Archives de mai 2017

Un nouveau coin japonisant fait maison.   64 comments

.

C’est un réaménagement conçu par Marc

mais nous avons œuvré tous les deux.

.

.

Voilà le résultat à ce jour.

..

Avant, c’était devenu comme ça  avec la végétation qui faisait ce qu’elle voulait

et une haie de thuyas déplumés du bas et envahis par du lierre.

Nous avons récupéré tout de même la sculpture en bas à gauche

et bien sûr les hostas et les fougères dans des grands pots

pour leur éviter le massacre pendant les travaux.

..

Le  travail a commencé par du défrichage et la coupe des thuyas au ras du sol.

Le plus dur était d’extirper toutes les racines de bambous qui avaient colonisé l’espace.

Exaltant!

..

Une fois qu’on y a vu un peu clair il a fallu s’occuper d’une grosse pierre mal placée.

Nous avons appelé à la rescousse notre tire-fort après l’avoir réparé

(il manifestait une certaine mauvaise volonté, mais en lui parlant gentiment…).

..

l’espace central étant arasé, un talus peut être mis en forme sur le pourtour.

.

.

L’idée était de réaliser un enclos en U avec des piquets et des planches disposées en quinconce de part et d’autre des piquets.

Nous avons récupéré la sculpture en la portant à deux, c’était lourd tout de même…

..

Les planches sont passées au goudron,

(le noir c’est élégant).

..

Les piquets sont coiffés de petits chapeaux d’aluminium pour les protéger des intempéries.

Nous avons fabriqué une rambarde à partir de bras d’échelle récupérés (un bois très dur)

et l’avons peinte en rouge basque.

..

Nous avons débuté des plantations

(nous sommes dans un jardin après tout),

nous avons placé un érable dans l’angle derrière la grosse pierre

et plus bas, un thuya nain que nous essayons de tailler en nuage Niwaki.

Nous avons placé aussi des bordures de métal galvanisé entre le talus et l’espace central.

Ces bordures sont dentées et s’enfoncent facilement dans le sol.

.

.

Nous avons pu planter à l’extérieur de l’enclos les hostas récupérés au début

et, à l’intérieur, les fougères qui patientaient dans leurs pots.

.

.

Un film plastifié est placé sur l’espace central.

Une mini fontaine-pierre commence à être installée près du thuya.

. .

Sur le film plastique, nous avons étalé des gravillons blancs.

.

.

La fontaine-pierre est faite maison. Voici la recette:

  • mettre un récipient non troué dans un trou de taille idoine et y placer une petite pompe,
  • mouler un bloc de ciment parallélépipédique teinté et pas trop lissé autour d’un tube métallique qui sera raccordé au tuyau de  la pompe,
  • mouler un cadre de ciment pour dissimuler les bords du récipient,
  • remplir le récipient d’eau,
  • placer une grille dans le cadre de ciment, la grille est trouée pour laisser passer le tube,
  • décorer avec des galets pour cacher la grille
  • mettre en route la pompe (oui il faut un cordon électrique) en réglant le jet de façon à ne pas perdre d’eau,
  • attendre que les mésanges viennent boire et prendre leur douche.

.

.

Et on prend un peu de recul pour se rendre compte de l’effet produit à distance.

.

 

Marée basse à Erdeven   52 comments

.

De quoi voir des endroits où nous n’avons pas encore trempé nos bottes

.

.

Depuis l’entrée,

.

on se rendait bien compte

qu’on irait plus loin que d’habitude.

.

.

Ce coin là, on ne connaissait pas.

.

.

avec cette verdure ordinairement dissimulée.

.

.

De quoi faire une soupe aux légumes?

.

.

De plus, sur le retour,

.

.

il y avait de quoi se faire un bon petit plat au vin blanc et à la crème.

.

Bref à table?

.

Publié 7 mai 2017 par Leodamgan dans Etel, marée, Non classé

Tag(s) associé(s) : , , ,

%d blogueurs aiment cette page :