Mon premier brochet (esox).   46 comments

.

Yrieu2.

Depuis que je suis gamin, j’ai toujours été à la pêche.

.

Avec mon père et mon grand-père dans les Landes… Mon grand-père, fidèle à lui-même, arguant qu’il n’y voyait pas, me faisait accrocher les asticots sur les petits hameçons de 18 pour le calico bass.. En fait, il y voyait très bien, mais c’est plus facile de demander à un gamin.. bref..

.

Etang Landes1.

J’aimais la pêche.  En fait, je crois que j’aime ce qui entoure la pêche.. la nature, les odeurs, les bestioles qui y vivent.. Il n’y a rien de plus extraordinaire que d’approcher un lac ou un étang au jour levant.. alors que l’eau est comme un miroir, fumante, couverte d’un voile de brume.. l’herbe est humide, parfumée..  la marche du matin.. sous les pins. . les aiguilles y forment un tapis souple et parfumé.. la nature sort de sa pénombre.. une poule d’eau pousse son cri.. un gros remous se fait près des nénuphars..

.

Larc du Turc1

.

Au printemps.. le pollen de pins recouvre la surface d’une pellicule jaune comme de la fleur de soufre..

.

barques.

Lors de nos séjours dans les Landes, au dessus de Bayonne, nous avions une barque afin de mieux parcourir les étangs dont les bords sont souvent difficiles d’accès. un vieux monsieur, au béret poussiéreux vissé sur le crâne, nous louait, contre modeste rétribution, sa barque, une paire de rames et deux sacs à patates pour se protéger les fesses de l’humidité. Ainsi assis royalement, nous parcourions le lac dans tous les sens. Mon père, à l’arrière, comme les dames des barques du lac Daumesnil, et moi au milieu, souquant comme un moussaillon, suivant les directives du bosco : « va par là, vers les souches.. non, par là.. ».

.

cuilleres-anciennes-voblexCuillers Voblex d’époque

.

Nous pêchions au lancer, en fait avec un leurre doté d’hameçons en grappins censé représenter un petit poisson.. on lance dans l’endroit stratégique.. on mouline en imprimant quelques mouvements idoines.. et hop.. le prédateur leurré.. se dit : « oh, chouette.. » et se précipite sur le bout de métal.. ça c’est sur l’étiquette, dans la réalité, on lance des dizaines de fois à s’en ruiner l’épaule.. ce stupide leurre s’accroche à tout ce qu’il peut.. branche, nénuphar, souche.. voire la canadienne ou le crâne du voisin de barque.. sans parler des doigts quand il s’agit de le changer.. un peu comme on fait entrer un joueur neuf dans un match de jeu à XV.

.

Cette après midi là.. nous étions sous des déluges d’eau.. la barque se remplissait.. mon père écopait en maugréant… « allez, hop ! y’en a marre.. on rentre ! ».. Je lui extorquai un dernier lancer.. comme si une voix intérieure me poussait.. une prémonition… je balançai mon leurre, celui à l’œil rond, une cuillère de marque Voblex… près d’un magma de nénuphars.. sans grande conviction.. l’eau me dégoulinait sur les yeux.. le ciré me gênait pour l’harmonieux du geste.. bref, je balance mon engin.. Plouf ! près des plantules.. un éclair argenté dans les ronds de pluie..

.

Brochet2.

Et le moulinet qui hurle, le frein laisse filer.. un ferrage au mieux.. et je gueule : « j’en ai un ! j’en ai un ! ». Alors a débuté cette phase ultime du combat, celle qui teste l’amitié entre deux amis ou les liens entre un père et son fils.. les acteurs sont simples,. sans parler des éléments (pluie, vent, etc..), un poisson qui veut filer dans son repaire de branchages.. une épuisette pour l’y mettre, maniée par le comparse.. la barque qui dérive au vent comme elle veut.. et le fil, si fragile..

.

hameçon1.

Ces moments sont uniques , ils permettent à un fils de gueuler sur son père en toute impunité.. : « non, tourne ! fais gaffe, il va passer sous la barque.. tourne.. l’épuisette.. fais gaffe !  mais qu’est-ce que tu fous.. pas par là.. »… eh oui, le cœur bat fort, le poisson lutte.. et le coup d’épuisette salvateur.. et le poisson est là dans le fond de la barque..

.

J’avais 14 ou 15 ans, mon brochet faisait presque 90 centimètres.. je tremblais comme une feuille.. et mon père répétait : « ben mon salaud.. ben mon salaud.. ». nous sommes rentrés.. heureux et rigolards.. j’ai eu le record de longueur de brochet longtemps, longtemps..

.

Un dimanche après-midi pendant mon service militaire à Chateaudun alors que j’étais de garde au poste, on m’annonce qu’on me demandait à la barrière.. j’y cours et découvre mon père hilare, accompagné de  ma mère et de ma sœur.. ils remontaient de vacances dans les Landes…

.

