Archives de décembre 2017

Invasion de perruches à collier en Ile-de-France   64 comments

.

Dans notre jardin, elles étaient une bonne demi-douzaine,

.

.

toutes pareilles.

.

J’en avais déjà vu une bande à Verrières-le-Buisson chez des amis

https://leodamgan.wordpress.com/2008/12/15/perruches-sauvages-a-verrieres-le-buisson/

mais elles sont arrivées chez nous maintenant.

Il y a eu un article à ce sujet sur France info en avril 2017 :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/invasion-perruches-collier-1069125.html

.

.

Elles sont jolies, certes, mais terriblement voraces.

On avait rempli la mangeoire de graines de tournesol pour les mésanges

mais en deux ou trois jours, les perruches en ont consommé la moitié

tout en propulsant plein de graines par terre quand elles faisaient balancer la mangeoire.

.

Marc réfléchit à la création d’une mangeoire supplémentaire conçue

afin que les graines soient accessibles uniquement aux petits oiseaux.

.

Quant aux perruches, j’ai vu que des voisins, séduits par leur beauté,

les nourrissaient déjà.

.

Publicités

Publié 22 décembre 2017 par Leodamgan dans Faune sauvage

Tag(s) associé(s) : , ,

Retour de Roissy.   61 comments

.

Que penser.. un rassemblement rare d’événements..  vécus par le même acteur.. respectant les règles d’unités de lieu..  de temps.. une concentration de circonstances..

.

Les faits que  je vais raconter sont  rigoureusement exacts.. même s’ils semblent sortis d’un film  pour une publicité.

C’était un soir de début d’été.. il faisait beau.. le parfum des  vacances.. même au boulot.. alors, pour éviter les convois de vacanciers qui gagnent le sud, rejoignant les banlieusards.. grossissant le flot des autoroutes A3 et A86.. j’avais décidé de musarder avec retour par l’A104.. cette voie qui serpente en Seine et Marne permet, venant du nord, de gagner le sud  en évitant de s’agglutiner dans les autoroutes parisiennes..

Bref, je quittai Roissy par le Nord.. par Mitry Mory..  c’est  agréable.. la zone aéroportuaire dégage la vue.. des champs.. des lapins.. des émouchets.. une pépinière avec ses rangées d’arbres bien alignés..

.

.

Bien sûr, pour ne pas oublier où on est,  un gros bazar toutes les 30 secondes arrive en hurlant au dessus.. balises.. arbres de noël, mais j’aime ça…

.

.

Je roulais tranquillement sur ma petite route.. appréciant la route pour moi tout seul.. quand soudain surgissant de ma droite d’un petit chemin qui me parut sans priorité, masqué par la haie de cyprès, un véhicule blindé de la gendarmerie me coupe la route.. bien sûr, face à un tel engin, la sagesse est de s’arrêter au plus vite..  un coup au cœur.. j’écrase la pédale..

Pas passé loin de mon  capot.. je suis resté à me demander si oui ou non il était prioritaire.. j’ai repris ma route en songeant que si nous nous étions heurtés..  j’aurais gagné ma journée..  emplâtrer une voiture de gendarmes.. t’es mal.. même si c’est elle qui te refait la calandre.. et en plus un truc tout  blindé.. ma pauvre voiture aurait pu y passer..

Le chouette paysage qui borde la N2 me fait vite oublier l’incident, et je me bretellise sur l’A104.. impec.. pas trop de monde.. des camions bulgares.. quelques vacanciers.. valises sur le toit.. remorque à l’arrière..

Heure tranquille.. retour tranquille.. je me cale sur la file de droite.. et  roule ma poule.. Un petit 100.. va bene..

.

.

Soudain.. peu avant l’aire de Villevaudé..  là-bas devant.. une voiture qui tractait un bateau se met à   tanguer.. zigzaguer..  réflexe.. je lève le pied.. quand soudain la remorque se met en travers.. y a du mou..  ça part en choucroute..

Les voitures devant freinent.. nuages de fumées blanches des pneus.. le premier donne un coup de volant à gauche.. l’autre derrière à droite.. la  remorque lorgne le bas côté.. j’ai le cœur qui tape.. cogne.. écrasé le frein.. les mains sur le volant, les  muscles  tendus.. l’électronique de la voiture réagit bien.. tous les  noms barbares.. ABS.. ASR.. ESP..  et je ne sais quoi.. je passe sur la file de gauche.. j’ai la jambe qui tremble un peu..

Je confesse que ça s’est passé tellement vite.. que  la première voiture  et moi.. avons dépassé le gars et son bateau arrêtés sur le bas côté.. j’ai vu dans le rétroviseur que la voiture de droite s’était arrêtée elle aussi.

Le premier de cordée et moi avons continué.. mon corps se relâchait.. le pouls reprenait son rythme.. la respiration qui s’était bloquée.. tout s’est remis en marche.. en fait j’ai eu la trouille.. je me suis vu dans le paquet… j’ai continué ma route..  en pensant que c’est con.. suffit de peu de chose.. distance.. pneu  mal gonflé ou ne sais quoi.. bon.. la voiture n’a pas bougé, elle est restée bien sur la file.. pour un peu je lui aurais dit  « Merci Titine ».

.

.

Sur la dernière petite route avant de retrouver de l’urbain.. des champs de chaque côté.. l’un d’eux.. survolé par un hélico qui vaporisait du produit..  pollution.. pollueur pensais-je.. il faisait ses aller et retour avec soin.. coupant sa douche en arrivant sur la route.. du moins l’estimais-je…

J’ai essayé de moduler ma vitesse pour passer alors qu’il était à l’autre bout.. mais faut croire que l’émotion avait  bouleversé mes neurones..  je suis arrivé à sa hauteur alors qu’il entamait son  retour.. bien sûr il avait dû couper sa miction.. mais comme disait Voltaire.. il en reste  toujours un peu pour le haut de chausse..

