Le piano à bretelles   45 comments

C’était durant mon voyage en Norvège.

.

fiordos-noruegos-crucero

.

Je m’étais offert une journée en bateau. .. la descente des fjords de Ålesund à Bergen. Au fait, en Norvège, on met des petits ronds sur les « A » => Å et on prononce « O ».   On barre les O => Ø et on prononce « EU »… déjà en sachant ça, on démarre bien chez les fils et les filles de Ragnar… rajoutez  »tak »   pour dire merci..et  »got monen  » pour dire bonjour..et parés à appareiller..!!!

Donc, départ un matin sur les eaux plates et froides de la mer Baltique.. Le bateau était imposant avec, pour ceux qui venaient d’au delà du cap nord, des couchettes.. restaurant à bord.. au menu : laitages, poissons, rôti de baleine.. tout dans le classique.

Le bateau descend lentement.. pénétrant dans les fjords.. bruit profond et sourd des moteurs.. le rythme lent de la puissance ….peu d’escales.. et les gens accoudés au bastingage, à regarder défiler le paysage grandiose.. des falaises à couper le souffle.. décorées de cascades gigantesques ..et cette eau.. plate.. parfois sombre.. qui reflète avec une précision extraordinaire le paysage.. une symétrie de la nature.. le même paysage tête en bas… on mitraille on mitraille… mais au bout d’un moment, pas varié.

.

hardangerfjord-large

.

Apres le repas ..frugal.. rôti de baleine (fallait que je goute.. même si je suis hostile..) et pommes de terre.. eh oui, toujours sans pain ni pinard..mais à force je m’étais habitué.. j’avais commencé à échanger quelques mots en anglais avec une grande jeune fille brune aux yeux bleus.. je dois préciser que j’ai vu plus de brunes aux yeux bleus que de blondes.. et ce, dussé-je faire mentir Dylan, même en montant vers le nord.

Donc nous échangions des banalités.. quand un individu de sexe mâle et présentant toutes les caractéristiques de la surexcitation (non, ne nous méprenons pas..) vint lui hurler des mots qui me parurent à l’évidence peu amènes.. elle rétorqua vivement.. et m’expliqua qu’il lui reprochait de parler à un Allemand.. et ce n’était pas bien.. l’ambiguïté fut rapidement levée.. il se rasséréna.. mais ma rencontre avec cette jeune fille.. qui, va savoir, aurait pu changer ma vie.. si.. d’aventure..

.

die-passagierin-bregenz-poster

.

 

Le roman de ma vie s’arrêta net, le vindicatif devenu amical version glu étant aller chercher une bouteille d’aquavit.. Je me suis retrouvé avec ce pauvre monsieur.. qui me raconta comment, arrêté par la Gestapo.. il fut torturé.. les poignets brisés à coups de barre de fer..

Effectivement quand il remontait ses manches.. on voyait très clairement les déformations… et on imaginait aisément les souffrances qu’il avait du endurer.. l’idée même fait frémir.. Sa vindicte à l’encontre de la gente teutonne.. sans la justifier me parut tout à fait compréhensible..

Me sachant Français, il entreprit, avec son accordéon, qu’il était aller chercher, de me faire tout son répertoire français…. ponctué de coups d’aquavit.. et bien entendu.. je devais chanter car, s’il connaissait l’air, il n’en avait pas les paroles.. Si ce récital fut agréable de complicité.. au début..il devint rapidement pesant.. comme on dit chez moi.. il en vint à me les briser menues…

Allez filer à l’anglaise sur un rafiot.. la belle brune s’était éclipsée.. et moi, coincé avec Olaf (appelons-le Olaf).. essayant vainement de me carapater.. mais, fin limier, il me retrouvait en poussant de grands cris.. comme on retrouve un ami de trente ans… Et je chante « Nini peau d’chien ».. « Les ponts de Paris ».. et on recommence.. et on dit « Le Havre »… ah oui, Le Havre.. et on dit Paris..ah yo yo.. Paris…

.

akevitt

.

La convivialité aidant.. et l’alcool.. Olaf s’embrumait de plus en plus et malgré ma mansuétude … fruit de commisération et de politesse.. je ne souhaitais plus qu’une chose .. me débarrasser de cet ami encombrant et vociférant…

Mais Odin ne m’a pas épargné… sans doute a t il voulu tester ma robustesse au supplice et vérifier que quand viendra mon tour.. je serai digne d’entrer au Walhalla..J’ai terminé mon périple de Flora à Bergen.. dans les vapeurs d’alcool.. l’accordéon.. et Olaf qui avait de plus en plus de mal à trouver ses notes.. cramponné au bastingage.. guettant le havre salvateur.. je n’avais plus qu’une envie.. la fin de ce voyage.. fi du paysage.. de ces foutus fjords qui n’en finissent pas.. mon royaume pour un coin où être seul… Quand nous avons accosté à Bergen,  il faisait nuit.. enfin « jour de nuit »..

J’ai pris congé de mon ami…. et me suis hâté de quitter le pont.. afin de trouver un petit coin pour dormir…

Le lendemain quand je suis sorti pour me balader dans cette charmante ville.. j’ai quand même fait attention.. pas d’Olaf à l’horizon… Bon.. le soir sur le port.. je fus accosté par son cousin qui me mit un couteau sous le nez.. façon traditionnelle et ancestrale de s’étouffer mon morlingue..

Mais ceci est une autre histoire…

Olaf doit sans doute jouer de l’accordéon pour les filles d’Odin.. c’est vrai qu’il était  »dérangeant » dans l’ambiance du voyage.. mais il avait fait partie de ces gens qui ont lutté pour notre liberté… c’est pour ça que je ne l’ai pas éconduit..

Il était si heureux de partager..

.

accordeoniste_erminio_06

 Texte de Marc

.

 

 

Publicités

Publié 16 janvier 2015 par Leodamgan dans Non classé, Prose à Marc, Scandinavie

Tag(s) associé(s) : , , , ,

45 réponses à “Le piano à bretelles

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. le paysage est fantastique …

    J'aime

  2. Si Olaf était pour la liberté alors !!! 😉

    J'aime

  3. Nostalgique le Marc, il aimait bien les rôtis de baleine, c’est goûteux ! 😉

    J'aime

  4. Olaf, c’est du lourd !!! dommage la montagne endroit/envers c’est beau… la suite ? le couteau, le cousin, tout ça ?
    Chouette aquarelle, bonne soirée, bises

    J'aime

  5. C’est vrai que dans ces conditions, difficile de profiter des paysages….mais il y a des jours où il faut porter sa croix.

    J'aime

  6. Ton voyage est plein d’aventures. A côté, le mien va paraitre fade.
    Tu as changé de style, mais j’ai tout de même préparé une chanson pour toi en référence au dernier article.

    J'aime

    • Mimi,
      ce n’est pas moi qui ai changé de style. Le texte est de Marc, pas de moi, comme les billets précédents sur la Scandinavie et certains billets de souvenirs .
      Ils sont repérés par la catégorie « Prose à Marc ». C’est un blog conjugal 😉
      Bises
      Mo

      J'aime

  7. en tout cas ça donne envie

    J'aime

  8. Y’a encore de quoi bien sourire sur ce récit burlesque et coloré 😀 meilleur qu’un rôti de baleine …
    Pour Dylan je n’ai pas compris ( la honte ), ni pour  » je fus accosté par son cousin qui me mit un couteau sous le nez.. façon traditionnelle et ancestrale de s’étouffer mon morlingue  » ? ni le titre non plus 😦
    Et oui , je suis aussi lourde que l’était le pauvre  » casse- bonbons » Olaf qui a empêché ton Marc de conclure avec la brune , mais qu’il reconnaisse que peut être grâce à lui? il t’a rencontré Mo  » toi le roman de sa vie !
    Peut être son prochain récit  » Votre rencontre » j’aimerais bien …

    J'aime

    • Pour Dylan, la chanson est « Girl from the North Country » .
      .

      .

      En fait, Dylan ne parlait pas d’une fille aux cheveux blonds mais aux cheveux longs. C’est Hughes Aufray qui a traduit par cheveux blonds.
      .

      .
      « Je fus accosté par son cousin qui me mit un couteau sous le nez.. façon traditionnelle et ancestrale de s’étouffer mon morlingue »:

      Marc a été agressé par un homme armé d’un couteau qui voulait lui voler son portefeuille.
      .
      Le titre : « Piano à bretelles » est un surnom employé autrefois à Paris pour désigner l’accordéon.
      .
      Mais non tu n’es pas lourde Juliette, tu es légère comme une plume, c’est juste une question d’idiomes!
      .
      Pour notre rencontre, Marc estime que c’est un peu personnel… Il n’a pas envie d’en faire un billet détaillé sur notre blog public…
      Je peux juste te dire que nous nous sommes rencontrés sur son lieu de travail où il travaillait à l’époque comme informaticien et où je suis venue comme prestataire de service en informatique aussi. Pas très romantique, n’est-ce pas? Mais c’est parfois bien l’informatique… 😉
      C’était il y a 42 ans.

      J'aime

      • je ne connaissais pas cette jolie chanson de Dylan (La vidéo est belle ) ni sa reprise par H Aufray ! du coup je vais écouter du Dylan tiens…
        Pour le titre j’aurais du comprendre toute seule …ah! ouais Marc s’est fait braquer par le cousin d’Olaf , ben dis donc , quelle embrouille ! mais c’est une autre histoire …
        Merci pour ces réponses à ma curiosité en tout cas 😉

        J'aime

  9. Ce voyage en Norvège… un parfum d’aventure quand même!

    J'aime

  10. On lit toujours avec intérêt le récit de Marc en Norvège mais je comprends qu’il cherchait le calme après toutes ces démontrastions bruyantes accompagnées d’eau de vie .
    Les paysages sont magnifiques .
    Bises

    J'aime

  11. A table baleine et … cachalot. Le gros lourd, c’est lourd …

    Vivement la suite 😉

    J'aime

  12. J’ignorais complètement le mot morlingue. J’aurais bien aimé goûter à la baleine. J’aime beaucoup le commentaire : « tu as changé de style » 🙂 🙂

    J'aime

  13. Coucou,

    beau pays, belle histoire, ca c’est le pied .
    Meilleurs vœux .
    Bisous

    J'aime

  14. J’adore la silhouette façon Magritte !

    J'aime

  15. jsuper-post, Léo… j’aime bien ta manière de « relater »… ❤ ah nostalgie quand tu nous tiens… Ålesund et Bergen sont mes villes norvégiennes préférées, mais j'ai bien aimé Tromso et Trondheim, aussi et je retournerais volontiers aux Lofoten… 🙂

    J'aime

  16. Larfeuille, morlingue… l’essentiel, c’est ce qui est à l’intérieur. 😉

    J'aime

  17. je serais bref, je n’irais pas par quatre chemin, je serais clair, j’irais droit au but …
    en un mot je ne peux qu’ajouter: J’adore les textes, ces morceaux de vie sont un plaisir de lecture …
    tout comme les sujets sur le jardin bien sûr mais c’est tellement plaisant de lire les mémoires de Monsieur Marc.
    Merci à vous deux… pour ce fabuleux blog, c’est un plaisir.

    J'aime

  18. Superbe !

    J'aime

  19. Un plaisir

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :