Archives de 22 mai 2016

La constellation du chien…   31 comments

.

1976-1.

Il y a quelques semaines,  la télé nous a fait un petit coup façon souvenirs.. les verts.. le chaudron,  la finale de coupe d’Europe..   les poteaux carrés..

Moi, je me souviens de ce soir là.. il y avait eu des  problèmes dans nos programmes informatiques et j’étais resté  au taf pour réparer et.. ma mission terminée.. un collègue m’avait déposé à la Bastoche  et j’étais rentré  à pinces par la rue de Charenton.. Il faisait beau et  par les fenêtres ouvertes.. j’entendais  les  commentateurs et les clameurs des postes de télé..

Pas un rat dans les rues.. Paname était figé devant  la télé.. c’était fin mai.. il avait déjà fait chaud en début de mois.. mais là.. il faisait encore plus beau.. Mais de là à penser que..

la constellation du chien..  tu parles..

En juin.. ça s’est mis à grimper.. grimper.. et quand arriva juillet.. alors là.. ça cognait.. une chaleur étouffante avait  nappé  la ville.. la limace collait sur les endosses.. et si le métro du matin sentait encore le déodorant.. le propre de la douche du matin… le soir..  c’était façon vestiaire..

Chemises et bouches grandes ouvertes.. on happait le  moindre  coup de vent.. comme un gardon sur un tas de ferrailles..

.

Paris 1976 (1).

Nous  habitions, Mo et moi dans un  studio  de bonne taille qui, outre le fait d’être exposé plein sud, avait la particularité d’être entièrement vitré du sol au plafond sur toute sa longueur.. juste une grosse barre d’aluminium à mi hauteur pour permettre de  faire coulisser les fenêtres..

Au début..  ça fait tout drôle..  un peu les flubes de s’approcher de la fenêtre et même de s’appuyer..

Mais avec le temps.. et la certitude que c’était du solide….

J’avais collé du papier sur la partie basse afin de garantir un peu d’intimité vu qu’il n’y avait aucun rideau ni store..

.

Paris 1976 (4).

Mais  de toute façon.. placé comme il était.. le vis à vis était le  mur en pierre du pignon des vieux immeubles qui longeaient la voie ferrée..

Nous étions le long de l’ancienne  voie de la Bastille.. (aujourd’hui  transformée en coulée verte). Et,  à part les chats ou des gamins,  rien ne se passait sur ces talus envahis par les herbes.. de l’autre coté..  l’avenue Daumesnil et ses immeubles.

La température dépassait les 30 degrés dans la journée.. et le boulot se faisait.. mais fallait s’accrocher.. tout collait.. la sueur au front..  suffisait de poser la main sur un papier et on repartait avec..

Comme cette pauvre femme  que nous avions repérée à la cantine.. elle  posait avec soin une serviette en papier dépliée.. sur le siège en plastique orange et, déployant sa jupe plissée en corolle parachute, se posait sur le siège.. Le repas terminé elle récupérait sa serviette et tout allait bien.. mais hélas pour elle.. il suffit d’une fois.. il faisait très très chaud ce jour là.. et quand elle s’est levée à la fin du repas.. Majax.. plus de serviette sur le siège..

Nous étions une bande de jeunes hommes.. costumes  cravate.. (obligatoire à l’époque..)  mais  l’adolescence  n’était pas si loin.. et bien sûr nous avons rigolé..

Je me souviens de cette pauvre femme.. digne.. mais cramoisie.. s’éloignant avec son plateau.. quand a-t-elle pu récupérer son précieux chargement.. la miche humide on avait.. comme on dit chez moi.. les rideaux collaient aux fenêtres.. le papier aux bonbons..

Il faisait chaud.. on allait de temps en temps en salle ordinateur (la seule climatisée) pour récupérer un peu.. mais je confesse que nous avons quand même passé pas mal de temps derrière  un demi au bistrot d’à coté..

Le soir venu.. quand  on réintégrait notre   sweet home.. une douce béatitude  nous attendait.. le thermomètre dépassait les  47  degrés  dans  le studio.. mes pauvres plantes.. des avocats que j’avais fait germer selon la méthode en vigueur étaient cuits.. séchés.. bon pour l’herbier..

.

Paris 1976 (2).

Nous nous baladions sans presque rien.. à loilpé… nous nourrissant de trucs dits frais.. tomates ou fruits. guettant  enfin la presque  fraicheur du soir par les fenêtres ouvertes..

En face, de l’autre coté du boulevard.. une jeune femme.. nue.. tirait son lit sur le balcon et  se préparait à dormir..

On se serait cru dans une ville naturiste..  du sans textile partout.. la bouteille à la main..

l’Intermarché en bas était pillé.. la bière.. le coca.. l’eau.. tout était razzié..

J’avais trouvé chez le quincaillier à coté.. un petit ventilateur.. un truc qui lui restait..  et qui nous prodiguait un peu d’air façon sèche cheveux..  mais au moins un air mobile..  oui.. je me souviens de cette année là..

Il y a eu d’autres épisodes  de coup de chaud.. mais nous avions déménagé en banlieue.. plus d’air.. plus d’espace.. terminées l’avenue Daumesnil.. la place Rambouillet.. l’air  dense de la gare de Lyon..

Et puis bon.. avec le temps.. ça reste un bon souvenir.. punaise..

.

1976-3.

S’il faut se taper ça chaque été avec le changement climatique..

On va planter des grands cactus cierges dans le  jardin.. et je vais m’acheter un sombrero..

.

1976-5.

Vamos Chiquita..

.

Publié 22 mai 2016 par Leodamgan dans Non classé, Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , ,

%d blogueurs aiment cette page :