Je suis passé à sa hauteur et j’ai pris une douche d’un produit épais.. jaune.. collant.. qui a refait une bonne partie du métallisé vernis gris « sidobre » de la voiture… les essuie-glaces ont  étalé cette gadoue..  j’ai retenu ma respiration.. j’ai coupé la ventilation, la clim et tout le bazar.. j’ai fait les grandes eaux de Versailles sur le pare-brise en me demandant si c’était  toxique et si je n’aurais pas dû m’arrêter.. des fois que ça ruine ma peinture..

Mais va faire un constat avec un hélico..  faut être Superman..

.

.

Pour l’anecdote.. vu les circonstances.. mentionnerai-je la  petite harde de sangliers qui a coupé ma route peu avant d’arriver dans des zones civilisées?

Arrivé à la maison.. j’ai passé la voiture au jet..  rentré..  j’ai pris une Heineken dans le frigo.. je me suis posé dans le canapé..

Et j’ai soliloqué :

« quelle compagnie d’assurance me croirait si j’annonçais : j’ai heurté un véhicule blindé.. puis un bateau.. un hélicoptère est venu me bombarder par une attaque chimique.. et j’ai été agressé par des sangliers.. »

là.. c’est direct la rue Cabanis.. (ndlr : hopital St Anne) et le  gilet blanc qui soutient les bras..

.

.

Que penser.. est-ce que ce jour là j’ai eu un ange gardien.. c’est vrai que St Marc je ne lui demande pas grand-chose.. même rien.. vu le peu qu’il a  écrit.. c’est pas un prolixe.. pas  volubile de l’évangile.. du condensé.. faut pas le déranger pour des nèfles.. et puis bon.. faut avoir la foi..

On va dire que c’était un jour particulier.. comme les  astronomes quant ils parlent de conjonction…

J’ai  bossé  plus de 40 ans.. 40 ans à se taper les autoroutes (au fur et a mesure de leur construction).. la pluie..la neige..le verglas.. le retour en 05h00 en 99.. pas un carton.. j’ai évité les matelas.. les  morceaux de troncs d’arbres.. les brouettes..les cinglés.. etc etc.. ouais.. j’ai eu de la chance.. du bol.. la baraka..

Mais ce jour là.. m’empêcherez pas de penser qu’on a voulu me  tester..

Ou alors.. c’était pour la camera  cachée.

.

Marc

Publié 16 décembre 2017 par Leodamgan dans Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , , , , ,

Retour de marché   50 comments

.

Nous revenons  du marché..

..

il pleut.. une pluie froide..  pénétrante… glacée.. le vent fort  rend la marche encore plus  douloureuse..

malgré un équipement  breton  l’eau fouette le visage.. s’étale sur les lunettes… les mains sont glacées..  il fait sombre.. le jour tarde à se lever..

il reste au chaud, lui..

.

.

La circulation est merdique.. un monde fou de grands banlieusards..

coupe à travers  notre petite ville pour rejoindre l’autoroute qui les mènera enfin vers le périph’ immobile..

La rue des écoles apporte son lot d’embouteillages..

outre les mamans qui déposent la chair de leur chair juste devant la porte en stationnant au milieu de la   rue..

ben oui.. sont atrophiés des  jambes, les lardons..  nous on y allait à pied.. mais là..

.

.

ils ont juste les  pouces  qui s’allongent démesurément à force de tweeter.. va être  sexy l’homo-iphonus…  petite tête.. petites  jambes et pouces de 20 cm..

des tarsiens..

..

Un   nergumène  (s’il est né comme ça)  apporte avec satisfaction son concours au  bordel automobile.. il aide à traverser..

en fait son intérêt est contraire à la fluidité du flux.. dès qu’au loin se profile un potentiel piéton..

il jette son corps  casquetté et fluogileté  en travers de la route.. tel le corps d’obèse face au taureau (il a mal fini le gonze)..

.

.

Il y a donc  la terrible conjonction.. la buée..  la pluie.. les essuie-glace qui  jettent l’éponge.. les feux des voitures.. des voitures partout..

l’un veut tourner.. l’autre pas..

les piétons qui se faufilent.. les assermentés qui vivent leur heure de  gloire du matin… les bras en croix  devant les  véhicules.. les Jésus du macadam..

il y a un très beau mot dans la langue française qui résume bien : c’est le bordel.. le boxon..

.

Mais bon.. sommes rentrés sans encombres..

j’ai laissé un parapluie devant la porte au cas où un étrenneux en retard viendrait à sonner..

mais c’est, en principe, fait..  les éboueurs..  les pompiers…  une vaine tentative de faux agents mais vrais fraudeurs..

qui se prétendaient  « les encombrants »..

grâce à mon vidéo-interphone ils furent éconduits sans coup férir ni discussion stérile..

.

.

.

Hier le facteur a réussi à nous coincer entre deux séjours bretons..   toujours les calendriers avec les petits chats.. ras le bol des greffiers..

pourraient mettre Charlize Theron.. ou Miss décembre.. ou le  ministre des PTT.. au moins, on connaitrait sa tronche..

oui, je sais.. il  y a  sexy lurette que les PTT n’existent plus.. mais  désolé.. je nostalgise.. même le mollet du facteur a changé.. le vélo est électrique..

.

Eh oui.. bon, « ah-ign don » ( sic) comme disait ma grand-mère.. faut s’y mettre.. je vais aller  regarder la télé..  😉

.

Punaise quelle vie..

.

Marc

 

Publié 13 décembre 2017 par Leodamgan dans Divertissement, Ecriture, Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :