Archives de janvier 2018

31 décembre 1969   55 comments

C’était dans la  nuit du 31 décembre 1969…

.

.

Il y avait réveillon à la BA115.. « Orange  Caritat » comme on disait à l’époque…

Un repas spécial avait été prévu  à « l’ordinaire troupe » ( c’est ainsi que l’on dit.. par opposition au mess sous-officier ou au mess officier…)

Affecté  depuis peu  à l’escadron de chasse 1/5 Vendée .. j’avais comme responsabilité   d’être  toujours là.. nuit.. jour..  samedi et dimanche..

.

.

ma mission en dehors de  mon travail quotidien.. répondre au téléphone..

par exemple.. à 03h00 du matin ma première nuit.. je fus réveillé par le gros téléphone en bakélite noir posé prés de mon lit..

une  voix  sombre me lâcha : « Whisky décolle »..  je raccrochai après avoir grommelé un « OK »  et repris mes songes de quille..  pas longtemps..

l’immonde bête noire se remit à sonner.. et cette fois la même voix .. mais version peu amène me vociféra :  « Alors qu’est-ce que vous foutez… !!’ »

.

.

Ben oui, personne ne m’avait encore dit que « Whisky » était le nom de  code de l’alerte..

ces avions équipés d’armements opérationnels auprès desquels veillent des pilotes entièrement harnachés..

le tout décollant en quelques minutes pour aller intercepter un  « objet  volant non identifié » qui circule dans une zone où il n’a rien à  y faire..

.

Tupolev.

Soyons prudents :

fut une époque parait il où des  avions d’autres pays prenaient un large envol  vers l’est en passant au dessus des installations de missiles..

mais bon.. tout cela date du temps d’avant.. Par exemple :

http://www.20minutes.fr/faits_divers/2200251-20180111-vaucluse-mirage-2000-intercepte-boeing-air-algerie-dessus-orange

.

Mirage

.

Donc permanent c’est permanent.. et même la nuit du nouvel an..

Cette soirée là.. mon homologue du 2/5.. avait routé son téléphone sur le mien.. et nous avions décidé d’attendre le repas exceptionnel..

Le temps passa vite.. en parlant  de tout et de rien..

.

.

La soirée était bien avancée quand la camionnette (un tôlé Citroën), nous apporta notre plateau repas tout prêt..

ces fameux plateaux d’alu cabossés, déformés où toute la popote se rassemble comme pour se tenir chaud ce qui était bienvenu dans notre cas..

étant logés en bout de piste.. loin des cuisines..

la  jaffe arrivait aussi froide  qu’un Lapon guettant le phoque sur la banquise

.

.

Pour l’occasion, on nous avait  octroyé une  bouteille de rosé pelure d’oignon.. je ne sais pas si ça existe encore..

mais je garde un souvenir brulant de ce nectar.. comme dirait l’autre.. « c’est du brutal »..

.

.

La dinde était froide et pas cuite..  la bûche avait morflé durant le transport..

quant aux pommes dauphines  qui accompagnaient la dinde.. on pouvait jouer aux billes avec..

Je  critique.. mais avec le recul..  le geste était là.. c’était plein de bonnes attentions..

C’est vrai que sur le coup.. nous fûmes un peu déçus..

.

Alors pour nous venger nous avons tapé dans nos provisions..

moi je revenais de perm’  avec le sac plein de boites de sardines ou de miettes de thon à l’huile..

(il m’en est resté  depuis cette époque ..une addiction incoercible).

Nous avons trouvé des soucoupes  façon assiettes et mis un torchon pas net net.. qui a servi de nappe..

.

.

il y avait une cheminée dans la salle des opérations.. on y a mis  une bûche.. préparé des châtaignes  rapportées de la campagne de tirs en Corse

(oui, je confesse..  mon commandant vous constatiez que le  tas de châtaignes diminuait dans le coffre de munitions.. ben c’était moi..)

Nous avons fait notre repas.. sardines à l’huile.. miettes de thon à l’huile.. pain.. fromage (celui du plateau)..  bûche et châtaignes AOP grillées..

.

.

Un repas de rois.. nous avons attendu minuit..  nous nous  sommes tombés dans les bras .. nous nous sommes même fait la bise.. après une légère hésitation..

et nous nous sommes souhaité la p.. de bonne année.. il me restait 10 mois à tirer..

.

.

Je me suis couché..  la lune éclairait la haie de cyprès au loin.. là-bas dans le  fond, le Ventoux…

.

Fillod

.

J’ai été réveillé le matin par des  coups sur la porte en fer.. de la Fillod.. quelqu’un tambourinait..

j’ai ouvert la porte  presque en même temps que les yeux..

.

.

Misère.. le commandant.. il était passé là.. voir si tout allait bien..

(peut-être pensait-il me  retrouver rond comme une queue de pelle.. j’étais affecté depuis peu.. il ne m’avait pas encore accordé sa confiance)..

il a fait un tour dans la bicoque..  jeté un œil sur notre  table Lucullus.. il n’a rien dit.. m’a demandé si tout allait bien.. souhaité une bonne année..  et est reparti..

Je pense souvent à lui.. un  homme formidable.. j’avais 25 ans.. il devait avoir une grosse dizaine de plus que moi..

.

C’était le premier janvier 1970.. ça caillait ferme à Orange…

.

.

Marc

 

Publié 21 janvier 2018 par Leodamgan dans Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , , ,

Un pagayeur dans les vagues d’Erdeven   53 comments

.

 par mauvais temps, en plus…

.

.

Nous, on a regardé ça de loin et au sec.

Il y a des cas où il vaut mieux ne pas se mouiller.

.

 

 

Publié 5 janvier 2018 par Leodamgan dans Divertissement, Etel, Non classé, Plage

Tag(s) associé(s) : , , , ,

%d blogueurs aiment cette page :