Brochet3

.

La surprise passée, il ouvre le coffre de la 504 rouge et me lâche : « ça te va, ça, comme record ? ». posé sur une couverture, bien emballé, avec des glaçons, un brochet de plus d’un mètre.. mon record était tombé , pulvérisé.. la bête était énorme.. je devais m’incliner.. Bien sur je lui fis raconter.. comment s’en était il sorti tout seul.. sans moi.. il me raconta tout.. la barque.. les nénuphars.. la cuillère tordue… il me fit partager..

.

Depuis, j’ai pris en mer des poissons bien plus longs.. un wahoo plus grand que moi.. mais mon père n’était plus là pour que je puisse lui dire :

.

« Alors, ça te va comme record ? ».

.

 Marc

Publicités

Publié 7 février 2015 par Leodamgan dans Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , , , ,

46 réponses à “Mon premier brochet (esox).

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Moi, ça me va, mais ça me fait de la peine pour les poissons ! 😀

    J'aime

  2. waouuuuuuuuuu

    J'aime

  3. Visiblement, c’est une passion héréditaire; voilà pourquoi je ne pêche pas. Dommage, ton récit me donne envie!

    J'aime

  4. Quel magnifique récit Marc! Quelle tendresse! Bref j’adore….
    Bises à vous deux

    J'aime

  5. jolie histoire !!! les histoires partagées avec un apa ou une maman sont les plus tendres………. je n’ai jamais pêché que des poissons de roche pour la soupe………… aucun rapport comme sensation au bout de la ligne !!!

    J'aime

  6. Marc est un vrai poète…

    J'aime

  7. j’aime le poisson, quand j’étais plus jeune, nous allions dans a la pêche avec mon père .. ca fait longtemps que je n’ai pas manger du poisson fraichement sorti des lacs ..

    J'aime

  8. trop bien. trop bien. 🙂

    J'aime

  9. Mon premier brochet c’était dans les années 70 au Lac du Bourget vers Aix les Bains, j’étais également avec mon père. 🙂

    J'aime

  10. Cuit au court bouillon et mangé froid avec de la mayonnaise…j’adore.
    Un voisin nous donne de temps en temps son surplus de pêche.

    J'aime

  11. On partait aux aurores l’hiver, periode où les carnassiers sont à l’affut d’un petit quelque chose à se mettre sous la dent.
    Aussi, mes souvenirs de pêche au brochet se résument à : onglée, nez qui coule, orteils gelés, et après une heure d’attente, une seule envie celle de retourner sous la couette.

    Alors ça te va comme record? 🙂

    J'aime

  12. Et oui, il sera toujours dans ta tête ce brochet, Marc ! moi c’était un mulet dans l’oued Tafna… plein d’arêtes !

    J'aime

  13. Purée je me rendais pas compte que ça pouvait faire cette taille là, ce carnassier. J’imagine bien la joie de tirer ça de l’eau 🙂

    Et bien raconté, à se prendre presque à l’hameçon …

    J'aime

  14. Une belle histoire de pêche au brochet bien racontée .
    On m’a dit que les brochets mangeaient des rats est-ce vrai ?
    Bises

    J'aime

  15. Un mètre de brochet !!! de quoi faire d’énormes brochettes 🙂 ça me donne drôlement envie de manger du poisson frais …
    Bonne soirée à vous deux

    J'aime

  16. Moi j’ai souvent essayé la pêche au thon et à la morue mais sans jamais rien attraper. 😦

    J'aime

  17. Tu as une manière tellement vivante de raconter tes souvenirs… En plus, celui-ci est plein de tendresse! Les photos sont de toi?

    J'aime

  18. Ces moments qu’on a vécus avec son père sont toujours immenses, sans oublier la complicité qui vous réunit alors. Ton récit réveille en moi aussi de très beaux souvenirs avec…Papa.

    J'aime

  19. J’ai adoré l’histoire, et les photos…
    A la maison, c’est en jouant aux cartes que les enfants gueulent sur leur père, et vice versa, en toute impunité, c’est comme s’ils changeaient de monde.
    Moi je m’enferme dans le bureau, je ne veux pas entendre ça, même si quelque part ça m’amuse, ne leur répète pas ! 🙂

    J'aime

  20. Hello !
    avant tout , c’est le conteur que j’ai apprécié :
    quel souvenir tu as là avec ton père ,
    tu as de la chance d’avoir vécu des moments magiques avec lui !
    Et qu’est-ce que tu racontes bien ton histoire ,
    ça sent l’amour , la tendresse et la joie ,
    c’est enchanteur !!!!

    see you soon , Faith°°°

    J'aime

  21. C’est une bien jolie histoire, la complicité d’un père et de son bambin fait du bien et les brochets pêchés sont la cerise sur le gâteau.
    Bises

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :