrière mais j’ai oublié le nom..
      c’était bien chouette comme quartier.. j’aimais bien ..

      J'aime

  14. Heureusement qu’au temps où Paname était encore Paname, les goélands parisiens ne dévoraient pas tout cru les gars au sol qui avaient le buffet défoncé à coups de satons !

    J'aime

  15. En te lisant, je me suis crue dans un film. Avec cette expression que j’aime par-dessus tout: « il ne faut pas me les briser »… parfois, je rajoute « menues ». Même si je n’en ai pas, étant de l’autre bord. 😉

    J'aime

  16. Merci pour cette histoire;.. hélas édifiante ! Chris

    J'aime

  17. Un Paris que je n’ai pas connu mais que mes parents ont connu eux, et j’ai entendu des choses similaires, forcément…
    Merci de nous raconter tous ces souvenirs.
    Belle fin de journée

    J'aime

  18. Quel régal ! La langue de Brassens, Perret, Audiard bien évidemment, d’une France avant les téléphones portables. Dans tes illustrations, j’ai reconnu le chef de Pinot Simple Flic. Ca colle complètement avec l’histoire. « Rendez l’antenne, Pinot ! »

    J'aime

    • Merci de me mettre au même rang que ces illustres.;..c’est pas un peu trop..?
      oui pas facile de trouver des images de police en képi.. j’ai en, effet pillé Pinot.. c’est vrai rendez l’antenne.. .

      J'aime

  19. J’adore. C’est une langue qui avait du goût. Retrouver le Paris de Modiano après toi, c’est comme manger du gigot sans aïl. 😉

    J'aime

  20. P’ting ! fait pas bon être attaqué………. ni faire preuve de civisme, plus du tout à la mode le civisme. Ici on a pas mal de mecs allongés aussi, mais soit ils ne savent pas où dormir, soit ils sont passés devant une kalach….. Marc tu as bien rempli ta mission, et en plus on s’est pétardés un méga cours d’argot ! que du bonheur. Bises

    J'aime

  21. sympa comme lecture …un moment agréable
    amitié
    tilk

    J'aime

  22. Toujours bien raconté et un vrai plaisir à te lire .
    Aujourd’hui je me demande si tu aiderais la personne cela pourrait être un traquenard .
    Bises

    J'aime

  23. J’ai connu cette époque quand la maison poulaga se déplaçait à vélo. On les appelait les hirondelles !! Un texte bien balancé !!

    J'aime

  24. Ca, c’est du lourd ! Moi, de Belgique, j’admire la gouaille de Marc et son franc-parler qui sort tout droit d’un film d’Audiard ! Je dis bravo !

    J'aime

  25. Aujourd’hui, tu serais reçu par le Président de la République, tu recevrais une médaille et un superbe diplôme. Autres temps, autres moeurs … Florentin..

    J'aime

  26. À mi chemin entre San À et Audiard la chose est plaisamment narrée 😉

    J'aime

  27. Une histoire contée à la manière de San Antonio.
    J’aime !

    J'aime

  28. Bonjour
    Je te souhaite une bonne semaine!
    Bisous

    J'aime

  29. Bonjour
    Je te souhaite une bonne semaine
    Bisous

    J'aime

  30. Mon p’auve Mo !

    J'aime

  31. Ah, ces pauvres vues par temps de pluie… Chris

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :