La première fois   56 comments

.

anciens francsPistolet

 

 

C’était le temps d’avant.. le temps des culottes courtes et de l’école communale..

la cloche pour marquer la rentrée dans la classe.. après s’être docilement mis en rang… rouges et en sueur de la fin de la récré…

A l’époque, les magasins s’appelaient Felix Potin.. ou les Coopérateurs..

Les Coopérateurs et les timbres qu’il fallait coller pour gagner quelque ristourne..

Avec ma mère nous collions ça avec soin et force salive sur le support prévu à cet effet..

.

Il y en avait peu.. des magasins de ce type..

c’était surtout l’époque du petit commerçant..

de la quincaillerie où une sonnette à pendentif tintinabulait

quand on entrait dans ce paradis de petites boites et de bacs de clous vendus au poids..

Le grainetier qui vendait lui aussi au poids dans des sachets en papier (déjà écolo).. ça sentait si bon quand on y entrait..

La bouchère à sa caisse .. avec ses mitaines.. que moi j’avais pris pour des gants troués..

elle devait être si pauvre pensais-je.. tandis que le louchebem nous vendait son steack..

« aussi tendre qu’un cœur d’homme » disait il… misère..  mouais…

.

Et le marché.. le marché.. survivance du moyen âge.. les cris des marchands.. l’appel à la consommation.. le casseur d’assiettes..

moi, j’aimais bien y aller au marché.

En fait en secret.. j’étais un peu amoureux de la marchande de beurre..

elle avait un sourire éclatant.. et des manches blanches sur les avants bras.. par dessus son chandail.. et je me disais que plus tard….

.

Bref, c’était l’époque d’avant… l’époque où mensuellement.. un homme tout en cuir ..

le Cromwell sur le crane.. arrivait avec sa sacoche.. en cuir également..

arrêtait sa moto devant la porte.. et hormis le facteur.. c’était la seule personne qui pouvait franchir la porte du jardin..

Ma mère lui ouvrait.. il entrait .. et tandis qu’elle lui préparait un fond de verre de vin.. ou un café.. suivant la température..

il sortait des papiers de sa sacoche. et une liasse de billets…

oh.. pas bien grosse la liasse.. mais les billets avec le pêcheur d’un coté et les Bretonnes de l’autre..

eh oui.. les biffetons.. le pognon..le flouze.. l’artiche.. les laqsés..

.

C’était le gars des allocations.. qui faisait sa tournée et qui laissait tomber l’oseille dans chaque foyer..

eh oui.. c’est bien d’actualité aujourd’hui..

Un jour.. poussant sa curiosité.. et l’habitude aidant..

ma mère lui demanda si il n’avait pas peur de circuler comme ça avec tant d’argent sur lui..

Il eut un air entendu et écartant doucement le revers de son cuir.. il y plongea la main droite.. et doucement.. tout doucement..

il laissa apparaitre la crosse d’un pistolet.. (à époque je ne savais pas trop la différence entre un pistolet et un révolver..)

mais la vue de cet objet foncé à la crosse guillochée.. sombre et luisant.. me fascina…

Bien sur j’avais vu au cinéma James Cagney se faire trouer la peau par d’autres gangsters..

mais là.. là.. c’était en vrai.. pas pour du beurre.. un vrai.. un tue-tue.. un fumant .. comme dirait San-A…

(les jeunes aujourd’hui diraient un ‘’gun…’’..parait il..?.. comme quoi.. tout se perd.. )

Ma mère était pétrifiée…

Il sourit un peu et remit tout doucement son arme dans la poche intérieure de son blouson..

vida son verre et lâcha.. un  » bon..c’est pas le tout »..

.

Sans doute est il revenu pas mal de fois.. mais je ne me souviens que de cette fois là..

La première fois que j’avais vu une arme.. en vrai..

Bien sur.. depuis … le service militaire aidant..

on m’a appris à utiliser pas mal d’engins mis au point pour truffer le méchant ennemi qui viendrait fouler nos sillons..

et suriner nos compagnes..

Mais voilà.. ce n’était plus la première fois..

Même si bizarrement je fus un excellent tireur… selon l’adjudant..

Je n’ai jamais aimé ça..

C’est comme ça.. on s’refait pas… mais quand même.. quel souvenir…

la première fois…!!!.

Publicités

Publié 25 octobre 2014 par Leodamgan dans Prose à Marc

Tag(s) associé(s) : , ,

56 réponses à “La première fois

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Voilà que tu me mets la nostalgie au coeur. C’est comme si j’étais ta petite soeur sauf pour le pistolet. Le nôtre de livreur de billets il avait sa sacoche attachée à une espèce de câble et paraît il que si on lui volait le sac et bien les billets se coloraient en bleu!
    J’adore tes écrits Marc, tu devrais faire un bouquin.
    Bises à vous deux et j’espère à bientôt.

  2. je n’ai jamais vue une arme sauf les vieux fusil de chasse a mon père que je n’ai d’ailleurs aussi jamais vue tirer
    il avait quitté la campagne pour aller dans une ville reculé plus au nord et rencontrer ma màre

    • Contrairement à Marc, je n’en ai jamais vu de vrai non plus.

      • je ne suis pas une gangster, ni une voyou , mais j’en ai vu plusieurs fois de près Mo dans mes vadrouilles !
        une fois dans une tentative de braquage à la poste : le gars a mis son fusil sur le front de mon mari
        une autre fois un routier qui nous avait pris en stop l’a braqué en menaçant de me violer
        une autre fois les carabiniers Italiens à Venise m’ont réveillée à la gare avec une mitraillette sous le nez
        et quelques autres fois encore, par exemple dans les bois en allant aux champignons, dans un supermarché à Marseille , à l’armée où je faisais à l’époque un C.E.S, bref les armes à feu ou pas à feu je n’aime pas non plus …disons que j’en ai même horreur !!!

  3. Encore un beau voyage dans le temps…………

  4. Oui, c’était le temps d’avant. Les premières fois de ces temps là, qui nous ont marqués, continuent de nous hanter.
    Bon dimanche

  5. Beau voyage dans le passé, si bien raconté… Cela dit, je ne fais toujours pas la différence entre le pistolet et le revolver 🙂

    • Renseignement pris auprès de Marc, le revolver a une partie qui tourne (le barillet), ce qui n’est pas le cas du pistolet. On peut s’en souvenir sachant que « to revolve » en anglais veut dire « tourner ».
      En fait, dans les westerns, ce sont le plus souvent des revolvers que l’on voit et non des pistolets.

  6. Je ne connais toujours pas la différence entre un révolver et un pistolet! Normal, je n’ai pas eu de « première fois »…

  7. ah !! oui !!! l’homme à la moto, plein de pépètes avec un flingue !
    j’aime ce récit ponctué d’argot 😉

  8. On se croirait au cinéma avec un film en noir et blanc de l’époque…
    Beau récit qui nous fait revivre nos souvenirs d’enfance. Bravo Marc !

  9. Marc a un réel talent de conteur , il pourrait écrire un scénario …
    Bizzz et bon dimanche à tous .

  10. oui et les caramels gagnants les roudoudous

  11. C’est bien écrit et on va jusqu’au bout avec intérêt, on ne s’ennuie pas .
    Bises et bon dimanche .

  12. Lorsque j’emmenais mon aîné (1 an 1/2 à l’époque) à l’épicerie, il ouvrait les boites de gâteaux pour se servir !
    Le facteur amenais les allocations. Un jour où je disais à mon fils que je n’étais pas assez riche pour acheter je ne sais plus quoi, il m’a répondu: Demande au facteur, il t’amènera de l’argent.

  13. Il y a un mélange de poésie, d’espoir et de regrets dans ton texte.
    Tant de souvenirs et d’histoires qui nous ont construits….

  14. Cet homme devrait prendre la plume et le clavier plus souvent !

  15. Elles sont chouettes ses histoires nostalgiques…. J’aime bien quand on tombe dessus au milieu des plages et des fleurettes du jardin…

  16. « bon..c’est pas le tout », c’est vrai on entend plus cette expression. J’ai le pistolet de mon père qui ressemble à celui-là, mais je en m’en suis jamais servi. Je l’ai fait nettoyer par le pharmacien (si, si), amateur d’armes.

  17. En revanche, quand j’étais petit, on apprenait à tirer avec les armes d’un oncle (de la guerre de 40), au cas où…les russes viendraient. Je suis un excellent tireur, quand j’en ai l’occasion (ce qui est fort rare). Je n’ai aucune idée de ce que les armes du tonton sont devenues après sa mort.

  18. Mais de quelle époque parlons-nous ???? 😀 – Sinon, je vais toujours au marché !!!! C’est plus sympathique que les grandes surface !!!

  19. Petit moment de nostalgie si bien raconté 😉

  20. Tranche de vie succulente comme toujours, bravo à Marc, j’aime beaucoup son style !

  21. Moi aussi j’étais amoureux mais pas de la marchande de beurre mais de la boulangère, avec ses grosses miches …

  22. Les souvenirs… où j’habitais enfant j’en entendais parler régulièrement des armes, pas vu, et nos petites têtes avaient un peu peur des histoires
    que nous entendions… Toujours pleins de souvenirs les histoires de Marc
    Bises à vous deux

  23. Nostalgie !!!! Tout est encore enfoui au fond de moi ( les timbres ( plus le crédit chez l’épicier ) )….Par contre , chez nous , dans les Ardennes , les allocations familiales arrivaient via la poste par mandat…
    A plus
    Francis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s